Pietro Leoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pietro Leoni, (Premilcuore (Italie), le ? janvier 1909 – Montréal (Canada), le 26 juillet 1995) est un prêtre jésuite et un missionnaire catholique italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Père Leoni (nommé dans les documents soviétiques Петр Ангелович Леони), né dans une famille d'origine modeste, entré au séminaire en 1922, devient membre de la Compagnie de Jésus en 1927. Il étudie a Rome à l’Université grégorienne et en 1934 entre au Collège Russicum. Il est ordonné prêtre de rite orientale et de rite latin en 1939[1].

Ainsi que des autres élèves du Collège Russicum, il accepte l’invitation aller en URSS come missionnaire[2].Dans l’été du 1940 il s’engage comme aumônier militaire dans les forces armées italiennes et arrive en URSS avec l’invasion des troupes italiennes et allemandes. Il est engagé dans les hôpitaux militaires et dans la Paroisse de Dnepropetrovsk[3].

En 1943, retourné en Italie avec les troupes retirées, il est envoyé en Ukraine comme prêtre pour les communautés catholiques de rite orientale et de rite latin d’Odessa; dans la Paroisse de S. Pierre il travaille avec le français P. Judicaël Nicolas[4],[5].

En 1944, en dépit de l'évacuation du clergé catholique à cause de la persécution antireligieuse, il reste avec le P. Nicolas à Odessa[6].

Le 29 avril 1945 le P. Leoni est arrêté par la police politique soviétique, transféré à la Loubianka et plus tard aux prisons de Lefortovo e Boutyrka. Il est interrogé et torturé, mais il ne dit pas les noms des autres prêtres catholiques en Union soviétique[7],[8].

Le 12 novembre 1945, il est condamné pour "propagande antisoviétique" à dix ans de travaux forcés et envoyé au goulag en Mordovie (Tem-lag, Temnikovskij lager); en 1947 il est reconnu coupable de l' “activité contre-révolutionnaire” et condamné à 25 ans de travaux forces; il est envoyé aux goulags de Dubravnyj lager (Mordovie), Vorkuta (Sibérie) e Pot'ma (Mordovie)[9].

Grâce à des appuis diplomatiques, le 30 avril 1955 est libéré à Vienne et il rentre en Italie.

En 1959, il a publié un livre souvenir (Spia del Vaticano!), dans lequel il décrit la détention dans les goulags, les efforts d'évangélisation de l’URSS et son accuse d'espionnage.

Dans la même année il est envoyé aux communautés des émigrés russes au Canada.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. “Il 26 luglio anniversario di padre Pietro Leoni testimone di fede nei gulag staliniani”, sur le site de la Diocése de Forlì
  2. “Il 26 luglio anniversario di padre Pietro Leoni testimone di fede nei gulag staliniani”, sur le site de la Diocése de Forlì
  3. Page Pietro Leoni sur le site Russia cristiana - section Personalità - Confessori della fede
  4. Une leçon d’histoire, sur le site de la congrégation des Augustins de l'Assomption
  5. Tour du monde assomptionniste en 41 pays - Russie en Cahiers du Bicentenaire d'Alzon, 2010, N° 1
  6. Bernard Le Léannec, Le retour de l’Assomption en Russie (1992-2000) en L’aventure missionnaire assomptionniste, Acte du Colloque d’histoire Lyon-Valpré, 22-26 novembre 2000, édités par Bernard Holzer, p. 334
  7. Enquête La Storia siamo noi sur la RAI (Télévision publique italienne)
  8. La storia di Padre Pietro Leoni sur le site de la “Gioventù Francescana d'Italia”
  9. Dundovich, Gori, Guercetti, Osipova (curr.), Gli italiani nel gulag - Le vittime italiane – Page « Pietro Leoni » sur le site du Centre Memorial de Moscou et de la Fondazione Feltrinelli de Milan

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Pietro Leoni, Spia del Vaticano!, ed. Cinque Lune, Roma, 1959, avec une préface de Piero Bargellini
  • (fr) Jean Nicolas, Onze ans au paradis, éd. Fayard, Paris, 1958
  • (it) Irina Osipova, Se il mondo vi odia ... Martiri per la fede nel regime sovietico, ed. La Casa di Matriona, Milano, 1997
  • (it) Mara Quadri - Alessandro Rondoni, Pietro Leoni, RC Edizioni, Roma, 1999
  • (it) Fulvio Scaglione, Un italiano nei gulag di Stalin. Padre Pietro Leoni, en Avvenire, 18.11.1999
  • (it) Antonio Costa, Enrica Zini, La Fede e il Martirio. Padre Pietro Leoni S.J., un missionario italiano nell'inferno dei Gulag, ed. Il Cerchio, Rimini, 2001
  • (it) Elena Dundovich, Francesca Gori, Emanuela Guercetti, Reflections on the Gulag, Feltrinelli editore, Milano, 2003, pp. 183 et 404
  • (it) Elena Dundovich, Francesca Gori, Emanuela Guercetti, Gulag. Storia e memoria, Feltrinelli editore, Milano, 2004, p. 229.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]