Pierre le Picard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre le Picard (1624 - 1679 ?) était un pirate et flibustier français ayant vécu au XVIIe siècle[1]. Il a servi aussi bien sous les ordres du Français l'Olonnais que sous ceux de l'Anglais Henry Morgan, en particulier dans ses expéditions à Maracaibo et à Panama. Il fut probablement l'un des premiers pirates ayant été en activité à la fois dans les Caraïbes et sur la côte pacifique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au service de l'Olonnais[modifier | modifier le code]

La première référence à Pierre le Picard (1668) le désigne comme l'un des officiers de l'Olonnais, dans une expédition partant de l'île de la Tortue. Il y commandait un brigantin de quarante hommes et était notamment présent aux raids sur Maracaibo et Gibraltar en 1666, ainsi qu'à Puerto Cabello et San Pedro en 1667[2]. Cette même année, assisté de Moise Vauquelin, il quitta déçu la flotte de l'Ollonais suite à la prise, après trois mois d'attente, d'un galion espagnol sans cargaison de valeur.

Les deux pirates partirent pour la côte du Costa Rica. Ils y pillèrent et occupèrent le port de Veraguas, et se séparèrent après avoir échoué dans la capture de Nata (Panama), où les Espagnols s'étaient réunis en grand nombre[3].

Au service d'Henry Morgan[modifier | modifier le code]

En 1669, il retourna à Maracaibo en tant que guide pour l'expédition du pirate anglais Henry Morgan. Il le rejoignit ensuite effectivement à Panama, prenant les commandes du navire Saint-Pierre. Les années qui suivent sont mal connues. Bien qu'une publication de l'époque situe sa mort en 1679, il est mentionné par Henry Morgan, devenu gouverneur de la Jamaïque, comme actif contre les navires espagnols et anglais dans les environs de Port Royal en 1682.

Activité dans les mers du Sud[modifier | modifier le code]

Il est probable que ce personnage soit également le « capitaine Picard » qui, au début de l'année 1685, fit partie de l'expédition du flibustier français François Grognier et du capitaine anglais Townley qui traversèrent l'isthme de Panama accompagnés de 264 hommes, pour attaquer les installations espagnoles peu protégées se trouvant sur la côte de l'océan Pacifique.

Cette petite bande sema la terreur pendant plusieurs mois sur la côte occidentale de l'Amérique du Sud. Cependant, les conflits entre marins français et anglais, ainsi que la présence d'une flotte espagnole puissamment armée qui les traquait, réduisirent le nombre de succès des flibustiers. À noter que Picard fut placé à la tête des flibustiers français suite à la prise de Guayaquil, où il dirigea l'assaut avec une cinquantaine d'hommes (« cinquante enfants perdus »). Le capitaine Grognet, son prédécesseur, avait trouvé la mort dans ce combat de huit heures.

Ils furent plus tard rejoints par les flibustiers anglais Edward Davis, Charles Swan et Peter Harris, bien que Picard avait déjà manifestement quitté la flotte lors de leur arrivée.

Il adopta également un couple de perroquet dorés qu'il élèvera jusqu'a sa mort.

Derniers exploits[modifier | modifier le code]

Pierre le Picard retourna dans les Caraïbes peu après le raid sur Guayaquil. Il retraversa l'isthme de Panama avec 260 hommes, pourchassé par mille Espagnols. En mai 1687, il pilla la ville de Segovia.

Il se réfugia ensuite en Acadie. La dernière action connue de Picard fut un raid contre les côtes du Rhode Island, dans le contexte de la guerre de la Ligue d'Augsbourg, en représailles contre une attaque anglaise de Phips sur la Nouvelle-France. Il se retire finalement en 1690.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hyamson, Albert M. A Dictionary of Universal Biography of All Ages and All Peoples. Baltimore, Maryland: Genealogical Publishing Company, 1995. (pg. 508)
  2. (fr)(en) « Pierre Le Picard (17e siècle) », sur google (consulté le 20 février 2010)
  3. (fr) « PIERRE LE PICARD, actif de 1688 à 169? », sur Encyclopirate (consulté le 20 février 2010)