Pierre le Diacre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre [le] Diacre (né en 1107, décédé entre 1150 et 1159) est un moine bénédictin, bibliothécaire de l'abbaye du Mont-Cassin[1], ayant recopié notamment des œuvres de Frontin, Varron, Végèce, et auteur du De Viris Illustribus, qui contient l'un des textes fondant la légende de Constantin l'Africain[2].

Pierre le Diacre (Petrus Diaconus) entra au Mont-Cassin vers 1115 où il devint bibliothécaire et archiviste de l'abbaye. Auteur d'une chronique, il dédia le livre IV de son œuvre à son ami, l'abbé Renaud. Selon Ferdinand Chalandon, « Pierre Diacre jouit d'une détestable réputation ; il a profité de sa situation pour fabriquer de faux diplômes en faveur des moines de l'abbaye, et raconte les événements d'une façon fantaisiste ». Toujours selon Chalandon, « Pierre Diacre a plus d'une fois travesti la vérité. Très inférieur à Léo d'Ostie, il ne mérite souvent qu'une créance médiocre ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pierre Diacre (1107-115.) », sur Bibliothèque nationale de France (consulté le 27 octobre 2012).
  2. Thomas Ricklin, « Le cas Gougenheim », dans Trivium, 8-2011, p. 6-7.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Chalandon, Histoire de la domination normande en Italie et en Sicile, t. I, « Introduction », XXXV-XXXVI. Paris, 1907.