Pierre du Cambout de Coislin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille du Cambout de Coislin et Coislin.
Pierre du Cambout de Coislin
Image illustrative de l'article Pierre du Cambout de Coislin
Portrait, d'après Hyacinthe Rigaud (1659–1743), Musée de l'Histoire de France (Versailles)
Biographie
Naissance
Paris Royal Standard of the Kingdom of France.svg (France)
Ordination sacerdotale
Par Mgr de Péréfixe de Beaumont
Décès (à 69 ans)
Versailles Royal Standard of the Kingdom of France.svg (France)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

Par le pape Innocent XII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de la Trinité-des-Monts
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Abbé commendataire de Saint-Victor de Paris
Depuis le 1643
Précédent François de Harlay
77e Abbé commendataire de Jumièges
16411644
Précédent Guillaume de Montaigu François de Harlay Suivant
Évêque d'Orléans
Précédent Alfonse Delbène (d'Elbène) Michel Le Pelletier Suivant
Autres fonctions
Fonction religieuse
Grand aumônier de France

Orn ext Grand Aumonier 2.svg
Blason fam fr du Cambout de Coislin.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Pierre-Armand du Cambout de Coislin (ou Pierre IV[1] du Cambout de Coislin), né le à Paris et mort le à Versailles, inhumé en la cathédrale d'Orléans, est un prélat français du XVIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gravure par Robert Nanteuil, vers 1660.

Pierre-Armand du Cambout de Coislin est né le à Paris. Fils cadet de Pierre-César de Cambout, marquis de Coislin, colonel-général des Suisses et Grisons, lieutenant général des armées du roi, et de Madeleine Séguier, comtesse de Crécy, fille aînée du chancelier de France Pierre Séguier, il est baptisé le en l'église Saint-Eustache à Paris[2]. Son père étant mort le suite à des blessures reçues au siège d'Aire en Artois, le jeune Pierre, âgé de 4 ans, fut élevé par son grand-père Séguier.

Du côté paternel, le prélat est issu d'une illustre famille bretonne. Le trisaïeul, René du Cambout, chevalier de l'Ordre du roi avait été grand veneur et grand-maître des Eaux et Forêts de Bretagne. Il avait épousé Françoise Baye qui apporta les terres de Mérionnec et de Coislin dans sa corbeille de mariage. Le bisaïeul, François du Cambout, occupa les mêmes charges que son père et devint gouverneur de Nantes et chambellan du duc d'Alençon. François du Cambout avait épousé, le 24 avril 1565, Louise Duplessis-Richelieu, tante du fameux cardinal[3]. Ce lien de parenté ne nuisit pas sans doute à Charles du Cambout, leur fils, pour obtenir en 1634, l'érection de la seigneurie de Coislin en marquisat, à une époque où l'édit du mois de opposait encore d'assez grands obstacles à ces sortes de faveurs. Le second prénom de notre prieur nous rappelle ce lien de parenté avec Armand du Plessis.

Sa carrière ecclésiastique commença à l'âge de sept ans quand il fut nommé prieur d'Argenteuil. À onze ans, il devint chanoine de Paris. À vingt-trois ans (1663), il reçut le titre de premier aumônier du roi.

Signature de Pierre du Cambout de Coislin, en tant qu'évêque d'Orléans, dans un registre paroissial de Toury en Eure-et-Loir en 1672

Il disposait d'importants bénéfices : il était notamment abbé de Jumièges, en 1641, et de Saint-Victor, en 1643. Sa naissance explique ces promotions et leur précocité. Il fut nommé en 1665 au siège épiscopal d'Orléans puis grand aumônier de France. Il s'opposa avec urbanité aux dragonades dans son diocèse. Il fut aussi abbé commendataire de l'abbaye de Saint-Gildas-des-Bois en 1679 (source: archives départementales de Loire-Atlantique, H 83). Il fut également prieur du puissant monastère clunisien Notre-Dame de Gaye (Marne) aujourd'hui disparu. Son blason figure toujours sur la clé de voûte du chœur de l'église Saint Denis de Gaye.

Dangeau rapporte : « Le cardinal de Coislin n'étoit à la cour que le moins qu'il pouvoit, et toujours en dispute avec le roi là-dessus, qui en était même piqué quelquefois ; tout le reste du temps en son diocèse, qu'il administroit avec une grande vigilance et par des gens bien choisis. Il y donnoit tout le revenu de l'évêché, et faisoit d'ailleurs de grandes aumônes, quoiqu'il vécût partout fort honorablement. On sut, depuis sa mort, qu'il étoit dans de grandes pratiques de pénitence depuis bien des années, et qu'il se relevoit seul toutes les nuits, à la dérobée de ses gens, pour prier, et c'est à quoi sa dernière maladie fut attribuée. Les missionnaires de la paroisse de Versailles s'emparèrent de lui à son extrémité et, avec une barbarie étrange, n'en voulurent plus laisser approcher son confesseur ; telle est la domination de ces gens. Le roi voulut que le curé de Versailles accompagnât le corps à Orléans, qui est un honneur qui n'avoit encore été rendu à personne, et dont sa vertu fut jugée digne. Tout le diocèse fut aux hauts cris, mais ces regrets ne furent que le commencement de ses douleurs. »

Cardinal Pierre du Cambout de Coislin, évêque d'Orléans. Ce tableau fait partie d'un ensemble de treize portraits en pied de descendants de la famille de Sully conservé au Château de Sully-sur-Loire.

Nommé par surprise cardinal au consistoire de , il participa au conclave de 1700.

Le cardinal de Coislin avait été le principal consécrateur (24 août 1671) de Étienne Le Camus (lui-même futur cardinal) et avait participé au consécrations de Charles-Maurice Le Tellier et d'André Colbert.

Saint-Simon[4] le décrit : « Ce prélat était dans une vénération singulière. C'était un homme de moyenne taille, gros, court, entassé, le visage rouge et démêlé, un nez aquilin, de beaux yeux avec un air de candeur, de bégninité, de vertu qui captivait en le voyant, et qui touchait bien davantage en le connaissant [...] De son évêché qu'il eut fort jeune, il n'en toucha jamais rien et mit le revenu entier tous les ans en bonnes œuvres. »

L'un de ses successeurs fit retirer l'épitaphe du cardinal de Coislin, « parce qu'on allait y prier Dieu, comme au tombeau d'un saint[5]. »

Armoiries[modifier | modifier le code]

De gueules, à trois fasces échiqueté d'argent et d'azur de deux tires.[6]

Selon le père Anselme 
De gueules, à trois fasces échiqueté d'azur et d'argent.[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 4e évêque d'Orléans portant ce prénom.
  2. Les registres paroissiaux et d'état civil à Paris ont disparu pendant les incendies de la Commune de 1871 mais l'information se trouve dans le livre d'Honoré Fisquet La France pontificale (Gallia Christiana) : histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France depuis l’établissement du christianisme jusqu’à nos jours, divisée en 18 provinces ecclésiastiques, Paris, E. Repos, 1864-1874, p. 98.
  3. De nombreux auteurs donnent le cardinal de Coislin comme étant le neveu ou petit-neveu du cardinal de Richelieu. Cela est donc impossible puisque son arrière-grand-mère était la tante d'Armand du Plessis. Le cardinal est donc le petit-cousin issu de germain de l'illustre ministre de Louis XIII.
  4. Saint-Simon, Mémoires (1701-1702), Tome II, Éditions de la Pléiade-Gallimard, 1983, p 679
  5. Ibid. p 1503
  6. Rietstap 1884.
  7. Popoff 1996, p. 53.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Pierre du Cambout de Coislin
Orn ext Grand Aumonier 2.svg
Blason fam fr du Cambout de Coislin.svg
Naissance : 1636 Décès : 5 février 1706
Précédé par
Alphonse d'Elbène
Évêque d'Orléans
(1665 – 1706)
Suivi par
Michel Le Pelletier
Titre honorifique
Précédé par
Emmanuel-Théodose de La Tour d'Auvergne
Grand aumônier de France
Grand aumônier de France
(1700 – 1706)
Suivi par
Toussaint de Forbin-Janson