Pierre de Nolhac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre de Nolhac, par Henri de Nolhac, 1924.jpg
Pierre de Nolhac.jpg

Pierre Girauld de Nolhac, dit Pierre de Nolhac, né à Ambert (Puy-de-Dôme) le 15 décembre 1859 et mort à Paris le 31 janvier 1936, est un humaniste, historien et poète parnassien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au Puy-en-Velay, à Rodez et à Clermont-Ferrand, Pierre de Nolhac se rend à Paris en 1880 pour préparer une licence de lettres à la Sorbonne et à l'École pratique des hautes études, où il sera plus tard directeur d'études. Membre de l'École française de Rome en 1882, il y travaille notamment sur l'humanisme italien du XVIe siècle. Nommé en 1886 attaché au musée de Versailles, il en devient le conservateur en 1892, y ouvre une chaire d'histoire de l'art relevant de l'École du Louvre en 1910, puis prend sa retraite au musée Jacquemart-André en 1920. Il est élu membre de l'Académie française en 1922.

Son action au musée du château de Versailles a été déterminante, puisqu'il a largement contribué à sa modernisation et à en reconstituer les collections, notamment celle du mobilier, qui avait été dispersée pendant la Révolution française. Il joua également un rôle important[1] dans les préparatifs de la signature du traité de Versailles qui eut lieu dans le château en juin 1919.

Pierre de Nolhac a laissé une œuvre abondante consacrée en majeure partie à l’histoire, en particulier à l’humanisme pendant la Renaissance. Lors de son séjour à l'École française de Rome (1882-1885), il avait découvert à la Bibliothèque vaticane des manuscrits inédits de Pétrarque, dont le fameux Canzoniere, ce qui lui permit de faire avancer la connaissance à son sujet. Sa monographie sur Fulvio Orsini fait encore autorité. Il a également consacré de très nombreux ouvrages à la reine Marie-Antoinette et au château de Versailles[2]. Son œuvre comme poète fut reconnue en son temps, notamment par son ami le poète italien Gabriele D'Annunzio.

Plaque de la rue Pierre de Nolhac

La bibliothèque centrale de Versailles possède de nombreux manuscrits des principales œuvres de Pierre de Nolhac[1] dont il fit don de son vivant comme Érasme en Italie, La reine Marie-Antoinette, Nattier ou Louis XV et Marie Leszczynska. On peut aussi y trouver l'original de son discours de réception à l'Académie française en 1923 ou sa très volumineuse correspondance avec des personnalités aussi diverses que Proust, Bergson, Leconte de Lisle, Renan, Mussolini ou Lyautey[3],[1].

Un timbre postal a été émis à son effigie le 13 février 1960 à Ambert.

Une rue de Versailles, à proximité immédiate du château entre le pavillon Dufour et le Grand Commun, ainsi qu'un collège de la ville portent son nom.

Il est le père du peintre portraitiste Henri de Nolhac.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

M. Pierre de Nolhac à son bureau, en 1911.
  • Le Dernier Amour de Ronsard (1882)
  • Lettres de Joachim Du Bellay publiées pour la première fois d'après les originaux (1883)
  • Le Canzoniere autographe de Pétrarque (1886)
  • La Bibliothèque de Fulvio Orsini (1887)
  • Petites Notes sur l'art italien (1887)
  • Erasme en Italie. Les études grecques de Pétrarque (1888)
  • Les Correspondants d'Alde Manuce (1888)
  • Matériaux nouveaux d'histoire littéraire (1483-1514) (1888)
  • Le Château de Versailles au temps de Marie-Antoinette (1889)
  • Piero Vettori et Carlo Sigonio, correspondance avec Fulvio Orsini (1889)
  • La Reine Marie-Antoinette (1889)
  • Les Consignes de Marie-Antoinette au Petit Trianon (1890)
  • Le De viris illustribus de Pétrarque, notice sur les manuscrits originaux, suivie de fragments inédits (1890)
  • Il viaggio in Italia di Enrico III, re di Francia, e le feste a Venezia, Ferrara, Mantova e Torin (1890)
  • De Patrum et bledii Aevi scriptorum codicibus in Bibliotheca Petrarcae olim collectis, thèse (1892)
  • Pétrarque et l'Humanisme, thèse (1892)
  • Marie-Antoinette à Trianon (1893)
  • Paysages de France et d'Italie (1894)
  • Pietro Bembo et Lazare de Baïf (1894)
  • Le Château de Versailles musée d'art décoratif (1896)
  • La Dauphine Marie-Antoinette (1896)
  • Le Musée de Versailles. Le Virgile du Vatican et ses peintures (1897)

Versailles triomphant [4]

La France d'autrefois a laissé son image
Faite de pierre et d'eau, de marbres et de fleurs ;
Versailles lui compose un livre de grandeurs
Où l'art de ses enfants l'exalte à chaque page.

Par lui sous notre ciel s’attestent d’âge en âge
Les grâces d’un génie où se prennent les cœurs ;
La volonté d’un seul ordonna ces splendeurs
Et le pays entier se mire en son ouvrage.

Mais ces Français vaillants dont nous sommes les

Savaient entremêler les lauriers et les lis ;
[fils

À cueillir la victoire ils excellaient naguère ;

Et l’on voit, aux plafonds que Le Brun déroula
Du Salon de la Paix au Salon de la Guerre,
L’Allemagne trembler lorsque Turenne est là.

  • Le Premier Travail français sur Euripide : la traduction de François Tissard (1898)
  • Le Château de Versailles sous Louis XV (1898)
  • Les Dernières Constructions de Le Vau à Versailles (1899)
  • Histoire du château de Versailles (1899-1900)
  • L'Allée d'eau des jardins de Versailles (1900)
  • Louis XV et Marie Leszczynska (1900)
  • Trianon de porcelaine. La Création de Versailles (1901)
  • Louis XV et Madame de Pompadour (1903)
  • Poèmes de France et d’Italie (1904)
  • Jean Marc Nattier (1905)
  • Les Jardins de Versailles (1906)
  • François Boucher (1907)
  • Les Sonnets (1907)
  • Jean-Honoré Fragonard (1910)
  • Versailles sous Louis XIV (1911)
  • Versailles au XVIIIe siècle (1918)
  • Vers pour la Patrie (1920)
  • Ronsard et l'Humanisme (1921)
  • Souvenirs d'un vieux Romain (1922)
  • Un poète rhénan ami de la Pléiade : Paul Melissu (1923)
  • Études sur la Cour de France (1924)
  • Le Trianon de Marie-Antoinette (1924)
  • Pierre de Ronsard (1924)
  • Pascal en Auvergne (1925)
  • Versailles inconnu (1925)
  • Madame de Pompadour et la Politique (1928 - Calman Levy, Paris - réédition en 1930 chez Louis Conard, Paris)
  • Le Testament d'un Latin (1928)
  • L'Art de la miniature chez Pétrarque (1928)
  • Autour de la Reine (1929)
  • La Vie et l’œuvre de Maurice Quentin de Latour (1930)
  • Pages auvergnates (1931)
  • L'Art à Versailles (1931)
  • Contes philosophiques (1932)
  • Laus Florentiae, con la versione italiana di Adolfo Mabellini (1932)
  • Le Rameau d'or (1933)

Mémoires[modifier | modifier le code]

  • Souvenirs d'un vieux romain, Paris, Plon, 1930
  • La Résurrection de Versailles : souvenirs d'un conservateur, 1887-1920, Paris, Plon, 1937 ; réédition présentée et annotée par Christophe Pincemaille, Paris, Perrin, coll. « La Société des Amis de Versailles », 2002

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Franck Ferrand, Ils ont sauvé Versailles, Paris, Perrin, 2004
  • Claire Salvy, Pierre de Nolhac, 1859-1936, Polignac, Les Éditions du Roure, 2009 (ISBN 978-2906278851)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Basile Baudez, Élisabeth Maisonnier et Emmanuel Pénicaut (préf. Bernard Kouchner, François de Mazières, Hervé Morin), Les Hôtels de la Guerre et des Affaires étrangères et de la Marine à Versailles : Deux ministères et une bibliothèque municipale du XVIIe au XXIe siècle, Éditions Nicolas Chaudun,‎ juin 2010, 279 p. (ISBN 978-235039-091-8), « Les Papiers Nolhac », p. 137
  2. « Cet érudit et historien issu de vieilles familles d'Ambert et de Riom se passionna, alors qu'il était administrateur du château de Versailles, pour la vie des hôtes illustres qui avaient occupé les lieux et leur consacra d'imposantes biographies (...). Auteur d'ouvrages sur les humanistes. » P. Martin, « Dictionnaire » in Les Auvergnats, La Martinière, 1999.
  3. La bibliothèque de Versailles a fait l'acquisition de cette correspondance en 2003
  4. Sonnet de Pierre de Nolhac, cité par Cl. Salvy, in op. cit., p. 71.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]