Pierre de La Rue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De La Rue (homonymie).

Pierre de La Rue parfois nommé Pierchon, Van Straeten, de Vico ou Platensis, (né vers 1460, probablement, à Tournai et mort le 20 novembre 1518) était un compositeur franco-flamand de la Renaissance.

De la même génération que Josquin Des Prés, il est avec Agricola, Brumel, Compère, Isaac, Obrecht et Weerbeke un des principaux représentants de l'école franco-flamande vers 1500.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un père trompettiste à la Cour de Bourgogne, il est probablement né à Tournai, (république communale au sein du Comté de Flandre des ducs de Bourgogne), actuellement en Belgique mais peu de traces demeurent des premières années de sa vie. Le premier fait authentifié est sa présence à la cathédrale de Sienne en Italie, d'où il a été employé en tant que chanteur de 1483 à 1485. Après Sienne, en 1492 il va à la cathédrale de Bois-le-Duc (actuellement aux Pays-Bas), mais l'année suivante il rejoint la chapelle de l'empereur Maximilien. À sa mort, il passe au service de son fils Philippe Ier de Castille. Le reste de sa carrière a été centré sur Bruxelles, bien qu'il ait fait au moins deux voyages en Espagne, et a passé quelque temps à Malines et à Courtrai, où il mourut. Une épitaphe sur son tombeau à Courtrai laisse supposer qu'il a dû travailler aux cours de France et de Hongrie bien qu'aucune autre preuve ne confirme cette hypothèse. Dans ses voyages en Espagne, il a rencontré plusieurs autres compositeurs dits franco-flamands qui travaillaient en même temps (par exemple, Josquin, Isaac et Robert de Févin) et ces rencontres ont pu être décisives sur le développement de son style[1].

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

De La Rue a écrit des messes, motets, Magnificats, arrangements de Lamentations, et des chansons en langues française et néerlandaise, et en général avec plus de diversité que la plupart des autres compositeurs de sa génération, excepté peut-être pour Josquin. Il semble avoir composé de la musique pendant environ 20 années, commençant à son retour d'Italie; il a été presque impossible jusqu'ici de dater aucun de ses travaux avec précision, mais ils se conforment, pour la plupart, aux tendances stylistiques répandues autour de 1500.

La plupart de ses messes sont pour quatre ou cinq voix, bien qu'il y ait de deux pour six voix, dont la Missa Ave sanctissima Maria un canon, un exploit techniquement difficile digne de Ockeghem. La plupart de ses messes sont construites sur des cantus firmus, bien qu'il écrive de temps en temps des messes-parodies. Il a aimé alterner des textures pour le contraste, employant souvent des passages avec seulement deux voix intercalées entre des parties où les voix sont toutes présentes.

Les motets de de La Rue sont la plupart du temps pour quatre voix ; ils emploient l'imitation dominante, mais rarement au départ (à la différence du modèle de Josquin). Ses trente chansons montrent une diversité de style, plutôt semblables au style bourguignon tardif (par exemple, comme ceux de Hayne van Ghizeghem ou Gilles Binchois), et d'autres qui emploient le style polyphonique. Il semble ne pas avoir pris pour modèle la frottola italienne qui met en lumière les textures homophoniques (que Josquin a employées si efficacement dans ses populaires El Grillo et Scaramella ), quoiqu'il ait vécu en Italie.

Pour prendre contact avec ses oeuvres[modifier | modifier le code]

L'association sans but lucratif Musique en Wallonie permet de prendre contact avec des œuvres de musiciens wallons de cette période dont Pierre de la Rue

Sa popularité[modifier | modifier le code]

Rabelais le mentionne dans Le Quart Livre parmi d'autres compositeurs. Josquin des Prés le mentionne également dans sa Déploration sur la mort de Johann Ockeghem :

"Accoutrez-vous d'habits de deuil/ Josquin, Pirchou, Brumel, Compère,/ Et plorez grosse larme d'œil,/ Perdu avez votre bon père."

Pierre de la Rue, chanson Por quoy non dans l’Harmonice Musices Odhecaton de Petrucci (Harmonice Musices Odhecaton A, Folio 18, source : Musée international et bibliothèque de la musique (Bologne)).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Reese, Music in the Renaissance. New York, W.w. Norton Et Cie., 1954. [ISBN 0393095304}
  • article « Pierre de La Rue, » dans The New Grove Dictionary of Music and Musicians, ED. Stanley Sadie. 20 vol.. Londres, Éditeurs Ltd, 1980 De Macmillan. (ISBN 1561591742)
  • Hocquet A., Un musicien tournaisien dit courtraisien. Dans "Revue tournaisienne" (7), 1911, p. 167-168; Dans "Gazette musicale de Belgique", 15 août 1936
  • Robert Wangermée et Philippe Mercier (directeurs) La musique en Wallonie et à Bruxelles, Tome I Des origines au XVIIIe siècle, La Renaissance du livre, Bruxelles, 1980 [D.1980-0115-8] et en poarticulier les pages 127 à 144.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Site de musicologie.org