Pierre d'Hozier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hozier.
Pierre d'Hozier. Gravure de Laurent Cars.

Pierre d'Hozier (10 juillet 1592, Marseille - 1er décembre 1660, Paris) est un généalogiste français, le premier qui ait débrouillé l'histoire généalogique et qui en ait fait une science.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut sieur de La Garde, du nom d'une petite propriété possédée par un ancêtre homonyme, Pierre Hauzier, qui avait été jardinier à Sens. Nicolas, le fils de Pierre Hauzier et le premier de la famille à s'intéresser à l'héraldique, avait cherché à s'annoblir en se faisant appeler d'Hozier ; un frère de Nicolas partit s'installer à Salon de Provence, suite à quoi la famille se dit originaire de cette ville[1].

Pierre d'Hozier a joui de la faveur de Louis XIII et de Louis XIV, fut juge d'armes, commis pour certifier la noblesse.

Il a composé la Généalogie des principales familles de France, ouvrage immense, en cent cinquante volumes, resté manuscrit. Il a en outre dressé à part et fait imprimer la généalogie de plusieurs familles, telles que celles de Bretagne, de La Rochefoucauld, et de bien d'autres. Il a donné l'Histoire de l'ordre du Saint-Esprit, 1634.

Il fut inhumé dans l'église Saint-André-des-Arts à Paris.

Son fils est Charles René d'Hozier (1640 - 1732).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • à utiliser : Un nobiliaire de Provence inachevé de Pierre d'Hozier par Pierre-François Fournier, Bibliothèque de l'école des chartes, 1919.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gratien-Théodore Tarbé, Recherches historiques et anecdotiques sur la ville de Sens, pp. 270-271.