Pierre Tresso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pietro Tresso (en français Pierre Tresso), dit Blasco, né le à Schio dans la province de Vicence en Vénétie, mort assassiné le dans le sud de la France, était un homme politique italien, qui fut l'un des fondateurs du Parti communiste italien (avec Antonio Gramsci et Amadeo Bordiga), avant d'en être exclu pour trotskisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Militant du PS Italien, puis dirigeant du PCI, d'abord lié à Bordiga puis à Gramsci, Pietro Tresso, victime du stalinisme, fut en 1930 l'un des trois exclus qui donnèrent naissance à la « Nouvelle Opposition Italienne », qui rejoignit l'Opposition de gauche.

Réfugié en France, il milite au sein du Parti ouvrier internationaliste et devient rapidement l'un des membres du secrétariat international trotskiste.

Le , Blasco est arrêté par une brigade spéciale de Vichy. Avec plusieurs de ses camarades, il est condamné aux travaux forcés et est incarcéré successivement dans plusieurs prisons. Dans la nuit du , il fait partie du groupe de 79 prisonniers qui s’évadent de celle du Puy-en-Velay, pour rejoindre le maquis FTP Wodli, dans les forêts du pays d’Yssingeaux. Il est assassiné avec trois camarades trotskistes (Abram Sadek, Pierre Salini et Jean Reboul) le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfredo Azzaroni, Blasco. La riabilitazione di un militanto rivoluzionario, Milan, Azione Comune, 1962-1963.
  • Alfredo Azzaroni, Pierre Naville, Ignacio Silone, Blasco. Pietro Tresso. La vie d'un militant, Commission pour la vérité sur les crimes de Staline, Paris, 1965.
  • Jacques Delarue, « Les disparus du Puy-en-Velay », in L'Histoire no 171, novembre 1993, p. 46-48.
  • Pierre Broué et Raymond Vacheron, Meurtres au maquis, en collaboration avec Alain Dugrand, Bernard Grasset, 1997, (ISBN 2-246-54021-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]