Pierre Ryckmans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Pierre Ryckmans, alias Simon Leys, sinologue belge.
Pierre Ryckmans lors de l'inauguration d'une statue en l'honneur du Roi Albert à Léopoldville en 1938.

Le comte Pierre Ryckmans (Anvers, 26 novembre 1891 - Uccle, 18 février 1959) est un haut fonctionnaire belge. Il fut Gouverneur Général du Congo belge et de Ruanda-Urundi de 1934 à 1946. Il est le fils du sénateur Alphonse Ryckmans, le beau-père de la députée et ancienne présidente du CNCD-11.11.11 Geneviève Ryckmans-Corin[1] et le grand-père de la députée wallonne Hélène Ryckmans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après de brillantes études de droit à l'Université de Louvain, Pierre Ryckmans s'engage comme volontaire en 1914 et fait la campagne de l'Yser avant de partir pour l'Afrique où il participe à la campagne du Cameroun (1915-1916), puis à celle de l'Est Africain allemand (1916-1918), libérant ainsi le Ruanda et l'Urundi qui seront mis sous tutelle de la Belgique. Il y exercera plusieurs hautes fonctions administratives jusqu'en 1928. De retour en Belgique en 1929, il s'installe comme avocat et dispense plusieurs cours à l'Université de Louvain. En 1934, il devient président de l'Institut national pour l'étude agronomique du Congo (INEAC), puis gouverneur général du Congo et du Ruanda-Urundi. Il exerce cette fonction durant toute la guerre muni de pouvoirs exceptionnels par le ministre chargé des colonies Albert de Vleeschauwer. Pierre Ryckmans doit faire face à l'effort de guerre économique en faveur des alliés et à l'organisation des campagnes victorieuses des troupes belgo-congolaises en Éthiopie. Il est aussi appelé à résoudre de graves problèmes politiques dont une mutinerie militaire à Luluabourg[2].

De 1947 à 1957, Pierre Ryckmans est le représentant permanent de la Belgique au Conseil de Tutelle des Nations Unies. En 1951, il devient le premier commissaire belge à l'énergie atomique et fonde, en 1952, le CEAN qui deviendra plus tard le SCK-CEN.

Ryckmans fut créé comte. Il épousa Madeleine Nève de Mévergnies (1891-1989).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Geneviève Ryckmans-Corin », sur Connaître la Wallonie,‎ juin 2012 (consulté le 11/08/2014)
  2. A. Six, Mutinerie dans la Force Publique à Luluabourg en 1944,‎ 1981, 71 p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • In memoriam : Pierre Ryckmans, professeur à La faculté de Droit; 1891-1959, Louvain, 1959 (Éloge académique prononcé en la salle des promotions, le 29 avril 1959, par Son Excellence Mgr. H. van Waeyembergh, Évêque titulaire de Gilba, recteur Magnifique).
  • Jacques Vanderlinden, Pierre Ryckmans, 1891-1959 : coloniser dans l'honneur, De Boeck Université, 1994, (ISBN 978-2-8041-1881-5) sur GoogleBooks

Liens externes[modifier | modifier le code]