Pierre Parrocel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parrocel.

Pierre Parrocel

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Nicolas de Largillierre, Portrait de Pierre Parrocel,
Avignon, musée Calvet.

Naissance 1670
Avignon, France
Décès 1739
Paris, France
Nationalité Français Drapeau de la France
Activités Artiste-peintre, graveur
Maîtres Louis Parrocel
Élèves Joseph François Parrocel

Œuvres réputées

La vie de saint Antoine de Padoue
Jésus calmant la tempête
Érection de la Croix
Descente de la Croix
Saint-Pierre ressuscitant Tabitha

Pierre Parrocel, né en 1670 à Avignon et mort en 1739 à Paris, est un artiste-peintre et graveur français.

Il est le fils du peintre Louis Parrocel (1634-1703) et le frère du peintre Jacques-Ignace Parrocel (1667-1722)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Parrocel descend d'une longue lignée de peintres natifs de Montbrison avec Georges Parrocel, (vers 1540 - vers 1614), son arrière-grand-père, et Barthélemy Parrocel (vers 1595 - 1658 ou 1660), son grand-père. Il naquit et vécut dans une maison de l'actuelle rue Cassan, dite alors rue de l'Ombre, à cause de son étroitesse et qui donne dans la rue des Lices[2].

Son fils, Joseph François Parrocel (1704-1781), né à Avignon et mort à Paris, continua la tradition familiale et décora le Palais du Roure à Avignon[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Le rêve de saint Joseph, cathédrale de Nîmes.

Pierre Parrocel pratique avant tout la peinture religieuse. Ses œuvres, dans la lignée de la peinture baroque, ont su garder la fraîcheur de leurs coloris et il est considéré comme l'égal de Pierre Mignard[4]. Avec lui, il participa à la décoration de la chapelle des Pénitents Noirs[5], de l'église Saint-Symphorie-Les Carmes[6] et de la chapelle des Pénitents Gris[7]. Il fut chargé de l'ornementation du cloître de Saint-Pierre pour lequel il peignit une série de tableaux sur La vie de saint Antoine de Padoue qui se trouvent aujourd'hui conservés dans l'église[8]. Parmi ses autres œuvres, on connait :


  • Jésus apaise la tempête
  • Élévation de la Croix
  • Descente de Croix
  • Saint Pierre ressuscite Tabitha
  • La résurrection du Christ, chapelle de Pénitents Blancs, Avignon
  • La pêche miraculeuse, chapelle de Pénitents Blancs, Avignon
  • Adoration des Mages, église de Saint-Didier, Avignon
  • Saint Grégoire et Sainte Cécile, Collège Saint-Joseph, Avignon
  • César de Bus, Le Triomphe de la religion, cathédrale de Cavaillon, 1710
  • La Nativité, église de L'Isle-sur-la-Sorgue, 1704[22]
  • Le Sauveur après sa résurrection et Sainte Marie-Madeleine (Noli me tangere), église de L'Isle-sur-la-Sorgue, 1707
  • Annonciation, Rognonas
  • Annonciation, Graveson
  • Le Massacre des Innocents, Carpentras
  • La Peste au temps des Philistins, Carpentras
  • Saint François de Sales montre la Vierge agenouillée dans un cœur enflammé, cathédrale de Carpentras
  • La Sainte Famille avec un ange qui lui tend une grappe de raisin à l'enfant Jésus, cathédrale de Carpentras
  • Marie sur un nuage et le Saint-Esprit, cathédrale de Carpentras
  • Histoire de sainte Ursule en cinq tableaux, Beaucaire
  • Le Rêve de Joseph, cathédrale de Nîmes (dont le dessin est au Musée Calvet d'Avignon)
  • Immaculée Conception, un tableau dans l'église de Saint Paul et l'autre à la Maison Carrée de Nîmes
  • Annonciation de Marie, église Saint-Césaire, Arles
  • Chœur des Anges, église Saint-Julien, Arles
  • Prise en charge de Marie, 220 cm × 250 cm, église Saint-Julien, Arles
  • Sainte-Thérèse, 500 cm × 600 cm église de la Charité, Arles
  • Annonciation, couvent des Capucins, Tarascon


  • Musée Calvet Avignon :
    • La résurrection du Christ[23]
    • Saint François d'Assise
    • Marie avec l'Enfant Jésus dans ses bras
    • Annonciation,
    • Dessins à la pierre noire : Jésus calmant la tempête[24], Érection de la croix[25], descente de la croix[26], Saint Pierre ressuscitant Tabitha[27]
  • Musée des beaux-arts de Marseille :
    • Le Couronnement de la Vierge par l'Enfant Jésus, 1719[28]
    • Histoire de la vie de Tobie : Mort du vieux Tobie[29], Première nuit de noce[30], La Foi judaïque[31], Arrivée chez Raguel[32], Arrivée à la maison paternelle du jeune Tobie et de son épouse[33], Adieux de Tobie à son beau-père[34], etc. Ces peintures au nombre de seize avaient été commandées par le duc de Noailles. Une partie avait été exécutée à Avignon, l'autre chez le duc à Saint-Germain-en-Laye [35]. Étienne Parrocel dans son livre Les annales de la peinture raconte dans quelles circonstances l'acquisition de ces tableaux a été faite par le négociant marseillais Louis-Joseph Denis Borély qui les a exposées dans son château où se trouve actuellement le musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode à Marseille. Louis XV chassant dans la forêt de Saint-Germain-en-Laye est hébergé par le duc de Noailles. Le roi n'apprécie pas ces œuvres et dit à son hôte : « Savez-vous Monsieur le duc que vous avez là des tableaux fort peu réjouissants ? »[36]. En courtisan zélé le collectionneur met ses tableaux en vente après avoir commandé à Boucher une série plus aimable. Louis-Joseph Denis Borély de passage à Paris s'en rendit acquéreur en 1770 pour le prix de 12 000 livres alors qu'ils en avaient coûté 30 000 au duc de Noailles.


  • Le Triomphe de Bacchus et Ariane, gravure de Pierre Subleyras
  • Le Triomphe d'Amphitrite, gravure
  • Bacchanale, gravure
  • Les Mendiants, gravure
  • Le Bœuf, gravure

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arbre généalogique de la famille Parrocel : voir Parrocel.
  2. Joseph Girard, op. cit., p. 313.
  3. Joseph Girard, op. cit., p. 185.
  4. Joseph Girard, op. cit., p. 85.
  5. Joseph Girard, op. cit., p. 279.
  6. Joseph Girard, op. cit., p. 304.
  7. Joseph Girard, op. cit., p. 310.
  8. Joseph Girard, op. cit., p. 270.
  9. « Sainte cunégonde et sainte Cécile », base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « Sainte Marie l'égyptienne », base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « Le Christ en croix », base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « Sainte Catherine de Sienne », base Palissy, ministère français de la Culture
  13. « Sainte Catherine de Sienne », base Palissy, ministère français de la Culture
  14. « Adoration des mages », base Palissy, ministère français de la Culture
  15. « Adoration des bergers », base Palissy, ministère français de la Culture
  16. « L'Annonciation », base Palissy, ministère français de la Culture
  17. « Notre Dame du peuple », base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « Notice no PM84000231 », base Palissy, ministère français de la Culture
  19. « La sainte famille », base Palissy, ministère français de la Culture
  20. « Cinq tableaux de la chapelle des pénitents gris », base Palissy, ministère français de la Culture
  21. « Neuf tableaux de la vie de saint Antoine de Padoue », base Palissy, ministère français de la Culture
  22. « Notice no APMH0190449 », base Mémoire, ministère français de la Culture
  23. La résurrection du christ
  24. Jésus calmant la tempête
  25. Érection de la croix
  26. descente de la croix
  27. Saint Pierre
  28. « Notice no 000PE014663 », base Joconde, ministère français de la Culture
  29. « Notice no 000PE014647 », base Joconde, ministère français de la Culture
  30. « Notice no 000PE014653 », base Joconde, ministère français de la Culture
  31. « Notice no 000PE014660 », base Joconde, ministère français de la Culture
  32. « Notice no 000PE014654 », base Joconde, ministère français de la Culture
  33. « Notice no 000PE014649 », base Joconde, ministère français de la Culture
  34. « Notice no 000PE014651 », base Joconde, ministère français de la Culture
  35. Simone Bourlard-Collin, Nicole Martin-Vignes et Christine Daffis-Felicelli, Les Borély : Une famille...Une demeure..., Marseille, Catalogue de l'exposition au musée Borély de décembre 1980 à avril 1981, Imprimerie municipale de Marseille,‎ 1980, 53 p., p. 25
  36. Étienne-Antoine Parrocel, Annales de la peinture, Ch. Albessard et Bérard,‎ 1862, 614 p. (lire en ligne), p. 263

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :