Pierre Nothomb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nothomb.

Pierre Frédéric Albert Marie Joseph, baron Nothomb, né le 28 mars 1887 à Tournai et mort le 29 décembre 1966 à Habay-la-Neuve, est un écrivain et homme politique belge.

Un village de la région d'Arlon porte son nom (Nothomb) mais cela n'explique pas l'attachement de Pierre Nothomb à l'Ardenne, car l'écrivain est né à Tournai le 28 mars 1887 (il allait jusqu'à travestir le nom du lieu de sa naissance en Tournay qui est un petit village de l'Ardenne près de Verlaine, ce qui, somme toute est aussi une connotation littéraire, pas arbitraire (« Au pays de mon père, il est de bois sans nombre... »).

Une famille prestigieuse[modifier | modifier le code]

Pierre Frédéric André Marie Joseph Nothomb était le fils de Paul Nothomb (1855-1916), conseiller à la Cour d'Appel de Bruxelles et d'Eugénie de le Court.

Il descend d'une famille de serviteurs de l'État. Jean-Baptiste Nothomb, le benjamin du Congrès national, fut premier ministre, et partisan farouche de l'unionisme. Alphonse Nothomb fut ministre de la Justice. Ils étaient frère et demi-frère de Jean-Pierre Nothomb (1807-1880), le grand-père de Pierre Nothomb.

Devenu docteur en droit et avocat, Pierre Nothomb délaissa bientôt un cabinet d'avocat d'affaires pour se consacrer pleinement à la littérature et la politique. Personnage belge typique de l'entre-deux-guerres, poète au cœur généreux, il passionnera et enchantera longtemps encore ses lecteurs ainsi que les visiteurs du domaine où il vécut de nombreuses années (Le château du Pont d'Oye à Habay-la-Neuve - Belgique)

Généalogie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Nothomb est le fils de Paul Nothomb (1855-1916) et Eugénie de le Court (1857-1941);
  • Pierre Nothomb se maria trois fois et eut treize enfants:
    • en 1911 avec Juliette Bamps (1891-1926) avec laquelle il eut huit enfants
    • en 1928 avec Ghislaine Montens d'Oosterwyck (1899-1961) avec laquelle il eut cinq enfants
    • en 1963 avec Alice, baronne van Zuylen van Nyevelt (1901-1988), veuve de Henri Kervyn (1888-1961).

Il était le père d'entre autre Charles-Ferdinand Nothomb, ce que souligne cet éloge au Parlement : [1]. Il était aussi le père de Paul Nothomb, le grand-père de Patrick Nothomb et de François Roelants du Vivier, l'arrière-grand-père d'Amélie Nothomb.

Pierre Nothomb obtint concession de noblesse héréditaire en 1933 et le titre personnel de baron en 1937.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Nothomb a vingt ans à peine quand il signe ses premiers écrits (notamment la Morte, un acte en vers, datant de 1907). Il se consacre bientôt à la revue Durendal qui fut aussi maison d'édition.

Durant la Première Guerre mondiale, il est attaché au gouvernement belge à Sainte-Adresse et rédige de la propagande : Les Barbares en Belgique, La Belgique martyre, Le Roi Albert.

À l'issue de la guerre, il fonde le mouvement La grande Région qui prône la création d'un État regroupant le Grand-Duché de Luxembourg, une partie de l'Allemagne, des Ardennes françaises et du Limbourg hollandais (ce qui amènera l'état-major hollandais à préparer une attaque militaire contre la Belgique). Albert Ier fustige cette politique.

Bruxelles et l'Ardenne[modifier | modifier le code]

Il se partage entre Bruxelles et l'Ardenne, fonde l'Académie belgo-luxembourgeoise (1948), relance la cérémonie de la Bénédiction de la forêt à l'automne, à la forêt d'Anlier. Père de 13 enfants, Pierre Nothomb, actif sur le plan littéraire et politique, acquiert le Pont d'Oye, à Habay-la-Neuve, un ancien domaine de maître de forges wallon où il reçoit de nombreux écrivains et où il est inhumé.

Écrivain passionné[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur d'un nombre incalculable de poèmes, essais, romans biographies où se mélangent sa foi profonde et un amour presque immodéré et sensuel de la vie. Marisabelle, (1920). L'Arc-en-ciel (1909), Porte du ciel, Clairière (1941), L'Été d'octobre (1963), Pater alterné (1950) , Élégie du solstice (1959). Cette abondance diffuse est compensée, comme dans Terrasse (1957), par sa toute simple sincérité. Sa force de conviction, son esprit vif, sa sensibilité exacerbée et son attachement viscéral à la terre font de lui un passionné déterminé.

La politique[modifier | modifier le code]

Pierre Nothomb apparait comme la figure de proue des mouvements nationalistes nés au lendemain de la Première Guerre mondiale. En 1919, Il fonde le Comité de Politique nationale (C.P.N.): il regroupait des généraux, des hommes d'affaires, des juristes, des hommes de lettres, des politiciens (et même quelques socialistes). Mais l'engouement pour ce premier mouvement s'estompe rapidement après l'échec des plans d'annexion du Limbourg et du Luxembourg. Nothomb se tourne de plus en plus vers les problèmes de politique intérieure avec un discours résolument de droite. Son nationalisme perd alors la majorité de ses premiers adhérents, et il essaye de compenser cette perte d'influence par un discours de plus en plus violent. C'est dans cette optique que l'Action nationale sera créée.

C'est au début de 1924 que Pierre Nothomb et ses amis fondent la fédération d'Action nationale avec pour objectif de fédérer les divers groupuscules nationalistes. Le premier numéro de l'Action nationale, qui succède au Politique comme organe du C.P.N., paraît le 12 avril 1924 et entend influer sur la vie politique intérieure belge. La tendance, elle, est au catholicisme autoritaire, teinté de maurrassisme et de nationalisme corradinien. L'hebdomadaire est caractérisé par une hostilité farouche envers la démocratie parlementaire. L'ennemi par excellence est le marxisme fondé par le "juif boche" Karl Marx. Le mouvement était avant tout antisocialiste et manifestait une grande admiration pour Mussolini. L'idéologie restait plutôt vague, le programme positif prévoyait un gouvernement fort, responsable devant le roi plutôt que devant le parlement et la création d'organes corporatistes à compétences législatives.

L'Action nationale s'appuyait sur une organisation créée en 1925, les "Jeunesses nationales" (1925-1932). Comptant quelque deux à trois milliers de membres, principalement des élèves des collèges catholiques âgés de seize à dix-neuf ans. Ils ne portaient pas d'uniforme mais un insigne. Ils étaient de service lors des meetings, vendaient le journal, paradaient aux cérémonies patriotiques et se querellaient avec les socialistes et les nationalistes flamands. Leur plus célèbre action fut le saccage d'une exposition soviétique en janvier 1928.

Comme leader, P. Nothomb, "Napoléon de la marmaille" comme l'appelaient ses adversaires, n'a jamais bénéficié d'un réel prestige. De plus, cet adversaire du parlementarisme essaiera plusieurs fois d'entrer au parlement (1925 et 1929, sur les listes catholiques), ce qui créera une certaine confusion au sein des membres du mouvement et contribuera à sa disparition.

C'est le 9 août 1930 que paraît le dernier numéro de l'Action nationale. Les troupes de Nothomb s'effritent alors rapidement. Lorsque Nothomb engage ses derniers fidèles, souvent d'origine libérale, à rejoindre le parti catholique et ses Jeunes Gardes, c'est la débandade[1].

Il sera sénateur pour le Parti catholique de 1936 à 1946 et du Parti Social Chrétien de 1946 à 1965. Il est également conseiller communal à Saint Josse-ten-Nooede (1932-1936) et à Habay-la-Neuve (1938-1958)

Le 26 juillet 1950 il fait cette déclaration à la suite d'une réunion du PSC du Luxembourg à Neufchâteau; au cœur de la tourmente de la Question royale: Jamais le Luxembourg ne fera partie d'une Wallonie séparatiste et d'ailleurs elle ne l'est pas.

L'histoire[modifier | modifier le code]

Il aborde l'histoire et la politique dans Étapes du nationalisme belge (1918) Risquons-Tout (1926) Les Dragons de Latour (1934). Il s'inspire des événements de la guerre de 1940, rêve (comme Degrelle mais en se séparant de lui politiquement: Degrelle n'a pu supporter une scène où Nothomb l'invitait à prendre un bain nu), d'un État bourguignon.

La Bible[modifier | modifier le code]

La Bible l'inspire : Vie d'Adam (1929), L'Égrégore (1945), Le Roi David (1960). Il écrit aussi des romans : La Rédemption de Mars (1923) (un athée et un chrétien visitent la planète Mars), Le Lion ailé (1926),Morménil (1955), Fauquebois (1918), Chevalerie rustique (1927). D'autres livres chantent l'Ardenne : Le Sens du pays (1930), La Ligne de faîte (1945). Curieux Personnages (1942).

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Alphonse DE MARNEFFE, Pierre Nothomb, Charleroi, 1936
  • Frédéric KIESEL, Le cycle d'Olzheim, ou Pierre Nothomb chroniqueur et visionnaire, dans: Revue Générale Belge, 1964, pp. 19-36.
  • Paul VAN MOLLE, Le parlement belge, 1894-1972, Anvers, 1972
  • Oscar COOMANS DE BRACHÈNE, État présent de la noblesse belge, Annuaire 1995, Bruxelles, 1995.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. Stengers, La droite en Belgique avant 1940, in Courrier hebdomadaire du C.R.I.S.P., Bruxelles, 1970, p. 19 ; F. Balace, Pierre Nothomb et les autres nationalistes belges, 1924-1930, in Pierre Nothomb et le nationalisme belge de 1914 à 1930, Cahiers de l'Académie Luxembourgeoise, Arlon, 1980, p. 65