Pierre Movilă

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Movilă

Pierre Movilă (en roumain : Petru Movilă ; en ukrainien : Петро Могила : Petro Moguila ; en polonais : Piotr Mohyła), né le 21 décembre 1596 à Suceava et mort le 22 décembre 1646 à Kiev, fut le métropolite orthodoxe de Kiev et de Halych (Galicie) de 1633 à sa mort.

Origine[modifier | modifier le code]

Pierre Movilă est né dans une famille de boyards roumains  : les Movilești. Son père Simion Ier Movilă a été voïvode de Valachie et ses frères Mihai Movilă et Musa Movilă, de la Moldavie. Le nom de Movilă signifie "de la butte" en roumain. Il parlait roumain, latin, grec, slavon, ukrainien, polonais, russe, néerlandais et français. Il est particulièrement connu pour la réforme importante de l'éducation et de la liturgie dans l'Église orthodoxe.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté la Moldavie, Pierre a vécu et œuvré dans ce qui est aujourd'hui l'Ukraine. C'était à l'époque le royaume Polono-lituanien dit Rzeczpospolita. Il a fait des études dans plusieurs pays européens, à l'académie polonaise de Zamość, puis dans des universités hollandaises et enfin à Paris, à la Sorbonne.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

En 1625, Pierre Movilă entre au monastère à Kiev. En 1627, il est élu archimandrite de la Laure de Petchersk. Il propose en 1629 au Synode de Kiev le Liturgiarion, descriptif de la liturgie orthodoxe, ouvrage loué par sa hiérarchie[1]. En 1632, devenu métropolite de Kiev, il s'inspire des méthodes pédagogiques des Jésuites pour créer la première académie orthodoxe apte à former des élites cultivées capables de rivaliser avec les catholiques[2]. Il est souvent perçu comme ayant beaucoup fait pour “occidentaliser” l'Église Orthodoxe. Il joua également un rôle diplomatique important en tentant au maximum de concilier les revendications d'indépendance des Cosaques, en particulier Bogdan Khmelnitski avec les exigences des rois de Pologne[2]. On peut dire que Pierre Movilă fut l'une des personnalités qui contribuèrent le plus à la définition de la culture ruthène, ancêtre des nations ukrainienne et biélorusse. À ce titre, il est autant une personnalité historique ukrainienne, que roumaine et polonaise.

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Liudmila V. Charipova (Department of Modern History, University College Dublin), Latin Books and the Eastern Orthodox Clerical Elite in Kiev, 1632-1780
  2. a et b Jean Charles Lallemand, Les confins de l'OTAN : l'espace Baltique - Mer Noire.