Pierre Méchain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre-François Méchain

Description de l'image  Pierre_mechain.jpg.
Naissance 16 août 1744
Laon (France)
Décès 20 septembre 1804 (à 60 ans)
Castellón de la Plana (Espagne)
Nationalité Française
Champs Astronomie, mathématiques, géodésie
Institutions Bureau des longitudes, Observatoire de Paris

Pierre François André Méchain, né à Laon le 16 août 1744 et mort à Castellón de la Plana (Espagne) le 20 septembre 1804, est un astronome français. Avec son ami Charles Messier, il est l'un de ceux qui découvrirent le plus d'objets du ciel profond avant William Herschel.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Pierre Méchain est le fils de l'architecte Pierre François Méchain. Il se révèle doué en mathématiques et en physique mais doit abandonner ses études par manque d'argent. Ses talents en astronomie sont remarqués par Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande (1732-1807) dont il devient l'ami et qui l'engage comme assistant. Il se lie également avec Charles Messier en 1774. Le 4 novembre 1777, il épouse Barbe-Thérèse Marjou, dont il a deux garçons et une fille. Il est admis à l'Académie des sciences en 1782.

Il est chargé de la Connaissance des temps en 1788 et remplit une mission géodésique entre 1792 et 1795, année où il entre au Bureau des longitudes.

Il a laissé un fils, Jérôme Isaac Méchain, astronome comme son père. À Paris (XIVe) une rue, et à Laon un lycée portent son nom en son honneur.

Ses découvertes[modifier | modifier le code]

Pierre Méchain est connu surtout pour avoir découvert une majeure partie des objets du catalogue Messier. Entre 1779 et 1782, il ne découvre pas moins de 29 objets dont il indique la position à son ami Charles Messier, qui les inclut dans son catalogue. Méchain découvre deux comètes en 1781 et détermine leur orbite grâce à ses connaissances mathématiques. En 1781 et 1799, il découvre pas moins de sept comètes.

Il effectue également, avec Jean-Baptiste Delambre, une mesure de l'arc du méridien Dunkerque-Barcelone afin de déterminer précisément le mètre, mais il refuse de communiquer ses mesures à cause d'une anomalie de 3 secondes d'arc qui l'obsède jusqu'à sa mort. C'est d'ailleurs pour refaire la mesure qu'il retourne en Espagne, où il meurt de la fièvre jaune.

Publications[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Un mètre pour mesurer le monde, film documentaire d'Axel Engstfeld, ARTE, Allemagne, 2010, 55'

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :