Pierre Lafue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Lafue est né le 18 septembre 1895 au Pont-de-Montvert (Lozère), décédé le 8 août 1975 à Reims. Il fut professeur aux collèges de Cusset de 1917 à 1929, d'Étampes de1929 à 1933, puis Jean-Baptiste-Say à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Reçu licencié ès lettres-allemand en 1915 et ajourné pour faiblesse par le conseil de révision, Pierre Lafue a débuté dans le journalisme par des reportages en Suisse pour Le Petit Méridional, avant de devenir, fin 1918, l'un des chroniqueurs réguliers de politique étrangère de ce quotidien radical de Montpellier, collaboration qui se poursuivit jusqu'à la disparition du journal à l'été 1944. Il écrivit parallèlement dans la Revue universelle de 1921 à 1944 et la Revue hebdomadaire à partir de 1922[1].

En 1934, il rencontre Georges Mandel, alors député. Pierre Lafue devient la plume du Ministre des Postes, Télégraphes et Téléphones. Lorsque Georges Mandel prend le portefeuille des Colonies, Pierre Lafue s'occupe de la presse et de la radio au sein du ministère. À cette occasion, il compose une "dramatique" bi-hebdomadaire lue sur les ondes sur la vie de personnalités célèbres. Pierre Lafue consacrera aussi une biographie à Gaston Doumergue qu'il avait rencontré à de nombreuses reprises. Il assure aussi la représentation du ministère auprès des services de la Censure et de l'Information, alors dirigé par Jean Giraudoux.

C'est aussi au ministère qu'il rencontre Marguerite Duras avec laquelle il travaillera. Pendant l'éphémère Ministère de l'Intérieur assumé par Georges Mandel en mai-juin 1940, Pierre Lafue fera encore partie de son cabinet.

En 1943, Pierre Lafue se retire de l'enseignement pour se consacrer à ses activités littéraires et historiques, ce qui le conduit à voyager à travers l'Europe et en Allemagne plus particulièrement.

À partir de 1955 jusqu’à son décès, Pierre Lafue occupa les fonctions de directeur de collections historiques chez divers éditeurs.

En 1965, il a reçu le Grand Prix de la Société des gens de lettres (Grand Prix de littérature de la SGDL), deux ans plus tard il est lauréat de l'Académie française (1967).

Son activité de journaliste lui a permis de rencontrer de nombreuses personnalités. Certaines de ces rencontres sont retracées dans l'autobiographie intitulée Pris sur le vif et publiée à titre posthume, sous l'impulsion de sa veuve, Yolande Lafue, avec une préface de Louis Joxe. Il entretient des rapports étroits avec les écrivains de son époque, fréquente les lieux de rencontre de Saint Germain des Prés. Il travaille également pour des revues telles que Miroir de l'Histoire ou Historia, et pour la radio.

Pierre Lafue effectua de nombreux séjours en Allemagne. Il a publié une Histoire de l'Allemagne et plusieurs ouvrages consacrés à l'Allemagne.

Les archives de Pierre Lafue ont été compilées par Michel Portal, avant qu'elles ne soient déposées aux Archives Nationales. Le fonds Pierre Lafue reprend notamment son œuvre d'écrivain et de journaliste, dont une part, inédite, est aujourd'hui accessible aux chercheurs.

Créatrice de la Fondation Pierre-Lafue après son décès accidentel le , sa veuve, Yolande d'Argence, est décédée le 19 février 2011.

Œuvres (extraits)[modifier | modifier le code]

Histoire

  • Frédéric II, Hachette, 1932
  • Gaston Doumergue, Plon, 1933
  • Louis XVI, Hachette, 1941
  • L'assassinat du duc de Guise, Éditions Colbert, 1942
  • Desmaret, policier de l'Empereur, Éditions Colbert, 1943
  • Louis XVIII, Les Éditions de France, 1944, réédition France Empire 2012
  • Le Père Joseph, Hachette, 1946
  • Sainte Thérèse d'Avila, Les Éditions de la Nouvelle France, 1946
  • Henri III et son secret, Hachette 1949
  • Histoire de l'Allemagne, Flammarion, 1950
  • Marie-Thérèse, Impératrice et Reine, Flammarion 1957
  • Louis XV, Hachette, 1952
  • Histoire du Peuple Français, Nouvelle Librairie de France, 1952
  • Rohan contre le Roi, Le Livre contemporain, 1959
  • La Tragédie de Marie-Antoinette, Éditions Mondiales, 1965

Romans

  • La Voleuse, Les Éditions de France, 1938
  • La Plongée, Gallimard, 1941
  • L'Arbre qui avait pris feu, Gallimard, 1943
  • Patrice ou l'été du siècle, Gallimard, 4 volumes, 1954
  • Le Village aux trois ponts, Société des Lettres, Sciences et Arts de la Lozère

Essais

  • La vie quotidienne des cours allemandes au XVIIIe siècle, Hachette, 1963
  • La France perdue et retrouvée, Plon
  • Lénine ou le mouvement, Éditions Prométhée, 1930
  • Le Prêtre ancien et les commencements du nouveau prêtre, Plon, 1967

Autobiographie, journal

  • Pris sur le vif, Les Éditions Mondiales, 1978; préface de Louis Joxe

Théâtre radiophonique

  • Philippe II ou la tyrannie de Dieu
  • Charles Quint ou la puissance impossible
  • Marie Stuart change de maître

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roland Andréani, « Pierre Lafue : un Lozérien à la rencontre de Lénine » dans Pratiques et cultures politiques. Hommage à Raymond Huard, Montpellier, Université Paul Valéry, 1995, p. 437-446.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Andréani, « Pierre Lafue : un Lozérien à la rencontre de Lénine » dans Pratiques et cultures politiques dans la France contemporaine. Hommage à Raymond Huard, Montpellier, Université Paul Valéry, 1995, p. 437-446.
  • Yolanda d'Argence-Lafue, La Maledetta, Nice, 1982.
  • Jean-Pierre Levert, Thomas Gomart, Alexis Merville, Un lycée dans la tourmente : Jean-Baptiste Say 1939-1944, Calmann-Lévy, 1995.

Liens externes[modifier | modifier le code]