Pierre Lafitte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lafitte.

Pierre Lafitte est un journaliste et éditeur français né à Bordeaux en 1872 et mort à Paris le 13 décembre 1938.

Biographie[modifier | modifier le code]

Journaliste à L'Écho de Paris et dans diverses revues cyclistes, Pierre Lafitte lança ses propres publications à l’âge de vingt-cinq ans.

Il créa coup sur coup plusieurs périodiques : La Vie au grand air (1897), Musica (1902), Femina (1901), Je sais tout (1905), Fermes et Châteaux (1906), et surtout Excelsior (1910).

Ne se limitant pas à la presse, Lafitte publia par ailleurs des albums abondamment illustrés, renouvela le roman populaire en éditant dans ses collections à bon marché les aventures d’Arsène Lupin, Rouletabille et de Sherlock Holmes illustré par Gaston Simoes de Fonseca. Il innova en créant une collection enfantine cartonnée et illustrée en couleur, sous la direction de Franc-Nohain, la « Lilliput-Bibliothèque », et l’« Idéal-Bibliothèque ».

Il créa également en 1908 la coupe Femina (golf) (renommé par la suite Trophée Pierre Lafitte), une compétition de golf féminine[1], suivie en 1910 d'un prix homonyme réservée aux aviatrices

Excelsior n’étant pas rentable, Pierre Lafitte dut céder à Hachette ses publications périodiques et ses éditions en 1916, ainsi que ses locaux des Champs-Élysées dans lesquels il avait ouvert le théâtre Femina.

Arsène Lupin[modifier | modifier le code]

Les premières éditions d’Arsène Lupin ont été publiées dans Je sais tout dès 1905. Pierre Lafitte demanda à Maurice Leblanc d’écrire un roman policier dont le héros soit aussi brillant que Sherlock Holmes en Angleterre. Léo Fontan est le dessinateur des jaquettes. Cependant, plusieurs dessinateurs ont participé aux illustrations internes comme Maurice Toussaint, Roger Broders ou Manuel Orazi. C’est toutefois Léo Fontan qui donne à Lupin ce visage fin et ironique avec le monocle et la canne. Cette image est toujours vivace, plus d'un siècle après sa création.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Et Pierre Lafitte créa la golfeuse » sur le site de l'APGF