Pierre Laffitte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laffitte.
Pierre Laffitte
Image illustrative de l'article Pierre Laffitte
Fonctions
Sénateur des Alpes-Maritimes
14 mai 198530 septembre 2008
Gouvernement Ve République
Groupe politique RDSE
Biographie
Date de naissance 1er janvier 1925 (89 ans)
Lieu de naissance Saint-Paul-de-Vence

Pierre Paul Laffitte, né le 1er janvier 1925 à Saint-Paul-de-Vence (Alpes-Maritimes), est un scientifique et homme politique français, membre du Parti radical et sénateur honoraire.

Carrière scientifique[modifier | modifier le code]

Pierre Laffitte a été élève de Célestin Freinet à Saint-Paul-de-Vence[1]. Entré à l'École polytechnique en 1944, puis à l'École nationale supérieure des mines de Paris en 1947, Pierre Laffitte en sort dans le corps des Mines, où il fait carrière. Il est, depuis 1973, ingénieur général des Mines[2].

Il est d'abord affecté au service de la carte géologique de la France, au Bureau de recherches géologiques, géophysiques (BRGG). Il y obtient un doctorat d'Etat en géologie. Il devient ensuite directeur, puis directeur général adjoint du Bureau de recherches géologiques et minières qui succède au BRGG (1959-1963).

En 1963, il est nommé sous-directeur de l'École nationale supérieure des mines de Paris, puis directeur de 1974 à 1984. C'est Pierre Laffitte qui donne l'impulsion pour développer fortement la recherche partenariale à l'Ecole des mines, grâce à des contrats avec des entreprises. Il obtient les crédits nécessaires pour développer les laboratoires de l'Ecole en dehors de Paris, à Fontainebleau, Evry et Sophia Antipolis.

Il est à l'origine, en 1968, de la création de la Conférence des grandes écoles, dont il est le secrétaire général de 1968 à 1979, puis le président jusqu'en 1985. De 1981 à 1983, il mène une campagne pour lutter contre la suppression des Grandes écoles, qui était une idée à la mode dans les cercles du pouvoir[3].

Sophia Antipolis[modifier | modifier le code]

Il est à l'origine, en 1968, de la technopole de Sophia Antipolis, nommée d'après son épouse Sophie Glikman-Toumarkine, femme de lettres et universitaire issue d'une famille de noblesse russe[2]. Il y fait construire, à partir de 1973, des bâtiments pour abriter des laboratoires de l'École des mines de Paris.

En 1984, il crée la Fondation Sophia Antipolis, reconnue d'utilité publique, dont il devient le président. La fondation devient, en 2006, fondation abritante.

Par la suite, compte tenu du succès international de cette grande technopole française, une terre de "start-up"[4], Pierre Laffitte crée le Club des Technopoles (International Association of Science Parks), dont il est président d'honneur[5].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Élu conseiller municipal de Saint-Paul-de-Vence en 1968, il est constamment réélu depuis.

Devenu sénateur des Alpes-Maritimes le 14 mai 1985, en remplacement de Francis Palmero, décédé, il est réélu le 24 septembre 1989 et le 27 septembre 1998 au second tour de scrutin, sous l'étiquette UDF. Au Sénat, il siège au sein du groupe du Rassemblement démocratique et social européen (RDSE). Vice-président de la commission des affaires culturelles jusqu'en 2004, membre du bureau national du Parti radical valoisien[6], il devient président du groupe du RDSE suite au décès de Jacques Pelletier, en septembre 2007.

Pierre Laffitte, vice-président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, a notamment coécrit avec Claude Saunier, sénateur des Côtes-d'Armor, en 2006, un rapport sur le changement climatique[7] et en 2007, sur la biodiversité[8].

Lors des élections sénatoriales de 2008, ayant décliné la 3e place qui lui était proposée sur la liste UMP-Nouveau Centre[9], il décide de monter sa propre liste : « Pierre Laffitte, une vision durable en Méditerranée », composée de membres du Parti radical valoisien et de sans étiquette[10]. Le 21 septembre 2008, à 83 ans, il n'est pas réélu[11]. Le mois suivant, Yvon Collin (PRG) lui succède à la tête du RDSE et, ayant effectué plus de 18 ans de mandat, Pierre Laffitte est élevé à la dignité de sénateur honoraire.

Réseau Innovation Euromed[modifier | modifier le code]

En janvier 2009, Pierre Laffitte est chargé par Nicolas Sarkozy, président de la République, d'une mission pour la création d'un réseau spécifique de développement de l'innovation en Euroméditerranée[12].

D'une durée de deux ans, la mission est de favoriser cette coopération avec les membres de l'Union pour la Méditerranée, d'aider à la création de nouveaux pôles en Méditerranée autour des axes prioritaires, comme les autoroutes de la mer, la dépollution de la Méditerranée, le plan solaire méditerranéen (PSM), impliquer plus fortement tous les acteurs financiers, renforcer les liens internationaux déjà existants entre les clusters (pôles de compétence) et les pôles du bassin méditerranéen et développer de nouveaux partenariats ainsi que des échanges de bonne pratiques entre pôles, clusters, et PME.

Groupe européen de politique des clusters[modifier | modifier le code]

En mars 2009, Pierre Laffitte est nommé président honoraire du Groupe européen de politique des clusters (pôles de compétence) par la Commission européenne. Ce groupe aura pour tâche d’examiner en détail les activités à mettre en place pour soutenir une coopération internationale des clusters au niveau européen afin de faciliter l’émergence de nouveaux clusters, de mieux promouvoir l’excellence de ces derniers en Europe et de renforcer leur position sur le marché mondial au bénéfice des entreprises[13].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Introduction à l'étude des roches métamorphiques et des gîtes métallifères
  • Métallogénie de la France
  • Carte minière du globe sur fond tectonique au 1/20 000 000e (UNESCO)
  • Traité d'informatique géologique
  • Les Technopoles en France (Encyclopædia Universalis)
  • Sophia Antipolis. Naissance d'une Ville ?
  • L'Accès au savoir par la télévision (Economica)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Nourrisson, Paul Jeunet, Cinéma-école, aller-retour : actes du colloque de Saint-Étienne, novembre 2000, Université de Saint-Etienne, 2001
  2. a et b Annales de l'X
  3. Cette idée resurgira lorsque Claude Allègre, Ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie, confie le 21 juillet 1997 une mission à Jacques Attali relative à l'étude de solutions pour intégrer les grandes écoles dans l'université
  4. « Pierre Laffitte : Sophia Antipolis, terre de start-ups », Competence06.com, 6 décembre 1999
  5. International Association of Science Parks
  6. Composition du bureau national, sur le site du Parti radical
  7. Pierre Laffitte et Claude Saunier, « Les apports de la science et de la technologie au développement durable, Tome I : Changement climatique et transition énergétique : dépasser la crise », 27 juin 2006, en ligne sur le site du Sénat
  8. Pierre Laffitte et Claude Saunier, « Les apports de la science et de la technologie au développement durable - Tome II : La biodiversité : l’autre choc ? l’autre chance ? », en ligne sur le site du Sénat
  9. « L'UMP : de suspense en surprises… », Nice Matin, 30 août 2008
  10. « Sénatoriales : le grand renouvellement sur la Côte » Rivierabiz.com, 15 septembre 2008
  11. Élections sénatoriales de 2008 - Résultats dans les Alpes-Maritimes
  12. Jean-Pierre Largillet, « Pierre Laffitte chargé de la création du Réseau Innovation Euromed », dans WebTimeMedias, 13 février 2009, en ligne sur www.competence06.com
  13. Jean-Pierre Largillet, « Pierre Laffitte, président honoraire du Groupe Européen de Politique des Clusters », dans WebTime Media, 20 mars 2009 en ligne sur www.webtimemedias.com
  14. « Pierre Laffitte reçoit le prix du promoteur de la société de l'information », Neteco.com, 9 avril 2004

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Interview de Pierre Laffitte par L. Gigon : Pierre Laffitte : l'esprit "Quartier Latin", dans Vie Publique, 1992 n° 228, pp. 20-24, Cat.inist.fr

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :