Pierre Fougeyrollas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Fougeyrollas, né le 22 décembre 1922[1] à Mont-de-Marsan et mort le 29 mai 2008 à Paris, est un philosophe, sociologue et anthropologue français. Il a été professeur émérite de sociologie à l'université de Paris VII.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire du Périgord, il étudie en Khâgne à Toulouse avec comme professeur Georges Canguilhem[2] avant de rejoindre la résistance communiste en 1942. Il meurt le 29 mai 2008 à l'âge de 85 ans[3]. Ses obsèques eurent lieu le 4 juin 2008 à 12h45, au crématorium du Père Lachaise à Paris[4].

Universitaire[modifier | modifier le code]

Il est nommé professeur à l’Université de Dakar; puis au début des années 1970, il revient en France. Nommé professeur à l’université de Paris VII. Il a été professeur honoraire à l’université Paris-VII puis professeur émérite de Sociologie à l’Université de Paris VII et il a enseigné à l'École française des attachés de presse (EFAP), dirigée par Denis Huisman.

Politique[modifier | modifier le code]

Le FOULAN

Pierre Fougeyrollas rejoint le parti communiste dans la Résistance. S'il lui reste fidèle après la Libération, il le quitte lors de l’invasion de la Hongrie par les chars soviétiques en 1956. Au Sénégal, il devient un proche du président de la république sénégalaise Léopold Sédar Senghor. Il soutient alors le général de Gaulle, notamment lors de l'élection de 1965. Mais son nationalisme africain radical et ses prises de position lors des événements de 1968 au Sénégal l'éloignent de Senghor. Il adhère à nouveau aux thèses marxistes et s'inscrit en 1974 au groupe trotskiste de l’OCI et il rédige avec Pierre Lambert l'Introduction à l'étude du Marxisme. Il rompt avec l'OCI en 1991.

Publications[modifier | modifier le code]

Il a collaboré à la revue "Arguments", et a écrit de nombreux essais tels: "La Nation. Essor et déclin des sociétés modernes", "La Révolution freudienne", "Le Marxisme en question", "L'Obscurantisme contemporain; Lacan, Lévi-Strauss, Althusser", "La télévision et l'éducation sociale des femmes" ou encore "La révolution prolétarienne et les impasses petites-bourgeoises".

Livres[modifier | modifier le code]

  • Morts et résurrection de la philosophie. L'Harmattan, 2008
  • Vers la nouvelle pensée : Essai postphilosophique L'Harmattan, 1994
  • "Marx" collection Que sais je ?, PUF 1992
  • "L’attraction du Futur : Essai sur la signification du présent", Méridiens-Klincksieck 1991
  • "La Nation. Essor et déclin des sociétés modernes", Fayard 1987
  • "Les Métamorphoses de la crise. Racismes et révolutions au XXe siècle", Hachette 1985
  • "Un destin planétaire", Spag / Papyrus 1982
  • "Les Processus sociaux contemporains", Payot 1980
  • "Sciences sociales et marxisme. Savoirs et idéologies dans les sciences sociales", Payot 1979 (réédité chez L'Harmattan en 1990)
  • "Contre Lacan, Lévi-Strauss, Althusser" (trois essais sur l'obscurantisme contemporain), Savelli, Rome 1976
  • "La révolution prolétarienne et les impasses petites-bourgeoises", Anthropos 1976
  • Marx, Freud et la révolution totale, Anthropos, 1971
  • "La Révolution freudienne", Denoël 1970
  • "Où va le Sénégal?", Anthropos 1970
  • "Pour Une France fédérale vers l’unité européenne par la révolution régionale", Denoël 1968
  • "La Télévision et l'éducation sociale des femmes", Unesco 1967
  • "Modernisation des Hommes. L'exemple du Sénégal", Flammarion 1966
  • "Contradiction et totalité", Éditions de Minuit 1964
  • "La Conscience Politique dans la France contemporaine", Denoël 1963
  • "Le Marxisme en question", Stock 1959
  • "Africa Arte Negra", M.A.A

Nombreux articles dans la revue "Arguments"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

François George et Pierre Fougeyrollas, "Pierre Fougeyrollas , Un philosophe dans la Résistance", Odile Jacob, 2001, 357 pages. (ISBN 2-7381-1000-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]