Pierre Drevet (1664-1738)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drevet.

Pierre Drevet

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Pierre Drevet par Hyacinthe Rigaud - Lyon, musée des Beaux-arts

Nom de naissance Drevet
Naissance 20 juillet 1663
Loire-sur-Rhône
Décès 9 août 1738
Paris
Nationalité française Drapeau de la France
Activités graveur
Maîtres Germain Audran - Girard Audran
Élèves Pierre Imbert - Simon Valée - Claude Drevet - François Chéreau
Influença Gérard Edelinck - Robert Nanteuil

Pierre Drevet, né à Loire-sur-Rhône, près de Lyon le 20 juillet 1663 et mort à Paris le 9 août 1738, est un graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir fait son apprentissage de graveur auprès de Germain Audran à Lyon, Pierre Drevet alla se perfectionner à Paris dans l’atelier du frère de son premier maître, Girard Audran. Il s’y lia d’amitié avec le peintre Hyacinthe Rigaud, qui orienta sa production vers la reproduction de portraits et lui apprit le dessin. En 1692, Drevet s’émancipa d’Audran et s’installa comme éditeur d’estampes, d’abord rue Saint-Jacques au Point de France, puis au Coq devant les Mathurins, enfin en 1695, à l’image Saint-Prosper vis-à-vis des Mathurins. En 1696, la gravure d’un portrait de Louis XIV d’après Rigaud lui valut d’être nommé graveur du roi : on le trouve alors rue du Foin. Agréé à l’Académie le 22 septembre 1703, il y fut reçu le 27 août 1707. L’un de ses morceaux de réception fut le portrait de Robert de Cotte d’après Rigaud. En 1726, il obtint un logement aux galeries du Louvre qu’il partagea avec son fils, Pierre Imbert, graveur lui aussi. À part quelques estampes religieuses ou mythologiques, son œuvre, qui comprend cent vingt-cinq planches, se compose essentiellement de portraits, le plus souvent d’après Rigaud dont il fut l’interprète privilégié en même temps que l’ami fidèle. Digne continuateur d’Edelinck et de Robert Nanteuil, Drevet joint la pureté et l’énergie du trait, à la perfection des détails. Par une savante gradation des noirs et la délicatesse de son burin, il sut rendre à merveille la chair et les tissus. Parmi ses collaborateurs et ses élèves, il faut citer son fils, Pierre Imbert, son neveu, Claude, François Chéreau, Michel Dossier et Simon Vallée qui travaillèrent tous d’après Rigaud.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Le portrait de Pierre Drevet a été peint par Hyacinthe Rigaud, huile sur toile, H. 1,16 m x L. 0,89 m, France, Lyon, musée des Beaux-Arts, inv. A-2865.

Un autre portrait de Pierre Drevet par Rigaud était conservé en 1886 dans la collection Jules Augustin Poulot (« Le musée des portraits d’artistes », dans Nouvelles Archives de l'Art français, 1886, p. 35).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire de biographie française, 1967, tome 11, col. 761-762.
  • Ariane James-Sarazin, « Portrait et gravure : Rigaud et ses interprètes », dans catalogue de l’exposition Visages du Grand siècle, le portrait français sous le règne de Louis XIV, Paris, Somogy, 1996, p. 181-188 et notices p. 237-245, p. 264-265, p. 266-267.
  • Gilberte Levallois-Clavel, Pierre Drevet (1663-1738), graveur du roi et ses élèves Pierre-Imbert Drevet (1697-1739), Claude Drevet (1697-1781), Université Lumière Lyon 2, 2005. Cette thèse de doctorat comporte également un catalogue complet des œuvres de l’artiste.

Hommages[modifier | modifier le code]

Depuis 1867, la rue Drevet sur la butte Montmartre à Paris porte son nom.

Lien externe[modifier | modifier le code]