Pierre Dard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dard.
Pierre Dard (2013).

Pierre Dard est un poète français né le 11 juin 1956 à Nîmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Nîmes, le petit Pierre est d'origine modeste. Quand Pierre est né, son père Maurice Dard était rentré depuis 10 ans des camps d'Auschwitz où il avait été envoyé pour le Service du Travail Obligatoire. Une expérience traumatisante pour un homme qui sera hanté par des images horribles jusqu'au crépuscule de sa vie. Sa maman Laure Vier, issue d'une vieille famille protestante, fille d'un fondateur du syndicat CGT de l'EDF, orpheline de mère, aînée de trois enfants avait été élevée par ses grands-parents puis à leur décès, à l'orphelinat Paul Rabaut à Nîmes. Tandis que son père fait les 3/8 à la SNCF et sa mère reste au foyer, ils habitent rue Richelieu, à Nîmes, dans un immeuble insalubre. C'est là que la chance frappe à leur porte. Ils emménagent dans les quartiers nord de Nîmes, logés par une amie de la famille alors qu'un des voisins vient de contracter la tuberculose.

Tandis que sa maman Laure Vier mène une vie tranquille de mère de famille, le père de Pierre et de son frère Michel militera très tôt dans le club Maurice Audin[1] puis dans la clandestinité, pour la paix en Algérie et contre la torture, aux côtés d'anciens résistants comme Claude Bourdet[2], et de militants de la gauche chrétienne.

Cet engagement mènera son père Maurice DARD à s'engager au Parti Socialiste Autonome avec Édouard Depreux[3], auprès de ses amis Gilles Martinet, Alain Savary, puis au Parti Socialiste Unifié avec Michel Rocard (qu'il présentera aux nîmois en 1968 au café du printemps[4]) et de Pierre Mendès France qu'il accueillit à l'occasion d'un de ses tours de France[5]. C'est ainsi que son père de condition très modeste,deviendra Conseiller Municipal PSU de Nîmes de 1965 à 1977, puis membre de la Commission Nationale des Conflits du PSU. Touché par le virus de militantisme, Pierre fonde dès l'âge de 16 ans, avec quelques copains, un syndicat Lycéen qui lui vaudra bien des déboires. À la suite des grèves contre les Lois Fontanet, il est exclu du lycée Daudet à Nîmes alors qu'il est en classe de seconde. Il entreprend ensuite des études de comptabilité à l'École Pigier. Il obtient brillamment quelques diplômes avant d'entrer en mairie de Nîmes comme ouvrier d'entretien de la voie publique. Il est alors dispensé de service militaire comme "soutien de famille".

Pierre aurait aimé continuer un peu plus ses études, au-delà du baccalauréat (qu'il n'a d'ailleurs jamais obtenu), mais le récent départ à la retraite de son père rendit cela très difficile financièrement. Durant cette période il s'employa à profiter des formations professionnelles, et entrait à la Faculté de Droit en cours du soir.

En mairie de Nîmes Pierre Dard participait très tôt à la fondation du syndicat CFDT tout en continuant de militer au Parti Socialiste unifié dont il devint représentant gardois, puis membre de la direction politique nationale. Durant cette période il côtoiera des personnalités comme Alfred Kastler (Prix Nobel de science) ou comme le poète et sociologue Pierre Naville. Sans faillir à la tradition familiale il est secrétaire-fondateur pendant ces années avec l'aide de son père, de l'association Gard Amérique Latine en compagnie d'un de ses anciens professeurs de lycée Pierre Fontanieu, et d'une ancienne résistante, responsable nationale du MRAP, son amie Georgette GEBELIN. L'association Gard Amérique Latine aidera à collecter de l'argent, développer l'information, encourager la résistance contre les dictatures chiliennes et argentines (en lien avec M.I.R., M.A.P.U., I.C., des mouvements représentatifs de la gauche chilienne). Durant cette période, il dut faire avec les menaces d'un groupe para-militaire argentin. Il contribua pourtant parallèlement à la candidature d'une autre amie Huguette Bouchardeau à l'élection présidentielle[6], il accédait aussi au bureau de l'union régionale CFDT Languedoc-Roussillon. Il adhérait quelques années plus tard au Parti Socialiste, dont il fut secrétaire fédéral, et membre de la commission des finances. Fondateur dans le Gard de l'Union Départementale UNSA, il fut Administrateur de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie du Gard et siégea au Secrétariat National du syndicat UNSA de la Fonction Publique Territoriale avant de s'écarter définitivement de l'action syndicale pour se consacrer à sa famille.

Marié à Nîmes avec une bessegeoise, il eut deux enfants. Il fondait à Nîmes dans les années 1980, avec quelques voisins, le Comité de quartier Croix de Fer Mont Margarot Trois Fontaines, dont il devint Président d'Honneur, avant de présider l'Union des Comités de Quartiers de Nîmes métropole.

Pierre Dard est à l'origine de l'appellation "PETIT MONTMARTRE" qui colla un temps aux quartiers de la butte nîmoise.

En 2013, Pierre Dard était encore membre du Conseil Fédéral du Gard du Parti Socialiste. En 2014 il est contributeur au think thank « L'avenir n'attend pas », à la demande de de Juliette Meadel, Secrétaire Nationale, porte-parole du Parti Socialiste. Il est alors administrateur de l'Association pour la Promotion Professionnelle Éducative et les Loisirs. Pierre Dard est aussi à cette époque, membre du Conseil d'Administration de Solidarité Sénégal qui lui occasionne quelques déplacements dans ce pays.

C'est ainsi que ce brave militant, dans les années 2007, se remit avec bonheur à l'écriture qui ne l'avait jamais quittée. Sa poésie de facture néo-classique séduit les milieux littéraires.

En l'espace d'un an, il obtient sa distinction littéraire. Le 23 mai 2012, parrainé par son Président Vital Heurtebise (lauréat de l'Académie Française), il intègre la Société des poètes français.

En 2014, ses textes sont mis en musique par le chanteur Melzo.

Aujourd'hui, Pierre Dard vit à Nîmes (France).

Prix[modifier | modifier le code]

  • Lauréat du Festival International de Sherbrooke (Québec)
  • Lauréat du Concours Paul Verlaine (Société des Poètes Français)
  • Lauréat du Concours Georges-Brassens (CPC Georges-Brassens)
  • Lauréat des Jeux Floraux d'Anjou (La plume angevine)
  • Lauréat du Grand Concours littéraire du Monde Francophone (Académie de Provence)
  • Premier Prix de Poésie de Vassy

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]