Pierre Dangicourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Dangicourt, né en 1664 à Rouen et mort le 12 février 1727 à Berlin, est un mathématicien français.

Resté fidèle au protestantisme, Pierre Dangicourt se vit obligé, après la révocation de l'édit de Nantes, de quitter la France au moment où il commençait à se faire un nom dans la science qu'il aimait à cultiver.

Réfugié en Prusse où il avait suivi son père, il se livra dans sa nouvelle patrie avec un redoublement de zèle et un plein succès, à l'étude des mathématiques transcendantes, ce qui lui valut d'être admis comme membre associé de l'Académie de Berlin dont il devait devenir directeur adjoint.

Ses connaissances le mirent en relation avec plusieurs savants illustres de son temps, en particulier Leibniz. Il fut le disciple et l'ami de ce dernier qui faisait grand cas de lui et avec qui il fut longtemps en correspondance.

Il a publié un problème des sections coniques et est l'auteur d'une De periodis columnarum in serie numerorum progressionis Arithmeticae Dyadice expressorum où il affirme que l'arithmétique binaire est plus facile que les autres pour découvrir les lois de succession.

Pierre Dangicourt avait également beaucoup de perspicacité pour les affaires civiles, il fut chargé de plusieurs missions importantes dont il s'acquitta avec une rare intelligence et à l'entière satisfaction de ceux qui l'employèrent.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • De periodis columnarum in serie numerorum progressionis Arithmeticae Dyadice expressorum

Références[modifier | modifier le code]

  • Émile Haag, La France protestante, t. IV, Paris, Librairie Sandoz et Fischbacher, 1854, p. 198
  • Leibniz, Correspondance avec Oldenburg, Newton, Collins, Wallis : suivi de lettres à Othon Mencke, Schulenburg, Fatio de Duiller, Dangicourt, Éd. Jean Peyroux, Paris, Blanchard, 1987 ISBN 2853670775
  • Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique : ou le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane, 1759