Pierre Constant de Suzannet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Constant.
Pierre Constant de Suzannet
Le Comte de Suzannet, peinture de Jean-Baptiste Mauzaisse.
Le Comte de Suzannet, peinture de Jean-Baptiste Mauzaisse.

Naissance 13 février 1772
Chavagnes-en-Paillers
Décès 21 juin 1815 (à 43 ans)
Aigrefeuille-sur-Maine
Mort au combat
Origine Français
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Flag of Royalist France.svg Armée des émigrés
Royaume de France Royaume de France
Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Grade Maréchal de camp
Conflits Guerre de Vendée
Guerre de Vendée de 1815
Commandement Armée catholique et royale du Bas-Poitou
Faits d'armes Expédition de Quiberon
Bataille d'Aizenay
Bataille de Rocheservière

Emblème

Pierre Jean Baptiste Constant, comte de Suzannet né le 13 février 1772 à Chavagnes-en-Paillers, mort le 21 juin 1815 à Aigrefeuille-sur-Maine est un militaire français et un général vendéen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève à l'école de Sorèze, Suzannet devient officier aux Gardes-Françaises.

Émigré en Grande-Bretagne en 1792, il rentre en France en 1795 suite au débarquement de Quiberon et sert dans le Régiment d’Hervilly. Il survit à la débâcle et rejoint la Vendée où il se place sous les ordres du général de Charette.

Charette capturé puis fusillé le 29 mars 1796, Suzannet se soumet puis gagne la Suisse, puis l'Angleterre.

En 1799, Suzannet regagne la Vendée et succède à Charette à la tête de l'Armée du Bas-Poitou lors de l'insurrection de 1799. Il est cependant blessé lors d'une escarmouche près de Montaigu et signe la paix le 18 janvier 1800.

Il prend cependant part au complot mené par Georges Cadoudal pour renverser Napoléon Bonaparte mais il est arrêté en décembre 1801 et enfermé au fort de Joux. Il parvient cependant à s'évader le 16 août 1802 en compagnie de Louis d'Andigné.

Lors des Cent-Jours, Suzannet prend part à l'insurrection vendéenne de 1815 et reprend la tête de l'Armée du Bas-Poitou.

Mais grièvement blessé à la bataille de Rocheservière, le 20 juin 1815 face aux troupes impériales, Suzannet meurt le lendemain des suites de ses blessures à Aigrefeuille-sur-Maine.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Émile Gabory, Les Guerres de Vendée, Robert Laffont,‎ édition de 2009, p.1444.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]