Pierre Bovet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bovet.

Pierre Bovet

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Genève, 1925

Naissance 5 juin 1878
Grandchamp (Boudry)
Décès 2 décembre 1965
Boudry
Nationalité Suisse
Profession
Activité principale

Pierre Bovet, né le 5 juin 1878 à Grandchamp (commune de Boudry) et mort à Boudry le 2 décembre 1965, est un psychologue et pédagogue suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Félix (1824-1903), théologien, est directeur de la bibliothèque de Neuchâtel, professeur de littérature française et d'hébreu à l'université de Neuchâtel (1848-1873), professeur à la faculté de théologie de l'Église indépendante[1],[2]. Sa mère est aussi née Bovet, Pierre a un frère : Jean Bovet[1]. Félix Bovet reprend avec sa femme la direction des établissements éducatifs à Grandchamp[3]. Félix a publié divers ouvrages, dont le Comte de Zinzendorf (1860, concerne l'Église des Frères Moraves) et le Voyage en Terre-Sainte (1861) qui ont été traduits en plusieurs langues[1].

Pierre Bovet étudie aux universités de Neuchâtel et de Genève, il obtient une licence ès lettres puis un doctorat en 1902.

Durant sa vie d'étudiant à Neuchâtel, il fonde avec Albert Loosli en 1893 le Club des jeunes amis de la nature (qui deviendra la société Amici Naturae). Cette société jouera un rôle important dans l'histoire scientifique neuchâteloise.

Il épouse Amy Babut (1878-1967), française, fille de pasteur et appartenant à la famille de pasteurs Monod. Leur fils Daniel Bovet (1907-1992) recevra le prix Nobel de médecine[4].

Psychologue et pédagogue[modifier | modifier le code]

Pierre Bovet est d'abord professeur de philosophie et de psychologie à l'université de Neuchâtel (1903-1912). Il collabore à la création du périodique pacifiste L'Essor en 1906. À la demande d'Edouard Claparède, il va à Genève en 1912 pour diriger l'Institut Jean-Jacques Rousseau. Il fait là sa carrière, jusqu'en 1944. Il est aussi enseignant à l'université dès 1919 et l'auteur de nombreux ouvrages. Avec E. Claparède il fera venir à Genève le jeune Jean Piaget qu'il avait connu notamment comme membre de la société Amici Naturae.

Il s'intéresse également au scoutisme et traduit en français le Scouting for boys (Éclaireurs) de Lord Baden-Powell dès l'apparition du scoutisme. Puis en 1921 il publie un petit livre intitulé Le génie de Baden-Powell. Avec Adolphe Ferrière et Edouard Claparède, Pierre Bovet est cofondateur en 1925 du Bureau international d’éducation (BIE), dont la défense de la paix sera l'un des principaux objectifs. Il en est le directeur de 1925 à 1929. Il participe en 1931 au quatrième cours universitaire de Davos, avec de nombreux autres intellectuels français et allemands.

Pierre Bovet est très engagé dans le mouvement de l'éducation nouvelle, il a de nombreux contacts internationaux entre autres par l'usage de l'espéranto. Il rencontre Gandhi lors d'un voyage en Inde en 1938, par l'intermédiaire d'Edmond Privat (quaker et espérantophone)[5].

Très religieux, il est proche de la Société religieuse des Amis (quakers)[6].

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • L'instinct combatif : psychologie, éducation, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, coll. « Collection d'actualité pédagogique »,‎ 1917, 323 p.
    2e éd. 1928, 3e éd. 1961. Traductions en anglais, arménien, grec, italien, polonais.
  • La réforme scolaire à l'université, Neuchâtel ; Genève, Ed. Forum,‎ 1920, 48 p.
  • Le génie de Baden-Powell : ce qu'il faut voir dans le scoutisme, ses bases psychologiques, sa valeur éducative, l'instinct combatif et l'idéal des jeunes, Neuchâtel ; Genève ; etc., Ed. Forum,‎ 1921, 39 p.
    Réédité en 1922, 1943 et 1946. Traduit en allemand et en italien.
  • Le sentiment religieux et la psychologie de l'enfant, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, coll. « Collection d'actualité pédagogique »,‎ [1925], 172 p.
    2e éd. refondue et augmentée de chapitres sur l'éducation religieuse en 1951. Traduit en anglais et en tchèque.
  • Vingt ans de vie : l'institut J.J. Rousseau de 1912 à 1932, Neuchâtel ; Paris, Delachaux et Niestlé, coll. « Collection d'actualité pédagogique »,‎ 1932, 195 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Samuel Roller, Daniel Christoff, Gabriel Mützenberg ... et al., Pierre Bovet et l'école active, Neuchâtel, Ed. de la Baconnière, coll. « Cahiers de l'Institut neuchâtelois 20 »,‎ 1978, 257 p. (ISBN 2825211001)
  • Jean-Michel Martin, Pierre Bovet, l'homme du seuil : sa position par rapport à la pédagogie, à la psychanalyse et à la psychologie religieuse, Cousset, Ed. Delval,‎ 1986, 399 p. (ISBN 2881470149)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Journal de Genève du 5 septembre 1903.
  2. Sandrine Zaslawsky, « Félix Bovet » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  3. "Asile et orphelinat de Grandchamp", fondé en 1841 par la famille Bovet, d'abord à Boudry, puis à Grandchamp dès 1857. Histoire de Boudry Consulté le 24 décembre 2007
  4. Généalogie Monod. Consulté le 25 décembre 2007
  5. Edmond Privat 1889-1962, Revue neuchâteloise no 43/44, été-automne 1968, p. 67. Reproduction partielle de la lettre de P. Bovet à Edmond Privat, de Bombay le 7 janvier 1938.
  6. Il en devient même membre à "la fin de sa vie" selon A. Schmitt : "L'Essor 1905-1980".
    Il connaît les quakers au moins dès 1914 : il donne une conférence sur « L'exemple des Quakers » le premier février 1914, puis une autre conférence sur William Penn le premier février 1915 (archives du Journal de Genève). Le groupe quaker de Genève tient ses réunions en 1920 à l'Institut Jean-Jacques Rousseau (alors au 5 rue de la Taconnerie).
    "Madame Pierre Bovet" traduit en français le "Journal de George Fox" (paru chez Labor à Genève en 1935).

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]