Pierre Blancard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blancard.

Pierre Blancard est un capitaine de marine marseillais né le 21 avril 1741 et mort à Aubagne en 1826

Tombe de Pierre Blancard à Aubagne (13)

. Il fut le premier à importer en France des boutures de chrysanthèmes depuis la Chine en 1789.

Biographie[modifier | modifier le code]

Promu capitaine au terme de plusieurs campagnes vers les Antilles avec son père, Pierre Blancard quitte Bombay en 1787 pour la Chine où il découvre le chrysanthème, fleur sacrée de l'empereur. Il parvient à en dérober des boutures de trois variétés qu'il ramène en France en 1789. Une seule variété, cultivar pourpre de Ku-hoa, survit au voyage et fleurit l'année suivante à Marseille ainsi qu'au Jardin des plantes à Paris, où l'Abbé Thomas de Ramatuelle l'avait envoyée. Jacques Martin Cels en expédie quelques plantes en Angleterre où elles fleurissent en 1791.

Après la publication du récit des ses voyages en Orient, où il préconise la libre entreprise au détriment du monopole des grandes compagnies et le commerce asiatique au long cours[1], Blancard est admis le 7 avril 1808 à l'Académie de Marseille.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Une rue d'Aubagne porte son nom Promenade Pierre Blancard ; une plaque commémorative, placée à l'entrée d'un foyer de handicapés, relate l'introduction du chrysanthème par Blancard.
  • À Marseille, l’Impasse Pierre Blancard rappelle son nom.

Publication[modifier | modifier le code]

  • Manuel du Commerce des Indes Orientales et de la Chine, Marseille, 1806, 600 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Labrousse, Java classique et le monde maritime, nouvel orient de l'océan Indien, dans : Révolution française et océan Indien : prémices, paroxysmes, héritages et déviances : actes du colloque de Saint-Pierre de la Réunion organisé par l'Association historique internationale de l'océan Indien, octobre 1990, Éditions L'Harmattan, 1996, p. 263

Sources[modifier | modifier le code]