Pierre Barrois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barrois (homonymie).
Pierre Barrois
Image illustrative de l'article Pierre Barrois

Naissance 30 octobre 1774
Ligny-en-Barrois (Meuse)
Décès 19 octobre 1860 (à 85 ans)
Villiers-sur-Orge (Essonne)
Origine Drapeau de la France France
Arme infanterie
Grade général de division
Années de service 1793
Conflits Guerres de la Révolution
Guerres napoléoniennes
Faits d'armes Bataille de Marengo
Mont Cenis
Bataille d'Austerlitz
Bataille de Friedland
Distinctions Comte d'Empire
Grand-croix de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Hommages Nom inscrit sur l'Arc de Triomphe, 37e colonne.

Pierre Barrois, comte d'Empire, né le 30 octobre 1774 à Ligny-en-Barrois, (Meuse) et mort le 19 octobre 1860 à Villiers-sur-Orge, est un général français du Premier Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jacques-François Barrois,de Ligny, et de Marguerite Gérard,de Velaines.

Il entre au service le 12 août 1793 dans le bataillon des éclaireurs de la Meuse, et il passe lieutenant le 12 septembre de la même année ; commandant le même corps à la bataille de Wattignies le 15 octobre 1793.

Le bataillon de la Meuse, amalgamé avec les chasseurs des Cévennes, est devenu le 9e régiment d'infanterie légère, il combat dans les armées du Nord et de Sambre et Meuse, à la 9e demi-brigade sous les ordres de Marceau puis sous les ordres du général Hoche. Il se trouve aux batailles de Fleurus et de la Roër. Il est nommé capitaine adjudant-major pendant le second blocus de Mayence.

Son régiment s'est distingué à la bataille de Marengo, reçoit le nom d'incomparable, que le premier consul fait inscrire sur son drapeau, tandis qu'il est fait chevalier de la Légion d'honneur. Il est envoyé en Vendée puis en Italie. Il est ensuite muté au 96e régiment d'infanterie de ligne.

Il est nommé colonel du 96e de ligne, se rend au camp de Mont-Cenis, sous les ordres de Ney. Il y est élevé au grade d'officier de la Légion d'honneur et reçoit la croix de commandeur après la bataille d'Austerlitz.

Il participe au procès du duc d'Enghien. Il est le seul à voter pour un sursis à son exécution.

Le 14 février 1807, il est promu au grade de général de brigade. Ses actions d'éclat se succédent, et après la bataille de Friedland, l'Empereur nomme les généraux Barrois et Labruyère grand officier de la Légion d'honneur. Un an après la paix de Tilsitt, sa division se rend en Espagne. Il se couvre de gloire aux affaires d'Espinosa, du Somo-Sierra, d'Ucler, de Medellin, de Talavera, de Chiclana, et est nommé général de division le 27 juin 1811.

Il quitte le commandement de cette division pour se rendre à Vilnius, où il arrive après la campagne ; on lui confie alors une division de la Jeune Garde, avec laquelle il se trouve à la Bataille de Bautzen, aux combats de Reichenbach et de Gorlitz, et à la bataille de Dresde. Après s'être battu avec courage à Wachau le 16 octobre et à Leipzig, il est chargé, avec la division Roguet, de faire l'arrière-garde de l'armée jusqu'au Rhin. Lorsque sa division repasse le Rhin, elle est réduite à 2 500 hommes. Il continue la campagne de Belgique avec le comte Maison, et a une part active à la bataille de Courtrai, le 31 mars 1814.

Après l'abdication de l'Empereur, il se retire à la campagne. En mars 1815 il est mis à la tête d'une division de six régiments. À Fleurus et à Waterloo, il commande une division de la Jeune Garde. Il est blessé à Waterloo à l'épaule gauche.

Il est mis en disponibilité le 1er janvier 1825. Reprend du service en 1830, nommé au commandement de la 3e division militaire à Metz. il prend part en 1831 à la campagne de Belgique à la téte de la 1re division de l'armée du Nord. Devient successivement inspecteur Général et président du comité de la guerre.

Marié en 1803 à Adélaide Jeanne Victoire Lévéque de Vilmorin, ils ont deux filles : Adélaide Blanche et Ermance Victoire Adélaide Barrois.


Distinctions[modifier | modifier le code]

Noms gravés sous l'arc de triomphe de l'Étoile : pilier Ouest, 37e et 38e colonnes.
  • Il fait partie des 558 officiers à avoir son nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile.
  • Grand officier de la Légion d'Honneur le 11 juillet 1807, il est promu Grand croix le 30 avril 1836.
  • Chevalier de Saint-Louis le 1er septembre 1819.
  • Créé Baron d'Empire le 19 mars 1808.
  • Fait Comte de l'Empire le 28 novembre 1813.


Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext baron de l'Empire ComLH.svg
Blason famille fr Pierre Barrois (baron).svg
Armes du baron Pierre Barrois et de l'Empire

Ecartelé : au premier d'azur au casque grillé, taré de profil d'argent ayant pour cimier un lion naissant d'or, au deuxième des barons tirés de l'armée ; au troisième de gueules au chevron d'or accompagné en cœur d'une étoile d'argent ; au quatrième d'azur au vol ouvert d'argent.[1]

Orn ext comte de l'Empire ComLH.svg
Blason famille fr Pierre Barois (Comte).svg
Armes du comte Pierre Barois et de l'Empire

Écartelé : au 1er, des comtes militaires ; au 2e, d'azur à un casque grillé et taré de profil d'argent ayant pour cimier un lion naissant d'or ; au 3e, de gueules à un chevron d'or, accompagné de trois étoiles d'argent ; au 4e, d'azur à trois besants d'argents.[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Registres de lettres patentes de collation de titres et d'armoiries et armorial PLEADE
  2. Tout sur l'héraldique : dessin de blasons et d'armoiries sur toutsurlheraldique.blogspot.com

Bibliographie[modifier | modifier le code]

« Pierre Barrois », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850,‎ 1852 [détail de l’édition]

  • Annuaires de l'Armée de terre
  • Eugène ANDRÉ : le Général Comte BARROIS (imprimerie comte-Jacquet. BAR le DUC 1901)