Pierre Antoine Baudouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baudoin.

Pierre-Antoine Baudouin

Naissance 17 octobre 1723
Paris
Décès 15 décembre 1769 (à 46 ans)
Paris
Nationalité Française
Activités Peintre, dessinateur
Maîtres François Boucher
Mécènes Marquis de Marigny
Influencé par Jean-Baptiste Greuze
Le Modèle honnête, 1769, gouache, Washington, National Gallery.

Pierre-Antoine Baudouin (1723 - 1769), est un peintre et dessinateur français du XVIIIe siècle. Ses gouaches et ses dessins sont très estimés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre-Antoine Baudouin est le fils d'un graveur. Il devient l'élève puis le gendre de Boucher.

Il épouse, en effet, la plus jeune fille de François Boucher, Marie-Émilie, en 1758. Il se spécialise ensuite dans les miniatures à la gouache qu’il expose pour la première fois au Salon de 1761. Il est reçu membre de l’Académie royale en 1763 avec une petite gouache de sujet historique Phryné accusée d’impiété devant l’Aréopage, (Paris, musée du Louvre) et il peint par la suite des illustrations d’épisodes bibliques.

Cependant, il fait surtout sa renommée en tant que dessinateur de scènes libertines dans un cadre contemporain. De telles gouaches furent exposées au Salon de 1763 à 1769. Certaines furent condamnées par l’archevêque de Paris et même par Diderot qui écrit : « Greuze s'est fait peintre, prédicateur des bonnes mœurs; Baudouin, peintre, prédicateurs des mauvaises. Greuze, peintre de famille et d'honnêtes gens ; Baudouin, peintre des petites-maisons et des libertins. »[1] L'un de ses chefs d’œuvres est sans doute la suite de cinq gouaches intitulée Les heures du jour et que De Ghendt transpose sur cuivre avec une grande délicatesse de tons (1753).

Beaucoup de ses œuvres sont directement inspirées par les scènes d’amour pastoral de Boucher mais l’attention aux thèmes moraux et aux détails démontre qu’il était aussi influencé par Jean-Baptiste Greuze.

Il reçut bien entendu des commandes de la Cour. Il peint ainsi en 1766, deux portraits pour le roi et une Suite de la vie de la Vierge, en 1767, pour Mme du Barry.

Baudouin fut l’un des dessinateurs les plus populaires des dernières décennies de l’Ancien Régime. Il reçut des commandes d’importants collectionneurs tel que le marquis de Marigny. Plusieurs de ses gouaches gravées par Nicolas Ponce, tel Annette et Lubin connurent un grand succès.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'invention du dessin
  • La mort de Britannicus
  • Cephal et Procris
  • Loth enivré par ses filles, gouache de 1761.
  • Le repos pendant la fuite en Égypte, gouache de 1761.
  • Loth et ses filles endormies, gouache de 1761.
  • Le catéchisme, gouache de 1765, États-Unis, collection privée.
  • Le confessionnal, gouache de 1765.
  • Le carquois épuisé, gouache de 1765.
  • Le cueilleur de cerises, Canada, collection privée.
  • Les enfants trouvés, gouache de 1765.
  • Le coucher de la mariée, 1767, œuvre destinée au marquis de Marigny, nouvellement marié.
  • Le Sentiment de l'Amour cédant à la Nécessité, 1767.
  • Le modèle honnête, gouache, 40 x 34,5 cm, États-Unis, National Gallery.

L'œuvre de Pierre-Antoine Baudouin est mal représentée dans les musées français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Essais sur la peintures, Paris, Buisson, An IV, p. 240.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Liens externes[modifier | modifier le code]