Pierre-Valéry Archassal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre-Valéry Archassal

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Pierre-Valéry Archassal pendant le tournage de la série télévisée Sur les traces du passé

Activités généalogiste
Naissance 9 février 1963 (51 ans)
Paris, Drapeau de la France France

Pierre-Valéry Archassal, né le 9 février 1963 à Paris XIe, est un généalogiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à la faculté de médecine de Paris[1], Pierre-Valéry Archassal choisit de s'orienter vers l'histoire sociale, les nouvelles technologies et la communication. Auditeur des séminaires du professeur Jacques Dupâquier à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, il se familiarise avec la démographie historique qui complète ses travaux personnels, commencés à l'âge de 14 ans.

Pierre-Valéry Archassal est le cousin au 14e degré du compositeur André Sas Orchassal, au 16e degré du général d'Empire Jean-Andoche Junot, duc d'Abrantès, au 18e degré de la comédienne Hélène de Fougerolles, au 19e degré de la cantatrice Rose Caron, au 21e degré de l'ingénieur Émile Levassor et au 28e degré du ministre Gilles de Robien[2].

Généalogie et médias[modifier | modifier le code]

Radio et télévision[modifier | modifier le code]

Invité par Jean-Louis Beaucarnot dans son émission sur TF1 dès 1981[réf. nécessaire], Pierre-Valéry Archassal est, depuis, régulièrement consulté par les chaînes nationales de radio et de télévision (France Inter, RTL, Europe 1, RMC Info, France 2, France 3, LCI, Direct 8)[réf. nécessaire] sur les questions généalogiques générales ou des sujets plus spécifiques comme la transmission des patronymes ou l'apport d'Internet aux recherches familiales.

À l'automne 2008, il présente sur la chaîne Arte, Sur les traces du passé[3], première série d'émissions dédiées à la généalogie.

En 2009, Pierre-Valéry Archassal collabore à Retour aux sources[réf. nécessaire], adaptation française de l'émission anglo-saxonne à succès Who Do You Think You Are? aux côtés de Serge Tignère et Arnaud Poivre d'Arvor pour la société de production de celui-ci, "Phare Ouest", diffusée sur France 2.

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Pierre-Valéry Archassal rejoint à 19 ans Généalogie-magazine (1982)[réf. nécessaire] où il retrace chaque mois le Roman Vrai des Français. Il est ensuite appelé à la rédaction de la Revue française de généalogie et d'histoire des familles pour y concevoir les premiers articles consacrés à Internet & Généalogie en 1998. Cette petite rubrique est devenue aujourd'hui un cahier de 10 pages intitulé Cybergénéalogie dont il a toujours la responsabilité.

Au cours des vingt dernières années, il a également été l'invité des journaux Le Monde (avec Pierre Callery), Libération (dossier sur les mormons), Le Figaro Magazine, Marianne[réf. nécessaire] et de nombreux autres hebdomadaires[Lesquels ?].

Ouvrages édités[modifier | modifier le code]

Pierre-Valéry Archassal publie en 2000 le premier ouvrage dédié aux recherches généalogiques sur Internet[réf. nécessaire]. Il est aussi l'auteur de plusieurs guides grand-public et, en 2006, d'un ouvrage au thème novateur, celui de la biographie généalogique (Généalogie, une passion moderne - Bourin Éditeur). Il y décrit comment l'histoire individuelle est plus extraordinaire que l'histoire officielle et pourquoi cette passion moderne est devenue un des loisirs préférés des Français[4]. En 2013, il collabore au Grand livre de la maternité, pour Hachette, où il rédige le chapitre consacré à l'attribution d'un prénom.

Conférences et colloques[modifier | modifier le code]

En 2003, Pierre-Valéry Archassal préside le comité scientifique du XVIIe Congrès national de généalogie à Limoges[réf. nécessaire], où il présente avec Joël Surcouf, directeur des archives départementales de la Mayenne, la première démonstration de consultation sur Internet des archives numérisées[réf. nécessaire].

Élu membre titulaire de l'Académie Internationale de Généalogie[5] en 2004, membre fondateur de la Fédération Européenne de Généalogie et directeur de l'Observatoire Européen de la généalogie, il donne régulièrement des conférences sur les thèmes qui lui sont chers, notamment les vices et vertus des nouvelles technologies en matière de généalogie, l'initiation à la recherche pour les néophytes ou la découverte des secrets des écritures anciennes.

Paléographie[modifier | modifier le code]

Élève du comte d'Arundel de Condé au début des années 1980, Pierre-Valéry Archassal enseigne à son tour la paléographie depuis 1994 auprès de plusieurs dépôts d'archives départementales, de la Bibliothèque généalogique et d’histoire sociale et dans le cadre des formations continues de La Revue française de généalogie.

En 2001, il fonde l'Institut de paléographie généalogique[réf. nécessaire], organisme destiné à populariser la lecture des archives par les chercheurs amateurs.

En décembre 2012, il est pionnier de la formation généalogique en ligne[réf. nécessaire] grâce à deux modules d'initiation à la paléographie réalisés par les mormons[6].

Histoire citoyenne[modifier | modifier le code]

Fervent défenseur de la généalogie libre, gratuite et collaborative, Pierre-Valéry Archassal a reconstitué à travers le temps l'ensemble des familles de plusieurs communes rurales et collabore quotidiennement aux initiatives en faveur du développement des échanges généalogiques sur Internet.

Ce combat pour la gratuité est pour lui la revendication d'un humanisme généalogique permettant de bâtir une histoire commune propre à faciliter les liens sociaux[réf. nécessaire]. C'est dans ce cadre qu'il participe activement en 2009 à l'Appel pour la généalogie Libre[7][réf. insuffisante] basée sur l'entraide et le partage, relayé par de nombreux médias et parlementaires[réf. nécessaire] (parmi lesquels François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Thierry Repentin, Gérard d'Aboville, Claude Bartolone, Alain Rousset ou Jean-Louis Bianco).

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, Pierre-Valéry Archassal s’attache à étudier l’histoire et les rites de la franc-maçonnerie et rédige plusieurs études replaçant dans un contexte historique les rapports de l’Ordre avec la population française (notamment Des maçons de la Creuse aux francs-maçons creusois). En 2003, il publie chez Flammarion un ABCdaire de la franc-maçonnerie sous le pseudonyme de Jean-Frédéric Daudin[8] qui sera réédité plusieurs fois dont une version augmentée pour la Belgique en coécriture avec Jiri Pragman[9] (2011).

Fin juin 2013, Pierre-Valéry Archassal publie aux éditions Hachette Être franc-maçon[10], ouvrage didactique qui se veut panorama de la franc-maçonnerie française au XXIe siècle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ces aïeux que je cherche, ouvrage collectif, Verso, 1981 (réédité en 1988) (ISBN 978-2903870232)
  • L'abbaye cistercienne de Prébenoît, Éditions de l'abbaye de Prébenoît, 1995
  • ABCdaire de la Généalogie, Flammarion, 2000, (ISBN 978-2080126863)
  • La Généalogie, Flammarion, 2001, (ISBN 978-2080357328)
  • S'initier à la généalogie sur Internet, CampusPress, 2001, (ISBN 978-2744013768)
  • Généalogie sur Internet, CampusPress 2002, (ISBN 978-2744011641)
  • Mémento de paléographie généalogique, Brocéliande, 2002, (ISBN 978-2950879820)
  • Informatique, Internet & Généalogie, Martin Média, 2002, (ouvrage réédité chaque année) ISSN 0222-6782
  • ABCdaire de la Franc-maçonnerie, Flammarion, 2000, (ISBN 978-2080126542)
  • La généalogie, mode d'emploi, J'ai Lu / Librio, 2003, (ISBN 978-2290335673)
  • La généalogie, ouvrage collectif, Autrement, 2003, (ISBN 978-2746703780)
  • Généalogie : une passion moderne, Bourin Éditeur, 2006, (ISBN 978-2849410318)
  • Généalogie d'aujourd'hui, Hachette, 2008, (ISBN 978-2012372184)
  • Le grand livre de la maternité, ouvrage collectif, Hachette 2013 (ISBN 978-2012312258)
  • Être franc-maçon, Hachette, 2013, (ISBN 978-2012309418)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. CHU Necker-Enfants Malades, devenu en 2004 Unité de formation et de recherche de médecine de l'université Paris Descartes.
  2. Cousinages sur Geneanet.org.
  3. Site de l'émission Sur les traces du passé.
  4. Interview sur le blog de Geneanet.
  5. Geneacademie.org.
  6. Vidéos en ligne sur la paléographie.
  7. appelgenealogielibre.free.fr
  8. Ce pseudonyme est le nom de son arrière-grand-père à qui il rendit ainsi hommage.
  9. Blog hiram.be.
  10. Critique sur le bloc-notes de Jean-Laurent Turbet.