Pierre-Louis de La Rochefoucauld-Bayers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Rochefoucauld.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de La Rochefoucauld.
Pierre-Louis
de La Rochefoucauld-Bayers
Image illustrative de l'article Pierre-Louis de La Rochefoucauld-Bayers
Biographie
Naissance
Saint-Cybard-d'Eyrat
Décès (à 47 ans)
Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque de Saintes
Depuis le
Autres fonctions
Fonction laïque
Député aux États généraux de 1789

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le Bienheureux Pierre-Louis de La Rochefoucauld-Bayers (Logis du Vivier (Saint-Cybard-d'Eyrat), Paris, ), est un prélat et homme politique français du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre-Louis de La Rochefoucauld-Bayers était le « fils de Messire Jean de la Rochefoucauld, chevalier, seigneur de Maumont, Magnac, Barre, le Vivier et autres places, chevalier des ordres militaires de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem, et de dame Marguerite des Escots », et frère de François-Joseph, futur évêque de Beauvais. Il eut pour parrain et marraine Pierre Galot et Marguerite Bernier, domestiques au Vivier, « ne sachant pas signer ».

Destiné à l'état ecclésiastique, il fut nommé, en 1770, prieur commendataire de Nanteuil, devint agent général du clergé en 1775, et fut appelé à l'évêché de Saintes le (confirmé le 10 décembre de la même année). Il établit à Saintes une caisse de secours contre les incendies.

Le , le clergé de la sénéchaussée de Saintes l'élut député aux États généraux. Il siégea dans la minorité, se montra hostile aux réformes, et, après la session, se trouvant menacé en raison de ses opinions antirévolutionnaires (il était un des opposants les plus résolus à la Constitution civile du clergé), alla se réfugier avec son frère, l'évêque de Beauvais, chez leur sœur, abbesse de Notre-Dame de Soissons. On les y découvrit et ils revinrent à Paris.

L'évêque de Beauvais, ayant été arrêté le , l'évêque de Saintes demanda à partager sa captivité, et refusa de s'évader des Carmes quelques jours avant les massacres de septembre, où les deux frères trouvèrent la mort.

Il fut béatifié (ainsi que son frère) le  ; il est fêté le 2 juillet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.