Pierre-Louis Pierson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierson.
Signature de Pierson.

Pierre-Louis Pierson est un photographe français né à Hinckange en 1822, décédé en 1913.

Photographe de Sa Majesté l'Empereur[modifier | modifier le code]

Il s'intéresse très tôt à la photographie. Dès 1844, il possède un atelier à Paris, et jouit d'une solide réputation. Il est installé professionnellement depuis de nombreuses années au 5 Boulevard des Capucines, quand il s'associe aux frères Mayer (Léopold-Ernest Mayer et Louis-Frédéric Mayer). Leur société demeure à cet adresse, et deviendra une importante entreprise commerciale. Utilisant initialement le daguerréotype, leur atelier sera un des premiers à se spécialiser dans le portrait photographique retouché à l'aquarelle ou à l'huile. La faveur impériale s'est attachée à l'atelier. Il réalise de nombreux portraits de la famille impériale durant le Second Empire. Entre 1855 et 1862, période la plus brillante de l'atelier, toutes les personnes à la mode (la cour, l'aristocratie, la haute finance, actrices et musiciens) se pressent dans leur salon. Ils seront fournisseurs du Roi du Wurtemberg, du Roi du Portugal, et du Roi de Suède. À partir de 1862, la clientèle devient plus mêlée, et après 1866, tout à fait ordinaire.

Photographe de la comtesse de Castiglione[modifier | modifier le code]

Sa rencontre avec la Comtesse de Castiglione a lieu en 1856. Il restera le photographe attitré de la Comtesse durant 40 ans. En 1867, Pierson expose son portrait en dame de cœur à la section française de photographie de l'exposition universelle de Paris. Entre 1861 et 1867, s'installe une intense collaboration entre le photographe et son modèle. Celle-ci lors de nombreuses séances de pose excelle dans l'art de la mise en scène et développe des rôles de madone, femme affligée, mère, femme à la mode dans des tenues extravagantes. Dans une atmosphère ludique qui laisse une large part à l'improvisation, la Comtesse crée avec l'aide de de son photographe différents personnages. Robes, coiffures, attitudes, tout est étudié pour créer un effet dramatique. Grâce à des effets de miroirs, elle peut se dédoubler et se présenter sous différents aspects. Certaines études la montrent allongée, cheveux défaits. Toujours à sa demande il photographie ses jambes et ses pieds, qui sont considérés comme des images à message érotique très avancé pour l'époque.

La maison Braun et le musée du Louvre[modifier | modifier le code]

En 1878, il s'associe avec son beau-fils Gaston Braun, héritier de la Braun compagnie et le beau-frère de ce dernier, Léon Clément. Ils relèvent la Société Adolphe Braun et Cie au bord de la faillite.Dès lors le fonds photographique appartient à la Maison Braun. En 1883, un contrat d'exclusivité de 30 ans avec le Musée du Louvre est signé avec pour objectif la reproduction de 7 000 œuvres. Les clichés inscrits à l'inventaire du musée deviennent la propriété de l'État. En échange, la Maison Braun obtient le titre de photographe officiel du Musée du Louvre. En 1889, la maison devient Braun, Clément et Cie.L'entreprise est reconstruite et électrifié entre 1897 et 1899. En 1910,la société est baptisée Braun et Cie. À ce moment-là, la maison a déjà ouvert une succursale à New York et une autre à Londres l'année suivante.

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]