Pierre-Georges Castex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre-Georges Castex, né à Toulouse (Haute-Garonne) le 20 juin 1915 et mort à Paris le 9 décembre 1995, est un universitaire français.

Ancien élève de l'École normale supérieure (1935)[1], agrégé des lettres en 1938[2], il est professeur à Beauvais en 1938 puis à Saint-Maur en 1942. En 1946-1947, il est assistant à la Sorbonne. De 1947 à 1956, il enseigne à la faculté des Lettres de Lille. De 1956 à 1982, il est professeur de littérature moderne, à la Sorbonne. Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1974[3].

Il est, avec Paul Surer et Georges Becker, l'auteur d'un Manuel des études littéraires françaises, paru en 6 volumes (un par siècle), destiné aux élèves de lycée et aux étudiants de troisième cycle.

On lui doit aussi un travail d'édition important, en particulier pour l'établissement des œuvres complètes de Villiers de l'Isle-Adam, une étude sur Alfred de Musset, ainsi que la préface de nombreux ouvrages, dont Le Rouge et le Noir de Stendhal.

Il est également le maître d'œuvre de l'édition complète des romans, contes, nouvelles, études philosophiques, études analytiques (volume XI) et ébauches (volume XII) rattachées à La Comédie humaine d'Honoré de Balzac, publiée sous sa direction en douze volumes dans la Bibliothèque de la Pléiade. On y trouve tous les textes de La Comédie humaine, avec une étude très fouillée sur l'historique de la publication de chacun, des introductions et des notes, depuis les romans les plus connus jusqu'aux Ébauches rattachées à la Comédie humaine dont l'analyse et la présentation soulignent l'importance.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Conte fantastique en France de Nodier à Maupassant, Librairie José Corti, 1951
  • Alfred de Vigny, l'homme l'œuvre, Boivin et Cie., coll. « Connaissance des lettres », 1960
  • Voltaire. Micromégas, Candide, L'Ingénu, 1982
  • Horizons romantiques, José Corti, 1989
  • Victor Hugo, Hernani, Librairie Arthème Fayard, 1948, notice et annotations.

Notes et références[modifier | modifier le code]