Pierre-François-Xavier de Charlevoix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charlevoix (homonymie).

Pierre François Xavier de Charlevoix

alt=Description de l'image Pierre François Xavier Charlevoix.jpg.
Naissance 30 octobre 1682
à Saint-Quentin
Décès 1er février 1761 (à 79 ans)
à La Flèche
Nationalité Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Profession Historien, professeur, voyageur

Pierre François-Xavier de Charlevoix, né à Saint-Quentin le 30 octobre 1682 et mort le 1er février 1761 à La Flèche, est un historien jésuite, professeur et voyageur français du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charlevoix naît à Saint-Quentin le 30 octobre 1682[1]. Il professe les humanités et la philosophie. De 1705 à 1709, il enseigne au Collège de Québec, au Canada. Rentré en France, il complète ses études et est ordonné prêtre. En 1715, il publie un travail sur l’établissement et le progrès de l’Église catholique au Japon, en y ajoutant des notes étendues sur les manières, coutumes, et costumes des habitants, sur l’Empire et sa situation politique générale, et sur la topographie et histoire naturelle de la région. En juillet 1720, il s’embarque à La Rochelle pour les missions du Canada. Arrivé à Québec vers la fin de septembre, il navigue sur le fleuve Saint-Laurent et sur les lacs jusqu’à Michillimakinac, d’où il fait une excursion jusqu’au fond de la baie des Puants, puis il longe la rive orientale du lac Michigan, dans l’intention de gagner la rivière des Illinois par celle de Chicagou ; mais le peu de profondeur de l’eau le force à remonter la rivière Saint-Joseph et à gagner les sources du Theakiki, dont les eaux tombent dans la rivière des Illinois, qui va se joindre au Mississippi.

Il descend ce fleuve jusqu’à son embouchure et visite le pays des Illinois. Le navire sur lequel il s’est embarqué, pour aller de là à Saint-Domingue, fait naufrage à l’entrée du canal de Bahama ; l’équipage se disperse ; Charlevoix et ses compagnons reviennent au Mississippi, en longeant la côte de la Floride.

Son second voyage pour aller à Saint-Domingue est plus heureux. Il arrive dans cette colonie au commencement de septembre 1722, en repart à la fin du même mois, et aborde au Havre le 24 décembre.

Charlevoix fait un voyage en Italie, et continue à remplir différents emplois dans son ordre. En 1724, il publie La Vie de la Mère Marie de l'Incarnation. En 1730, il publie l’Histoire de l’île de Saint-Domingue. En 1744, il publie l’Histoire de la Nouvelle-France, d’après l’étude de différents auteurs et d’après ses observations personnelles, constituant ainsi l’ouvrage le plus complet sur l’histoire et la géographie de cette colonie française. En 1756, il publie une Histoire du Paraguay

Il travaille pendant vingt-deux années aux Mémoires de Trévoux, un journal mensuel de bibliographie, histoire, et science.

Sa mort survient le 1er février 1761 à La Flèche, l’empêchant de poursuivre son Histoire de la Nouvelle-France au-delà de 1736.

Héritage[modifier | modifier le code]

La région de Charlevoix au Québec, ainsi que la ville de Charlevoix dans l’État américain du Michigan sont nommés en sa mémoire.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Histoire de L’Isle Espagnole Ou de S. Domingue. Ecrite Particulierement Sur Des Memoires Manuscrits du P. Jean- Baptiste de Pers, Jesuite, missionnaire A Saint-Domingue, & Sur Les Pieces Originales, Qui Se Conservent Au Depot de La Marine, Paris, 1730-1731. 2 volumes, Amsterdam, L’Honoré, 1733 ; texte sur Gallica : tome 1 ; tome 2
    Il s’agit de l’une des meilleures descriptions anciennes de Saint-Domingue. Charlevoix l’a composée sur les mémoires manuscrits que lui avait envoyés le Père Jean-Baptiste le Pers, qui habitait cette île depuis plus de vingt-cinq ans, et sur les pièces conservées en France au dépôt de, la marine. Cet ouvrage, enrichi de cartes de d’Anville, ne contient que ce qui concerne l’histoire civile et militaire de cette île ; il y est aussi question des premières découvertes des Espagnols dans les différentes parties de l’Amérique.
  • Histoire du Japon ou l’on trouvera tout ce qu’on a pu apprendre de la nature & des productions du Pays, du caractere & des Coutumes es Habitants, du Gouvernment & du Commerce, des Revolutions arrivees dans l’Empire & dan la Religion; & l’examen de tous les Auteurs, qui ont écrit fur le meme sujet. Rouen, 1715 en 3 volumes. 1736 en 2 volumes, puis 9 volumes et encore révisé en 6 volume en 1754. Paris, Rollin, 1754, 6 vol.
    C’est la dernière « nouvelle édition », sa dernière version du travail, revue, corrigée, augmentée et réarrangée par l’auteur dans un ordre plus logique que les éditions antérieures. Elle sera publiée simultanément par plusieurs maisons à Paris. À la fin on trouve une bibliographie de tous les travaux sur le Japon publiés jusqu’à cette époque.
  • Histoire et description générale de la Nouvelle France, avec le Journal historique d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale. 1722. Nyon, Paris. 1744. 3 tomes. Texte sur Gallica : tome 1, tome 2, tome 3 (Journal adressé à Madame la Duchesse de Lesguières)
    Elle est illustrée de 44 planches gravées de botanique et de 28 cartes dressées par Nicolas Bellin ; cartes de la Louisiane, de l’Acadie, de la baie de Hudson, des lacs du Canada. Les deux premiers volumes renferment l’histoire de tous les établissements français dans l’Amérique septentrionale, le 3e, le journal du voyage de l’auteur, qui y a suivi une singulière méthode, eu l’entremêlant de récits sur les mœurs des Amérindiens. On y trouve, à part, l’histoire des plantes principales de l’Amérique septentrionale. Le 4e volume a une partie consacrée à la Description des plantes principales de l’Amérique septentrionale. L’ouvrage est terminé par un projet de corps d’histoire du Nouveau-Monde, par les fastes chronologiques de l’Amérique, et par une notice raisonnée et critique sur les différents auteurs qui ont servi à la composition du livre.
  • La vie de la mère Marie de l’Incarnation. Antoine-Claude Briasson, à Paris. 1724.
  • Histoire Du Paraguay. Paris, Desaint & Saillant, 1756.
  • Histoire de l’établissement, des progrès et de la décadence du Christianisme dans l’empire du Japon. Louvain, Vanlinthout et Vanderzande, 1828-1829. 2 vol.
    Cet ouvrage, enrichi de cartes et figures, renferme ce que l’ouvrage de Kempfer contient de plus intéressant. Charlevoix y a ajouté des documents tirés des manuscrits et des relations des missionnaires de son ordre. L’impartialité ne guide pas non plus toujours la plume de l’auteur et les détails où il entre sur les affaires des missions dans cet empire sont trop multipliés. On trouve à la fin une bibliographie raisonnée de tous les ouvrages publiés jusqu’alors sur le Japon.

Source[modifier | modifier le code]

  • Camille de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au XVIIe siècle, Paris, Letouzey et Ané, 1896.
  • Michel Paillé, Formation géo-économique de la Nouvelle-France selon l'historien Charlevoix. Étude critique, Mémoire de maîtrise, Faculté des études supérieures, Université de Montréal, 1973, x-238 pages.
  • Jean-Marcel Paquette, « François-Xavier de Charlevoix ou la métaphore historienne. Contribution à une systématique du récit historiographique », Recherches sociographiques, vol. 15, n° 1, 1974, p. 9-19.
  • Joseph-Edmond Roy, « Essai sur Charlevoix », Mémoires de la Société royale du Canada, vol. III, n° I, mai 1907, p. 3-95.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'acte de baptême est conservé aux Archives départementales de l'Aisne à Laon. Il a été découvert très récemment par le généalogiste Olivier Colin.