Pierre-Frédéric Sarrus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Frédéric Sarrus, né le à Saint-Affrique et mort le , est un mathématicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1815, Sarrus hésitait pour la poursuite de sa carrière entre la médecine et les mathématiques. Le refus du maire de Saint-Affrique de lui accorder un certificat de bonne vie et mœurs, à cause de ses opinions bonapartistes et de ses origines protestantes, l'obligeront à opter pour la faculté de Sciences.

À Montpellier il fit la connaissance de Gergonne et publia plusieurs articles et mémoires dans les Annales de Gergonne, une des premières revues de mathématiques, dans les années 1820.

En 1829 il est nommé professeur de mathématiques à la faculté des Sciences de Strasbourg, dont il sera doyen de 1839 à 1852. Il publie la plupart de ses travaux de l'époque dans le Journal de mathématiques pures et appliquées de Liouville. Il connaît des problèmes de santé et prend sa retraite en 1858.

Il fut membre de la Société des amis du muséum d'histoire naturelle de Strasbourg[1].

Ses travaux portent sur les méthodes de résolution des équations numériques, et sur le calcul des variations. En 1853, il résout un des problèmes les plus ardus de la mécanique des pièces articulées, celui de la transformation des mouvements rectilignes alternatifs en mouvements circulaires continus.

Mais il est surtout célèbre auprès des étudiants en mathématiques pour une règle de calcul des déterminants de taille trois, qui porte son nom. Celle-ci fut explicitée pour la première fois dans l'article Nouvelles méthodes pour la résolution des équations publié à Strasbourg en 1833.

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Pierre Frédéric Sarrus », sur www.saintaffrique.com (consulté en 04/12/2013)
  • Sarrus, Borel, Deltheil, « Le Rouergue et ses mathématiciens », J.-B. Hiriart-Urruty (consulté en 04/12/2013)[PDF]
  • Demouly, Alban & Mvondo, Georges, Martial 1998. « Anniversaire : il y a deux cents ans naissait Pierre Frédéric Sarrus (1798-1861). Doyen de la Faculté des Sciences de Strasbourg entre 1839 et 1852 », L’Ouvert, 93 (1998), 33-44.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Frédéric Sarrus, Maître Pierre, ou le Savant de village : Entretiens sur la géométrie, Paris, F.-G. Levrault,‎ 1835, In-18, 191 p. (notice BnF no FRBNF31300049c)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Société des sciences naturelles de Strasbourg, « Bulletin de la Société des sciences naturelles de Strasbourg ; 1868, 1re année - tome I », sur documents.irevues.inist.fr (consulté en 04/12/2013), p. 2-8, Liste des membres composant la Société des sciences naturelles de Strasbourg, inscrits suivant l'ordre alphabétique.[PDF]

Lien externe[modifier | modifier le code]