Pierre-Buffière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre-Buffière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Pierre-Buffière
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de Briance-Roselle
Maire
Mandat
Stéphane Patier
2008-2014
Code postal 87260
Code commune 87119
Démographie
Gentilé Pierre-Buffiérois
Population
municipale
1 156 hab. (2011)
Densité 201 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 41″ N 1° 21′ 33″ E / 45.6947, 1.3592 ()45° 41′ 41″ Nord 1° 21′ 33″ Est / 45.6947, 1.3592 ()  
Altitude Min. 240 m – Max. 374 m
Superficie 5,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pierre-Buffière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pierre-Buffière
Liens
Site web pierre-buffiere.com

Pierre-Buffière, Pèirabufièira en occitan est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Limousin.

La commune de Pierre-Buffière est labellisée Village étape depuis 1999.

Ses habitants sont appelés les Pierre-Buffiérois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Pierre-Buffière en Haute-Vienne.

Pierre-Buffière est située sur les bords de la Briance, un court affluent de la Vienne, et sur l'axe routier historique Paris-Toulouse.

Cette situation a longtemps fait de la ville l'un des plus gros points noirs du réseau routier français. Jusqu'à la fin des années 1970, la nationale 20 traversait Pierre-Buffière depuis Limoges via une descente en lacets (aujourd'hui D 420) dans la vallée de la Briance, un étroit pont au-dessus de la ligne SNCF Paris-Toulouse, puis la traversée du bourg dont les rues étroites étaient limitées à 30 km/h. Les camions se succédaient à un rythme incessant et les retenues de plusieurs kilomètres étaient monnaie courante.

En 1976, l'État décida la construction d'une déviation à 2x2 voies d'environ 15 km, destinée à terme à faire partie de l'autoroute A20. Ce tronçon nécessitant la construction de deux viaducs d'importance sur la Briance et le Blanzou fut inauguré le 14 décembre 1979[2] et fit enfin disparaître ce bouchon notoire.

Communes limitrophes de Pierre-Buffière
Le Vigen Saint-Hilaire-Bonneval
Saint-Maurice-les-Brousses Pierre-Buffière
Saint-Jean-Ligoure Vicq-sur-Breuilh

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Heraldique blason ville fr Pierre Buffiere.svg

Les armes de la commune de Pierre-Buffière[3] se blasonnent ainsi :

1°) De sable au lion d'or, armé et lampassé de gueules (Gaso La Banque du Blason)
2°) De sable, au lion d'or. (Malte-Brun, la France illustrée, tome V, 1884) (représenté ci-contre)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Alain Chamaud    
avril 2008 en cours Stéphane Patier[5] DVG  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 156 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
505 733 723 704 1 040 1 151 1 012 1 164 1 096
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 120 1 038 936 880 920 921 978 1 331 957
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
953 971 1 012 925 979 948 950 982 1 003
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 118 1 237 1 237 1 156 1 066 1 106 1 128 1 131 1 156
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments historiques[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 21 avril 2011)
  2. Le Populaire, 10 décembre 2009
  3. « Les armoiries de la commune », sur blason-des-villes.e-monsite.com (consulté le 21 avril 2011)
  4. « Les maires de la commune » (consulté le 21 avril 2011 )
  5. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  8. « Mérimée : Eglise », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 21 avril 2011 )
  9. « Mérimée : Ancien relais de poste dit Hôtel des Trois Anges », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 21 avril 2011 )