Pierpont Morgan Library

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

40° 44′ 56″ N 73° 58′ 54″ O / 40.74880278, -73.98155556 ()

Entrée de la Pierpont Morgan Library.

La Pierpont Morgan Library est une bibliothèque de recherche et un musée fondé par J. P. Morgan, Jr en mémoire de son père John Pierpont Morgan. La bibliothèque et le musée se trouvent sur Madison Avenue au niveau de la 36e rue, dans le quartier de Murray Hill de Manhattan à New York aux États-Unis. En 2005-2006, son directeur était Charles E. Pierce.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'ensemble se compose de trois bâtiments dont la construction s'étale de 1852 à 1928 :

Vue du bâtiment McKim
Annexe conçu par Renzo Piano en 2006
Marie et l'Enfant avec Jean L'évangéliste et Marie-Madeleine - Pietro Perugino 1503, 87 × 72 cm

En 1988, la maison brownstone au 231 sur Madison est intégrée à l'ensemble. Cette maison a été construite par en 1852 et acquise par J. P. Morgan en 1904. Elle a servi de résidence à la famille de 1905 à 1943. Un quatrième bâtiment est construit sur les plans de l'architecte italien Renzo Piano et relie le brownstone à la villa. Il a ouvert ses portes au public le et a coûté 106 millions de dollars[1]. Il comprend en sous-sol des réserves et un auditorium de près de 300 places. Cet agrandissement permet de doubler la surface de l'institution, 14 000 m2 en 2006 [1], tout en offrant des services d'accueil aux visiteurs.

En 2010, la bibliothèque est entièrement restaurée et accueille depuis plus de 300 objets des différentes collections.

La villa[modifier | modifier le code]

On accède aux collections de la villa Pierpont par deux portes de bronze qui ouvrent sur une vaste rotonde de marbre. La voute peinte par Harry Siddons Mowbray illustre trois époques représentées dans les collections, l'Antiquité, le Moyen Âge et la Renaissance. Les caissons représentent des scènes mythologiques, réalisées en stuc bleu et blanc, inspirées de la Villa Madame à Rome. La rotonde présente également un bas-relief en céramique du sculpteur Luca della Robbia représentant une Vierge à l'Enfant. Quelques manuscrits d'origine américaine sont exposés dans la rotonde.

Dans l'aile ouest, le cabinet de travail où Morgan aimait se réfugier contient une bibliothèque basse courant le long des murs et abritant une partie des manuscrits. Sur les murs recouverts d'un tissu en soie rouge imprimé avec le symbole de la famille Chigi de Sienne, plusieurs tableaux de la Renaissance sont accrochés, ainsi qu'un retable de Hans Memling et un buste en marbre du Christ enfant d'Antonio Rossellino. Un portrait de Pierpont Morgan est suspendu au-dessus de l'âtre. Dans cette pièce, on retrouve la voute d'acier qui servait à protéger les manuscrits les plus précieux.

L'aile nord abrite également des manuscrits sous un plafond peint par James Wall Finn. Dans cette salle, on retrouve quelques-unes des plus anciennes pièces de l'Antiquité.

La librairie originale, la pièce la plus spectaculaire, se retrouve dans l'aile est. Très haute, elle contient des étagères sur toute la hauteur et accueille d'inestimables manuscrits et ouvrages. Au-dessus de la cheminée, une tapisserie du XVIe siècle est suspendue et illustre l'avarice, un des péchés capitaux, à travers le roi Midas. Deux escaliers donnent accès aux balcons. La plafond a lui aussi été peint par Mowbray. Des présentoirs sont répartis dans la pièce où on peut admirer notamment une bible de Johannes Gutenberg, des enluminures médiévales et des manuscrits originaux de plusieurs artistes.

Collections[modifier | modifier le code]

La collection inestimable est riche de 350 000 pièces[1]. Elle comprend des dessins et des estampes, des livres anciens, des manuscrits du Moyen Âge et de la Renaissance, des manuscrits d'ouvrages littéraires et historiques, des partitions originales et des sceaux antiques. On y trouve ainsi des enluminures du psautier de Ramsey, trois exemplaires de la Bible de Gutenberg, un manuscrit de la main de Mozart, des lettres illustrées de Van Gogh ou encore le plus grand ensemble de gravures de Rembrandt conservé aux États-Unis. On trouve aussi des partitions de Mozart, le manuscrit original d'Eugénie Grandet qu'Honoré de Balzac avait offert à Madame Hanska, des bijoux et des pièces d'orfèvrerie, le manuscrit original du Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry ainsi que des partitions de la main de Beethoven et de Brahms.

La collection de sceaux du Proche-Orient notamment est une des plus importantes au monde avec des pièces entre 3500 et 330 avant Jésus-Christ.

Galerie[modifier | modifier le code]

Quelques-unes des œuvres du musée.

La Morgan Library dans la littérature et au cinéma[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Renzo Piano conquiert l'Amérique – Frédéric Edelmann, Le Monde, 13 mai 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]