Picrophilus torridus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Picrophilus torridus est une espèce d'archées thermophiles et acidophiles de la famille des Picrophilaceae. Elle est capable de se développer à pH proche de 0 et à une température atteignant 65 °C. Le cytoplasme est également acide, avec un pH d'environ 4,6, ce qui est inhabituel car la plupart des autres acidophiles ont un pH intracellulaire plus ou moins neutre. La membrane plasmique est constituée d'étherlipides polaires qui présentent une faible perméabilité aux protons à pH faible ; cette membrane est recouverte d'une couche S[2]. À pH neutre, les lipides de cette membrane ne peuvent plus s'assembler en liposomes, ce qui détruit la cellule.

Son génome a été séquencé et compte 1 545 900 paires de bases sur un chromosome circulaire unique. Ce génome présente l'une des densités de codage les plus élevées parmi les thermoacidophiles, avec près de 92 % d'espace codant. 12 % de ses gènes interviennent dans les fonctions de transport[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Référence NCBI : Picrophilus torridus (en)
  2. a et b (en) Maria Ciaramella, Alessandra Napoli et Mosè Rossi, « Another extreme genome: how to live at pH 0 », Trends in Microbiology, vol. 13, no 2,‎ février 2005, p. 49-51 (lire en ligne) DOI:10.1016/j.tim.2004.12.001
  • (en) CHRISTA SCHLEPER, GABRIELA PÜHLER, HANS-PETER KLENK et WOLFRAM ZILLIG, « Picrophilus oshimae and Picrophilus torridus fam. nov., gen. nov., sp. nov., Two Species of Hyperacidophilic, Thermophilic, Heterotrophic, Aerobic Archaea », International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology, vol. 46, no 3,‎ juillet 1996, p. 814-816 (lire en ligne) DOI:10.1099/00207713-46-3-814
  • (en) Matthias Reher, Michael Bott et Peter Schönhei, « Characterization of glycerate kinase (2-phosphoglycerate forming), a key enzyme of the nonphosphorylative Entner–Doudoroff pathway, from the thermoacidophilic euryarchaeon Picrophilus torridus », FEMS Microbiology Letters, vol. 259, no 1,‎ juin 2006, p. 113-119 (lire en ligne) DOI:10.1111/j.1574-6968.2006.00264.x