Pichou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le pichou (aussi appelé soulier sauvage, soulier mou et soulier d'orignal) était une chaussure d’hiver des Amérindiens du Canada. Le pichou était fait d'une pièce en cuir d'orignal, de caribou ou de bœuf. La pièce de cuir était habituellement cousue de façon grossière sur le dessus du pied et elle était refermée au moyen d’un lacet sur la jambe.

Origine du mot[modifier | modifier le code]

En langue amérindienne, le mot pichou désigne le lynx du Canada. Le mot pichou a été utilisé pour désigner la chaussure d’hiver amérindienne à cause de la légèreté de cette chaussure et du fait qu’elle permet de marcher efficacement sur la neige comme le fait le lynx.

Évolution[modifier | modifier le code]

Les pichous se portaient avec plusieurs chaussettes, surtout à l'extérieur, pour marcher dans la neige ou pour chausser des raquettes à neige. Le pichou a progressivement évolué pour devenir une chaussure sport d’intérieur appelée patte d’ours. Comme le pichou, la patte d’ours est légère et souple, mais elle est aussi munie de doublure isolante, de semelle, d’œillets et de garniture de fourrure ou de franges.

Laid comme un pichou[modifier | modifier le code]

Au Québec, l’expression laid ou laide comme un pichou désigne une chose ou une personne très laide. Cette expression ne fait pas référence au lynx qui est très beau, mais bien à la chaussure faite de cuir ratatiné et grossièrement cousu sur le dessus du pied.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Le mot pichou n’est plus commun dans le langage québécois, mais l’expression laid comme un pichou est encore bien vivante. Si vous demandez à un Québécois ce qu’est un pichou, il vous répondra probablement qu’il ne le sait pas, mais que c’est certainement très laid![réf. nécessaire]

La course des pichous[modifier | modifier le code]

La course des Pichous est une course à pied de 15Km dans la région de Saguenay se déroulant vers la fin de l'hiver (mars). Il est possible de participer à cet événement de deux manières : coureur ou marcheur.