Pic Ismail Samani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pic Ismail Samani
Vue du pic Ismail Samani.
Vue du pic Ismail Samani.
Géographie
Altitude 7 495 m[1]
Massif Chaînon de l'Académie des Sciences (Pamir)
Coordonnées 38° 56′ 35″ N 72° 00′ 58″ E / 38.94306, 72.0161138° 56′ 35″ Nord 72° 00′ 58″ Est / 38.94306, 72.01611  
Administration
Pays Drapeau du Tadjikistan Tadjikistan
Province autonome
Province
Haut-Badakhchan
Nohiyahoi tobei Jumhurii
Ascension
Première 9 septembre 1933 par Evgeny Abalakov
Voie la plus facile Versant Nord par l'éperon Borodkin.
Géologie
Type Pic pyramidal

Géolocalisation sur la carte : Tadjikistan

(Voir situation sur carte : Tadjikistan)
Pic Ismail Samani

Le pic Ismail Samani (en russe : Pik Imeni Ismaila Samani, en tadjik : Qullai Ismoili Somoni), anciennement pic Staline et pic du Communisme, est le point culminant du Tadjikistan et de l'ancienne Union soviétique. Il s'élève à 7 495 mètres d'altitude dans le massif du Pamir. Il est gravi pour la première fois en 1933 par Evgeny Abalakov et est devenu un sommet très fréquenté par les alpinistes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le premier nom porté par le sommet, après son authentification en 1932 est pic Staline (en russe : Pik Stalina, пик Ста́лина)[1]. En 1962, il est rebaptisé pic du Communisme (en russe : Pik Kommunizma, пик Коммуни́зма)[1]. Ce n'est qu'en 1998 que son nom actuel lui est décerné, rendant ainsi hommage à Ismail Ier[1], fondateur de la dynastie des Samanides dont le règne s'étendit de 874 à 907.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le pic Ismail Samani est situé approximativement au centre du Tadjikistan, à la limite administrative entre la province autonome du Haut-Badakhchan à l'est et la province de Nohiyahoi tobei Jumhurii à l'ouest, à environ 300 kilomètres à l'est de la capitale Douchanbé. Le sommet s'élève à 7 495 mètres d'altitude dans le chaînon de l'Académie des Sciences, au sein du massif du Pamir dont il constitue le point culminant, comme celui du Tadjikistan et de l'ancienne Union des républiques socialistes soviétiques[1]. Bien qu'elle se trouve dans une région sèche, cette montagne escarpée est recouverte de nombreux glaciers[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce n'est qu'en 1928 qu'un sommet du Pamir plus élevé que le pic Lénine (7 134 m), situé 90 kilomètres au nord-est, est identifié. Ce sommet est d'abord confondu avec le pic Garmo (6 595 m) mais, après plusieurs expéditions soviétiques, il devient évident, en 1932, qu'il s'agit de deux montagnes différentes et le nouveau pic est nommé pic Staline, en l'honneur de Joseph Staline, alors Secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique.

La première ascension est effectuée le 9 septembre 1933, un an après la première exploration, par l'alpiniste soviétique Evgeny Abalakov, qui termine en solitaire après avoir été accompagné par Nikolay Gorbunov[2].

Ascension[modifier | modifier le code]

L'accès à la montagne est difficile en raison de son isolement. De plus, la roche est relativement fragile. Ainsi, en 1972, seulement 580 ascensions avaient été couronnées de succès[3]. Toutefois, du fait qu'il soit le plus haut sommet de la région, sa fréquentation s'est accrue depuis plusieurs décennies et de nombreuses voies existent désormais pour parvenir au sommet[1]. La voie normale débute sur la moraine du glacier Walter et passe sous le plateau de névés du Parmi (Pamirskoe Firnovoe Plato) avant de rejoindre le camp 1 vers 5 100 mètres d'altitude. L'accès au camp 2 à 5 800 mètres se fait par l'arête nord sans grande difficulté en quatre à cinq heures. Le troisième jour se résume essentiellement par la traversée du plateau jusqu'au camp Vostok (camp Est, 6 100 mètres). Le camp 4 peut être installé à 6 700 ou 6 900 mètres d'altitude, après avoir gravi la face Nord du pic Dushanbe, techniquement facile quoique longue. Le cinquième jour permet d'accéder au sommet et de redescendre au camp 4 voire jusqu'au camp 2[4].

L'ascension des cinq sommets de plus de 7 000 mètres de l'ancienne URSS, dont fait partie le pic Ismail Samani avec le pic Pobedy (7 439 m), le pic Lénine (7 134 m), le pic Korjenevskoï (7 105 m) et le Khan Tengri (7 010 m), est récompensée par le « prix Léopard des Neiges »[5].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Pik Imeni Ismail Samani, peakware.com
  2. (en) Pik Kommunizma, SummitPost.org
  3. (fr) Grande Encyclopédie soviétique, 3e édition, 1979
  4. (en) Communism (Ismail Somoni) peak - Route description and climbing map
  5. (fr) Jean-Paul Labourdette, Dominique Auzias, Le Petit Futé Kirghizistan, Nouvelles Editions de l'Université, 2010, page 71 (ISBN 2746928701)