Pic à tête rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pic à tête rouge

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Melanerpes erythrocephalus

Classification (COI)
Règne Animalia
Classe Aves
Ordre Piciformes
Famille Picidae
Genre Melanerpes

Nom binominal

Melanerpes erythrocephalus
Linnaeus, 1758

Description de l'image File:Melanerpes erythrocephalus distr.png.

Orange: aire d'été;
Vert : Aire de résidence le long de l'année
Bleu : zone d'hivernage.

Statut de conservation UICN

(NT)
NT : Quasi menacé

Le Pic à tête rouge (Melanerpes erythrocephalus) est une espèce d'oiseau de la famille des pics. Autrefois commune en Amérique du Nord, cette espèce est aujourd'hui en forte régression.
D'après Alan P. Peterson, c'est une espèce monotypique.

Description[modifier | modifier le code]

Melanerpes erythrocephalus sur branche morte ; Sa tête rouge bien visible explique son nom
En train d'inspecter l'écorce d'un résineux, à la recherche d'insectes

Les adultes sont nettement tricolore, rouge, noir et blanc de dos. Leur ventre est principalement blanc. Les ailes sont noires avec des rémiges blanches.

Mâles et femelles adultes arborent un plumage identique[1]

Les juvéniles sont également multicolores, mais leur plumes sont tachetées de brun[1].

Les individus des deux sexes mesurent de 19 à 23 cm de long, pour une envergure de 42 cm.
Ils pèsent de 56 à 91 g.

Un ornithologue débutant peut identifier par erreur un Pic à ventre roux comme Pic à tête rouge.

Habitat, répartition[modifier | modifier le code]

C'est un oiseau qui était autrefois commun dans les régions tempérées d'Amérique du Nord, du sud du Canada au centre et centre-est des États-Unis, mais dont les populations se sont effondrées au XXe siècle (50 % de perte depuis 1966 malgré les efforts de conservation en forêt[2]).

À la différence des autres pics, son habitat préférentiel de reproduction est un paysage ouvert ou semi-ouvert avec arbres anciens et morts, riche en arbres produisant des fruits durs (glands, noisettes, noix, faines..)[2]. Il apprécie les zones herbacées qui ont brûlé, mais fréquente également volontiers les abords de zones humides, grands lacs, ripisylves.

Au Canada, sur les 600 zones importantes de nidification, seules sept signalent encore la présence du Pic à tête rouge :

  • Cabot Head (Ontario), sur les bords de la Baie Georgienne du côté de la pointe de la Péninsule Bruce ;
  • Carden Plain (Ontario), à l'est du lac Simcoe ;
  • Péninsule et marais de Long Point, Ontario le long du lac Eire près de London (Ontario);
  • Point Abino (Ontario), près deu lac Eire et près des chutes du Niagara ;
  • Dunes enforestées de Port Franks (NE de l'Ontario), Sarnia près du lac Huron;
  • Kinosota/Leifur (Manitoba), sur les rives NE du lac Manitoba et localement dans le Parc national du Mont-Riding;
  • Sud de la rivière Saskatchewan de Empress (Alberta) à Lancer Ferry (Saskatchewan)[3].

Son habitat (de type savane tempérée, semi-ouvert, riche en arbres épars) ressemblant formellement aux paysages de vieux vergers, de prairies arborées, de certains jardins publics et de nombreux golfs.
Des chercheurs de l'Université de l'Ohio, se demandant s'ils pouvaient constituer de bons habitats de substitution, ont donc été rechercher (de mi-mai à début août 2002 et 2003) sur 100 golfs pris au hasard dans le nord et le centre de l'Ohio des pics à tête rouge. Quand ils en ont trouvé, un descriptif de l’habitat et le cas échéant un suivi du succès de nidification de couples reproducteurs a été fait. 158 pics à tête rouge adultes ont été trouvés sur ¼ (26 %) des 100 terrains prospectés. Les golfs où il était présent contenaient tous des arbres dont le diamètre était plus large (+ 12 %) que sur les autres golfs, et ils contenaient environ deux fois plus d’arbres produisant des gros fruits durs (chênes, noyers, hêtres à grandes feuilles Fagus grandifolia) que la moyenne des golfs. De même ils contenaient environ deux fois plus de bois-mort sur pied (« chandelles » et « chicots »). Les descriptifs d’habitats pour 49 nids occupés ont montré que la zone choisie par le pic pour nicher contenait elle-même encore environ deux fois plus d’arbres à fruits durs et bois mort que les autres parcelles du même terrain de golf. La plupart des nids (67 %) étaient situées dans les branches mortes d’arbres vivants, plutôt que dans les chicots (or pour des raisons de sécurité et « propreté », ces habitats sont généralement supprimées ou élaguées). Enfin, sur 16 couples nicheurs suivis dans ces golfs, seuls 75 % ont réussi à produire plus d’un jeune vivant à partir de leur couvée (un peu moins que les 80 % de succès moyen observés pour 10 nids surveillés hors des golfs (taux qui ne suffit pas à permettre la survie de l'espèce à long terme). Les auteurs de l’étude en ont déduit que certains terrains de golf, à certaines conditions, pourraient jouer un rôle précieux dans la conservation de la faune associée aux forêts ouvertes et boisements peu denses[4].

Des situations de piège écologique sont cependant possible, ce pourquoi la fondation Audubon (qui a signé un partenariat avec l'USGA pour aider les surintendants de golf à diminuer leurs impacts écologiques), recommande aux surintendants de

  • créer des zones de restauration et conservation de gros bois morts (ou sénescents) sur pied, dans les golfs ;
  • limiter ou supprimer l’utilisation de pesticides à moins de 300 pieds de l'habitat potentiels de pics, car ces la zone qui sera la plus prospectée au sol par ces derniers pour alimenter leurs petits avec des insectes[2].
  • de disposer des chronoxyles (ex : poteaux téléphoniques non traités par des pesticides), plantés dans le sol à 50 pieds les uns des autres (pour les cas où les surintendants ne veulent absolument pas conserver de bois mort sur leur golf, pour des raisons « esthétiques » ou de sécurité par exemple[2] ;
  • de périodiquement faire quelques feux dirigés de la strate herbacée (ces pics appréciant particulièrement les zones d'herbacées repoussant sur une zone qui a brûlé. Sur la base d’expériences réussies de restauration d’habitats de pic à tête rouge ailleurs,

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Le Pic à tête rouge a été l'une des nombreuses espèces initialement décrite au XVIIIe siècle par Carl von Linné dans son ouvrage Systema Naturae . L'épithète du nom d'espèce est dérivé du grec ancien, des mots erythros « rouge » et kephalos « tête » [5]

Trois sous-espèces sont reconnues :

  • M. e. brodkorbi
  • M. e. caurinus
  • M. e. erythrocephalus

Chant[modifier | modifier le code]

Un tchur-tchur caractéristique permet de les identifier, associé au « tambourinage » qui joue sans doute un rôle territorial.

Éthologie[modifier | modifier le code]

Ces oiseaux sont omnivores mais les 2/3 de leur alimentation sont d'origine végétale[1]. Ils chassent des insectes, souvent en vol ou au sol ou sur le bois. Ils collectent sur les arbres des fruits durs (glands, faines, noix, noisettes, et différents fruits, baies et graines). Ils mangent parfois les œufs d'autres oiseaux.

La migration se fait saisonnièrement avant la reproduction entamée fin avril, et à partir des quartiers d'hiver que les oiseaux quittent fin octobre[6]. Les oiseaux du sud sont souvent des résidents permanents.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La femelle niche dans une cavité d'arbre mort, d'un poteau, ou dans une « carie » (partie morte d'un arbre) à 2,5 à 25 m de hauteur au-dessus du sol[1]
Elle pond quatre à sept œufs début mai. L'incubation dure deux semaines[1].
Deux couvées peuvent se succéder dans une seule saison de nidification[1].

Conservation[modifier | modifier le code]

Autrefois abondant, les populations de cette espèce ont fortement décliné depuis 1966, en raison d'une dégradation générale de l'environnement (pesticides, agriculture intensive, régression des vieux arbres et du bois mort), mais probablement aussi de la concurrence pour les sites de nidification par l'Étourneau sansonnet devenu localement envahissant voire invasif.

Dans beaucoup d’États du Nord-Est des États-Unis, on n'observe plus du tout ou très peu de nidification de pics à tête rouge. En Ohio, par exemple, une population y est faiblement présent mais avec un taux de reproduction ne lui permettant pas de s'auto-entretenir[7]. Quelques dizaines de couples ont niché dans des espaces verts (golfs notamment), mais sans que l'on connaisse le succès de reproduction à moyen ou long terme).

Le pic à tête rouge est aujourd’hui considéré comme une espèce vulnérable au Canada et espèce menacée dans plusieurs États des États-Unis.

parmi les facteurs de disparition ou régression de l'espèce, figurent :

  • la perte d'habitat causée par la régression des grands arbres morts (arbres entiers ou chandelles)
  • le développement de l'agriculture intensive et des monocultures
  • la canalisation des cours d'eau,
  • un certain déclin des milieux semi-ouverts (petits vergers et bocage) ou ouvert (prairies), résultant à la fois de l'intensification de l'agriculture et de la sylviculture industrielle (pour les forêts de l'Est de l'Amérique du Nord notamment). Le traitement des poteaux téléphoniques à la créosote est une autre cause suspectée de régression[8], de même que l'empoisonnement par le plomb et l'arsenic utilisés comme pesticides puis bioaccumulé par les arbres et les insectes saproxylophages.

Philatélie[modifier | modifier le code]

En 1996, le United States Postal Service a publié un timbre-poste à son effigie (valeur de deux cents).
La publication de ce timbre a été interrompue, puis renouvelée en 1999 pour rester en vente jusqu'en 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Porter Eloise F. , James F. Parnell, Robert P. Teulings, Ricky Davis, Birds of the Carolinas Second Edition ; Ed : University of North Carolina Press ; 2006 ; Chapel Hill, NC ; 220 pages, ISBN 978-0-8078-5671-0
  2. a, b, c et d Fondation Audubon et « Cornell Lab of Ornithology »; Fiche de bonne pratique pour le pic à tête rouge dans la gestion des golfs ((en)), consulté 2011/05/29
  3. Important Bird Area Canada, Site Catalogue Requête
  4. Paul G. Rodewald, Melissa J. Santiago, Amanda D. Rodewald , 2005, “Habitat use of breeding red-headed woodpeckers on golf courses in Ohio” ; Wildlife Society Bulletin 33(2):448-453. 2005 ; doi: 10.2193/0091-7648(2005)33[448:HUOBRW]2.0.CO;2 (Résumé)
  5. Henry George Liddell et Robert Scott (philologue) 1980, lexique grec-anglais (Édition abrégé) ; éditeur = Oxford University Press; Royaume-Uni ; ISBN 0-19-910207-4
  6. Henninger (1906), OOS (2004)
  7. OOS (2004)
  8. BirdHouses101.com (2007)