Piñata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Piñata (homonymie).
Les sept piques sur la piñata sont les sept péchés capitaux. La base, qui est un récipient en terre cuite, représente le diable. Le bâton représente les bienfaits de dieu. Les sucreries qui en tombent représentent les bienfaits que donnera dieu après avoir éliminé le mal.
Célébration du Día mexicano en Allemagne.

La piñata est un récipient qui peut prendre la forme d'une figurine ou de tout autre objet et que l'on remplit de sucreries et de jouets. Une succession d'enfants, les yeux bandés, armés d'un bâton essayent de casser la piñata afin de récupérer les sucreries cachées à l'intérieur.

La piñata est faite à partir de matériaux facilement cassables, tels que la paille, du papier mâché, ou de l'argile. Traditionnellement, elle est faite avec une forme humaine ou animale (souvent un âne).

Elle est utilisée depuis des centaines d'années pour célébrer des fêtes traditionnelles mexicaines tout au long de l'année. Une hypothèse suppose que son origine soit attribuée à la culture chinoise de représentation animale pendant les célébrations.

De nos jours, la tradition est plus ou moins fortement présente dans plusieurs régions d'Amérique latine, en Espagne, et dans certains pays anglo-saxons comme les États-Unis, ainsi qu'en Inde.

La Chanson Dale, Dale, Dale[modifier | modifier le code]

Au Mexique, pendant le jeu on chante la chanson « Dale, Dale, Dale ». La seconde strophe varie selon la région mexicaine. Au nord-est du Mexique on chante :

Dale, dale, dale,
no pierdas el tino ;
Porque si lo pierdes
pierdes el camino.
Dale, dale, dale ,
Dale y no le dió ;
Quítenle la venda,
Porque siguo yo
¡Se acabó!

Traduction :

Frappe-la, frappe-la, frappe-la (ou « vas-y, vas-y, vas-y »)
Ne perds pas ton adresse ;
Parce que si tu la perds
Tu perdras le chemin
Frappe-la, frappe-la, frappe-la,
Frappe-la, et il l’a raté
Enlevez-lui le bandeau
Parce que c'est mon tour
C’est fini !

Au nord-ouest du Mexique (État de Sonora notamment), la seconde strophe est généralement la suivante :

Dale, dale, dale ;
Ya le diste una ;
Ya le diste dos ;
Ya le diste tres ;
¡Y tu tiempo se acabó!

Traduction:

Frappe-la, frappe-la, frappe-la ;
Tu l'as déjà frappée une fois
Tu l'as déjà frappée deux fois
Tu l'as déjà frappée trois fois
Et ton tour est terminé !

Sources[modifier | modifier le code]