Piéride du navet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pieris napi

La Piéride du navet (Pieris napi) est un insecte lépidoptère de la famille des Pieridae de la sous-famille des Pierinae et du genre Pieris.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Pieris napi (Linnaeus, 1758)

Synonymes :

  • Pieris adalwinda (Fruhstorfer, 1909)
  • Pieris arctica (Verity, 1911)
  • Pieris canidiaformis (Drenowsky, 1910)
  • Pieris dubiosa (Röber, 1907)
  • Pieris flavescens (Wagner, 1903)
  • Pieris meridionalis (Heyne, 1895)[1]

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Piéride du navet mâle
Piéride du navet femelle

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

La Piéride du navet se nomme en anglais Green-veined White, Rapsweißling en allemand, klein geaderd witje en néerlandais et Pieride del navone en italien.

Génétique et évolution de l'espèce[modifier | modifier le code]

La Piéride du navet était présente dans toute la France métropolitaine depuis le paléolithique [3].

Description[modifier | modifier le code]

Vue du dessus.
Ailes postérieures jaunâtres avec nervures garnies de suffusions.

C'est un papillon blanc à revers jaune pâle.

La longueur de l'aile antérieure de la Piéride du navet varie de 18 à 27 mm[4]. Le papillon connaît un important dimorphisme saisonnier. La première génération (printemps) a le dessous des ailes postérieures jaunes avec des nervures entourées d'une suffusion gris-vert. La seconde génération (été) est plus grande, la coloration des ailes postérieures est plus pâle. Les nervures sont uniquement munies d'une suffusion grise au niveau de la base de l'aile. La troisième génération peut ressembler aux deux précédentes. La Piéride du navet vole plus lentement que les autres Pieris. La femelle peut occasionnellement être jaunâtre, ce qui la fait fortement ressembler à la Piéride de la bryone (Pieris bryoniae)[4].


Chenille et chrysalide[modifier | modifier le code]

Ses œufs, jaune verdâtre, sont pondus isolément et ont une période d'incubation de huit à dix jours. Les chenilles sont vertes et les chrysalides, vert clair. L'été, elles donnent des adultes en deux à trois semaines.

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hibernation[modifier | modifier le code]

La Piéride du navet vole de mars à novembre en une à quatre générations suivant son habitat (une seule génération en haute montagne et dans la région arctique).

Elle hiverne à l'état de chrysalide.

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes de la chenille sont des Brassicacées comme l'Alliaire officinale (Alliaria petiolata) et la Cardamine des prés (Cardamine pratensis). Contrairement à la piéride du chou, la piéride du navet n'est nullement nuisible pour les cultures car sa chenille se nourrit de crucifères sauvages et sa présence n'a jamais été attestée sur le navet[5].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

La Piéride du navet est présente dans toute l'Europe, en l'Asie tempérée jusqu'au Japon, ainsi qu'en Afrique du Nord, et au nord et à l'ouest de l'Amérique du Nord. Elle n'est pas migratrice ou très peu.

Elle est présente dans tous les départements de France métropolitaine[6]

Biotope[modifier | modifier le code]

Ce papillon apprécie les milieux ouverts et humides jusque 1 800 mètres d'altitude[4].

Protection[modifier | modifier le code]

Aucun statut de protection particulier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. INPN taxonimie
  2. funet
  3. INPN archéologie
  4. a, b et c (fr) Tristan Lafranchis, Les Papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Éditions Biotope,‎ 2000 (ISBN 2-9510379-2-9), p.152
  5. Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann
  6. lepinet

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman, Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, (ISBN 978-2-603-01649-7)
  • M. Chinery et P. Leraut, Photoguide des papillons d'Europe, Delachaux et Niestlé (ISBN 2-603-01114-6)
  • D.J. Carter et B. Hargreaves, Guide des chenilles d'Europe, Delachaux et Niestlé, Paris 2001, (ISBN 978-2-603-00639-9) (DL février 2005)