Phosmet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Phosmet
Phosmet
Identification
Nom IUPAC 2-(diméthoxyphosphinothioylthiométhyl)isoindoline-1,3-dione
No CAS 732-11-6
No EINECS 211-987-4
No RTECS TE2275000
PubChem 12901
ChEBI 38786
SMILES
InChI
Apparence cristaux incolore
Propriétés chimiques
Formule brute C11H12NO4PS2  [Isomères]
Masse molaire[1] 317,321 ± 0,021 g/mol
C 41,64 %, H 3,81 %, N 4,41 %, O 20,17 %, P 9,76 %, S 20,21 %,
Propriétés physiques
fusion 70,85 °C[2]
Solubilité 0,03 g·l-1 à 20 °C
Masse volumique 1,03 g·cm-3
Pression de vapeur saturante 0,133 Pa à 49,85 °C
Précautions
Directive 67/548/EEC[3]
Nocif
Xn
Dangereux pour l’environnement
N



Transport[3]
-
   ou 2810   
SGH[3]
SGH07 : Toxique, irritant, sensibilisant, narcotiqueSGH09 : Danger pour le milieu aquatique
H302, H312, H410, P264, P273, P280, P501,
Écotoxicologie
DL50 18 mg·kg-1 (oiseau sauvage, oral)[4]

707 mg·kg-1 (poule, oral)[4]
1 830 mg·kg-1 (canard, oral)[4]
26 mg·kg-1 (souris, oral)[4]
92,5 mg·kg-1 (rat, oral)[4]
200 mg·kg-1 (cochon d'Inde, oral)[4]

etc.[4]
CL50 65 mg/m3/4h (chat, inhalation)[4]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le phosmet est un insecticide organophosphoré non-systémique, dérivé du phtalimide, utilisé sur les plantes et les animaux. Il est utilisé principalement sur les pommiers pour lutter contre le carpocapse, mais également sur de nombreuses autres cultures fruitières et ornementales, ainsi que sur la vigne pour lutter notamment contre les pucerons, les acariens, et les mouches des fruits[5].

Sécurité[modifier | modifier le code]

Le phosmet figure sur la liste des substances extrêmement dangereuses de la planification d'urgence des États-Unis (US Emergency Planning). Il est hautement toxique pour les abeilles[5].

Mark Purdey a déclenché une controverse en suggérant que le phosmet pourrait avoir joué un rôle clé dans l'épidémie d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB)[6].

Une étude de 2010 a montré que chaque augmentation d'un facteur 10 de la concentration urinaire de métabolites organophosphorés était associée à une augmentation de 55 % à 72 % des risques d'apparition du trouble du déficit de l'attention/hyperactivité (TDA/H) chez l'enfant[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) « Phosmet » sur NIST/WebBook
  3. a, b et c Phosmet chez Sigma-Aldrich.
  4. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Phosmet » sur ChemIDplus
  5. a et b (en) « Toxicology of Phosmet » [Webpage] (consulté le 6 août 2011).
  6. (en) Purdey M, « High-dose exposure to systemic phosmet insecticide modifies the phosphatidylinositol anchor on the prion protein: the origins of new variant transmissible spongiform encephalopathies? », Med. Hypotheses, vol. 50, no 2,‎ 1998, p. 91–111 (PMID 9572563, DOI 10.1016/S0306-9877(98)90194-3).
  7. (en) « Organophosphate Pesticides Linked to ADHD », sur Medscape,‎ 2010 (consulté le 6 août 2011).