Pholiote ridée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cortinarius caperatus, autrefois Pholiota caperata, de son nom vernaculaire français, la pholiote ridée est une espèce de champignon basidiomycète aujourd'hui classée parmi les cortinaires. À vrai dire, cette espèce d'aspect intermédiaire entre les agarics, les pholiotes, les hébélomes et les cortinaires est passée de genre en genre à plusieurs reprises et a, pendant un temps, constitué un genre à elle seule sous le nom de Rozites caperatus[1]

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Nom binomial accepté[modifier | modifier le code]

Cortinarius caperatus (Pers.) Fr.. 1838 (nom accepté)

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Agaricus caperatus Pers. 1796 (synonyme)
  • Dryophila caperata (Pers.) Quél. 1886 (synonyme)
  • Pholiota caperata (Pers.) Gillet 1874 (synonyme)
  • Rozites caperatus (Pers.) P. Karst. 1879 (synonyme)
  • Togaria caperata (Pers.) W.G. Sm. 1908 (synonyme)

Description du sporophore[modifier | modifier le code]

  • Chapeau 5 à 10-14 cm, arrondi puis s'étalant, jaune roux, ridé vers le bord et couvert radialement de fines mèches fugaces blanches à légèrement rosées. La marge, souvent incurvée, se fendille avec l'âge.
  • Lames inégales et fortement dentelées ; sporée brun-roux.
  • Pied 8 à 12 cm (jusqu'à 20 cm) sur 1,5 à 2,5 cm, s'élargissant de haut en bas, couleur crême, pelucheux au-dessus d'un anneau (strié, membraneux et tenace) , fibrilleux au-dessous.
  • Chair ferme, crême à rosée, colorant l'eau en jaune ; odeur et saveur non significatives.

Écologie[modifier | modifier le code]

La pholiote ridée vient d'août à octobre, sous feuillus ou conifères, surtout en montagne mais éventuellement en plaine. Absente de certaines régions, elle peut abonder dans d'autres : son terrain de prédilection est un sol pauvre, acide et sablonneux[2].

Comestibilité[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un bon comestible à la chair consistante sur les exemplaires jeunes, comparable aux meilleurs agarics.

Espèces proches et confusions possibles[modifier | modifier le code]

Ce champignon peut par sa couleur évoquer certains hébélomes (de taille généralement plus modeste) et par son port certains cortinaires massifs, des agarics, des leucoagarics ou des phaeolépiotes, mais ne ressemble en fait qu'à lui-même: les rides de ses bords, la couleur claire de son voile de méchules, son anneau strié et son habitat particulier permettent de l'identifier assez aisément.

Sources, liens externes et références[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir


Notes[modifier | modifier le code]

  1. Rozites caperatus selon Index Fungorum mais Rozites caperata selon d'autres auteurs, dont André Marchand, le genre de ce taxon transitoire n'étant lui-même pas bien établi.
  2. La forêt de Fontainebleau est un des milieux où l'on peut par exemple la trouver en région parisienne.