Rougequeue à front blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Phoenicurus phoenicurus)
Aller à : navigation, rechercher

Rougequeue à front blanc

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Rouge-queue à front blanc
(Phoenicurus phoenicurus)

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Muscicapidae
Genre Phoenicurus

Nom binominal

Phoenicurus phoenicurus
(Linnaeus, 1758)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Rougequeue à front blanc ou Rossignol de muraille (Phoenicurus phoenicurus) est une espèce de passereaux de la famille des Muscicapidae.

Description[modifier | modifier le code]

Le rougequeue à front blanc est un passereau élancé, droit et qui hoche la queue d’un roux marqué. Le mâle a une poitrine orangée, un masque noir et un front blanc. À la fin de l’été, les couleurs de son plumage neuf (mue complète en juillet-août) sont estompées. La parure de la femelle est plus discrète : dessus gris brun, dessous fauve orangé ; la queue, en revanche, est aussi marquée que chez le mâle. Cet oiseau mesure 13 à 14 cm de longueur pour une envergure de 22 à 23 cm et une masse de 12 à 17 g.

Mâle de rougequeue à front blanc

Chants[modifier | modifier le code]

Le cri de contact du rougequeue à front blanc est un huit ascendant rappelant, en plus accéléré, celui du pouillot fitis avec des tittittit…nerveux. Le chant du rouge-queue à front blanc est une phrase brève, mélodieuse et empreint de mélancolie comme le chant hivernal du rouge-gorge. Le début du chant est composé de notes sonores qui rapidement se terminent en un amalgame imprécis comme si l’oiseau avait oublié la suite.

Comportement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le rougequeue à front blanc est un passereau insectivore. Depuis son poste de chasse élevé il capture ses proies en plongeant, virevoltant un peu à la manière d’un gobe-mouche.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Le rougequeue à front blanc arrive dans les premiers jours d’avril (parfois fin mars) et cherche activement les emplacements favorables à sa reproduction. La ponte a lieu généralement dans la première quinzaine du mois de mai : 5 à 7 œufs turquoise incubés pendant une douzaine de jours ; les jeunes quitteront le nid après une douzaine de jours. Fin juin, une seconde ponte peut avoir lieu. Durant les mois de juillet et août, le rougequeue à front blanc s’éclipse pour effectuer sa mue. Dans la deuxième quinzaine d’août, la migration post-nuptiale démarre avec son apogée dans la deuxième semaine de septembre. Le rougequeue à front blanc hiverne de l’Afrique du Nord à l’ Afrique Tropicale.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Répartition mondiale[modifier | modifier le code]

Le rougequeue à front blanc est, comme toutes les espèces du genre Phoenicurus, originaire d’Asie centrale, il occupe un vaste espace allant de l’ouest de l’Asie aux zones boréales, tempérées, méditerranéennes et steppiques de l’Europe. À l’ouest, le rougequeue à front blanc est peu présent en Irlande et au Portugal.

Répartition en France[modifier | modifier le code]

Rougequeue à front blanc photographié en vol par une caméra de surveillance en Gironde.

La présence du rougequeue à front blanc sur l’ensemble du territoire métropolitain est attestée depuis le XIXe siècle. Toutefois, il reste localisé en Bretagne (on en voit également en Lorraine) et généralement absent des zones basses méditerranéennes, de Corse et ponctuellement de certains territoires de France (estuaire de la Loire, Centre…).

Le rougequeue à front blanc occupe l’ensemble de l’Aquitaine à l’exception d’une partie du bassin versant de l’Adour. Sa présence n’est pas notée dans le centre du massif landais, et dans les Pyrénées le rougequeue à front blanc aurait pour limite altitudinale 500 mètres (2 000 m pour les Alpes).

Habitat[modifier | modifier le code]

Le rougequeue à front blanc est inféodé à l’arbre ; il se rencontre dans une grande variété de milieux boisés ou plantés d’arbres. Il affectionne les feuillus mais apprécie également les forêts de pins maritimes. Le rougequeue à front blanc niche en cavité, il a donc besoin de vieux arbres ou de nichoirs artificiels pour sa reproduction ; il niche également dans les cavités des murs de construction.

Présence hivernale[modifier | modifier le code]

Le rougequeue à front blanc est absent de nos latitudes en période hivernale. Des observations hivernales sont toutefois rapportées chaque année.

Statut de conservation[modifier | modifier le code]

Les densités de rougequeue à front blanc en Aquitaine sont faibles et un sentiment de "très nette régression des effectifs" est rapporté pour l’Aquitaine sans réel suivi des populations. Cette tendance est toutefois étayée par les contributions d’autres régions françaises. Le rougequeue à front blanc a besoin d’une gestion sylvicole adaptée, garantissant la présence de vieux arbres et plus avantageusement encore d’îlots de vieillissement. Pour l’élevage de ses jeunes, le rougequeue à front blanc a besoin d’une bonne disponibilité en proies et l’impact des pesticides, notamment dans les parcs péri-urbains et urbains, n’est pas sans conséquences sur la dynamique de ses populations. La mise en place de nichoirs en milieux forestiers peut être favorable à sa reproduction. S’agissant d’une espèce migratrice, les facteurs influençant sa dynamique de population restent complexes à analyser et encore plus à orienter.

Protection[modifier | modifier le code]

Le rougequeue à front blanc bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire[1]. Il est donc interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l'enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids et de détruire, altérer ou dégrader leur milieu. Qu'il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l'utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l'acheter.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le statut juridique des oiseaux sauvages en France, Ligue pour la protection des oiseaux

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :