Philosophie de l'argent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philosophie de l'argent
Auteur Georg Simmel
Version originale
Titre original Philosophie des Geldes
Langue originale Allemand
Pays d'origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Date de parution originale 1900
Version française
Lieu de parution Paris
Éditeur Presses universitaires de France
Date de parution 1987

Philosophie de l'argent (titre original : Philosophie des Geldes) est un ouvrage du sociologue Georg Simmel[1] publié en 1900[2].

Pour Simmel, l'argent émerge des relations d'échanges entre les hommes. Pour comprendre ce qu'est l'argent, il faut s'intéresser aux processus historiques des échanges, mais également aux processus de valorisation individuels et sociaux. L'argent est ce qui permet de donner une valeur objective aux objets, au sens où il est un étalon de mesure de la valeur. Cependant, la valeur n'a pas d'objectivité en soi mais résulte de l'intersubjectivité des désirs. Son approche relativiste de la valeur est sujet à critique. En effet, pour Marx, la valeur (le prix) n'est rien autre qu'un quantum de travail humain, donc quelque chose de concret et d'objectif.[réf. nécessaire]

Dans son journal Simmel note : « l'argent est le moyen absolu et le plus significatif des phénomènes de notre temps, dans la mesure où sa dynamique a envahi le sens de toute théorie et de toute pratique ».[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philosophie de l'argent : Partie analytique, 3e chapitre, sections 1 et 2, éditions GF, préface, p. 18.
  2. http://www.mollat.com/livres/georg-simmel-philosophie-argent-9782130558217.aspx