Philippe Verdelot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe VerdelotVerdelotto

Naissance entre 1480 et 1485
Décès entre 1530 et 1552
Activité principale compositeur
Style musique de la Renaissance
Lieux d'activité Florence, Rome, Venise

Philippe Verdelot, parfois appelé Verdelotto en Italie, est un compositeur français de la Renaissance, né entre 1480 et 1485 aux Loges, près de Rebais[1], et décédé entre 1530 et 1552.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait de Philippe Verdelot par Morto da Feltre (déb. XVIe siècle).

Né près de Rebais, il passe une partie de son enfance dans le Comtat Venaissin, et part très jeune pour l'Italie, où il passe l'essentiel de sa vie, notamment à Florence, à Rome et à Venise. D'après certaines sources, sa présence est attestée à Rome dans les dernières années du pontificat de Léon X[2] (1513-1531). Sa biographe Anne-Marie Bragard estime cependant que son séjour à Rome est postérieur aux années qu'il passe à Florence[1] ; dans cette ville, il occupe la fonction de maître de chapelle, au baptistère Saint-Jean (1523-1525) et à la cathédrale Santa Maria del Fiore (1523-1527). Il semble avoir collaboré avec Nicolas Machiavel à la pièce La Mandragore, écrite en 1518, mais qui n'est jouée pour la première fois qu'en 1526 ; la représentation est dédiée au pape Clément VII. Avec Machiavel, il se range aux côtés de la République florentine contre les Médicis, mais son rôle politique n'est pas connu avec précision.

Il a pu être tué pendant le siège de Florence, en (1529-1530), à moins qu'il n'ait été victime de la peste qui ravage la ville à la même époque. Sa présence au cours du siège est attestée par les paroles d'un des motets qu'il compose à l'époque, Congregati sunt inimici nostri (« Nos ennemis sont rassemblés ») ; il y mêle des extraits du livre de l'Ecclésiastique et les paroles de l'antienne Da pacem Domine. Il n'est néanmoins pas impossible qu'il ait survécu au siège et à l'épidémie de peste, et se soit installé par la suite à Venise, ou de nombreux madrigaux dont il est l'auteur sont publiés à la fin des années 1530. Dans un texte de 1552, Ortenzo Landi fait référence à la mort de Verdelot.

Œuvre et influence[modifier | modifier le code]

Giorgione, Les trois âges de la vie. Le personnage de droite est probablement Philippe Verdelot.

Philippe Verdelot est considéré avec Costanzo Festa comme le père du madrigal italien, forme de musique vocale émergeant vers 1520. Les canzone composées pour La Mandragore, malgré leur nom, sont généralement considérées comme les premiers madrigaux[3]. Verdelot a écrit par la suite de nombreux madrigaux, principalement à quatre, mais aussi à cinq et six voix ; ils sont très populaires, comme le prouvent les fréquentes rééditions au XVIe siècle et leur diffusion dans toute l'Europe. Verdelot est notamment publié par l'éditeur parisien Pierre Attaingnant. Dans ses madrigaux, il utilise quelques textes de Pétrarque, mais plus souvent ceux d'auteurs contemporains comme Ludovico Martelli et Nicolas Machiavel[2]. Il est également l'auteur de messes, de motets, d'hymnes et de magnificats.

Ses œuvres sacrées complètes ont été publiées en trois volumes par The American Institute of Musicology dans le Corpus mensurabilis musicae (Anne-Marie Bragard, éd.). Le premier volume (1966) comprend les messes, hymnes et magnificats, et les deux volumes suivants (1973 et 1979), les motets[4].

Madrigaux

  • Benché ’l misero cor
  • Con lagrime e sospir
  • Divini occhi sereni
  • Donna leggiadra et bella
  • I vostr'acuti dardi
  • Italia mia bench'il parlar
  • Madonna il tuo bel viso
  • Madonna per voi ardo
  • Per altri monti
  • Perche piu acerba
  • Seule demeure et despourveue

Motets

  • Beata es Virgo Maria
  • Congregati sunt inimici nostri

Messes

  • Missa Philomna
  • Missa La Gloria del Dixit Dominus

Hymnes

  • Hymno della Natività di Christo
  • Hymno della Resurrectione di Christo
  • Hymno dell'archangelo Rafaelo
  • Hymno dei confessori
  • Hymno del corpo di Christo
  • Hymno di San Niccolo
  • Hymno della Epiphania
  • Hymno della Ascensione
  • Hymno della Virgine

Magnificat

  • Magnificat sexti toni

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Anne-Marie Bragard, Étude bio-bibliographique sur Philippe Verdelot, musicien français de la Renaissance, Palais des Académies, 1964, 197 p.
  • (en) Gustave Reese, Music in the Renaissance, New York, W.W. Norton & Co., 1954, (ISBN 0-393-09530-4)
  • (en) Patrick Macey, Bonfire Songs: Savonarola's Musical Legacy, Oxford, Clarendon Press, 1998, (ISBN 0-19-816669-9)
  • (en) The Concise Edition of Baker's Biographical Dictionary of Musicians, 8e édition revue par Nicolas Slonimsky, New York, Schirmer Books, 1993, (ISBN 0-02-872416-X)
  • (en) H. Colin Slim/Stefano La Via, "Philippe Verdelot", Grove Music Online, éd. L. Macy
  • (en) Susan McClary, Modal Subjectivities: Self-Fashioning in the Italian Madrigal, Berkeley, University of California Press, 2004, (ISBN 0-520-23493-6), p. 38-56.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Alamire, David Skinner, Lynda Sayce, Philippe Verdelot: Madrigals for a Tudor King, Obsidian, 2007

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b José Quitin, compte-rendu de l'ouvrage d'Anne-Marie Bragard, Étude bio-bibliographique sur Philippe Verdelot, musicien français de la Renaissance dans la Revue belge de philologie et d'histoire, 1966, vol. 44, p. 165-169.
  2. a et b (en) European Music, 1520-1640, James Haar, Boydell Press, 2006, p. 228.
  3. (en) Susan McClary, Modal Subjectivities: Self-Fashioning in the Italian Madrigal, Berkeley, University of California Press, 2004, p. 38-56. (ISBN 0-520-23493-6)
  4. Philippe Verdelot, corpusmusicae.com.