Philippe Thomassin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thomassin.

Philippe Thomassin (Troyes 28 janvier 1562Rome 12 mai 1622) fut un graveur et buriniste français, originaire de Champagne, établi à Rome en 1585.

Il fut le premier maître de Jacques Callot, qui apprit le métier de graveur dans l'atelier de Thomassin à son arrivée à Rome en 1609, à l'âge de 17 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les premières années[modifier | modifier le code]

On sait assez peu de choses de Philippe Thomassin ; en-dehors de ce qu'on connait de lui au travers de la biographie de Callot, les sources sont rares[1],[2].

Philippe Thomassin naquit à Troyes le 28 janvier 1562[3] ; il était l'un de la bonne douzaine d'enfants qu'eurent Jehan Thomassin, « ceinturier », et Nicole Aubry, son épouse.

Au sortir de l'école primaire, il fut tout d'abord apprenti orfèvre à Troyes, vers 1577. Il reprit tout d'abord un métier similaire à celui de son père, ciselant des boucles et des ornements de ceinturons, fort en vogue dans la deuxième moitié du XVIe siècle. Mais il abandonna vite ce métier, qui ne lui permettait pas de gagner sa vie de façon satisfaisante, pour perfectionner son talent de buriniste.

Graveur à Rome[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Orphelin, après la mort de sa mère en 1574, puis de son père, lors de l'épidémie de peste survenue à Troyes au cours de l'année 1582, il arriva à Rome en 1585, sans aucune ressource. Il travailla alors brièvement pour l'éditeur de gravure Claude Duchet. Malheureusement, celui-ci devait mourir prématurément avant la fin de l'année 1585.

Philippe Thomassin fut alors embauché pour un temps par Antonio Tempesta au cours de l'année 1586.

Dans les années qui suivirent, il eut l'occasion de réaliser des œuvres importantes, par exemple le portrait d'un capucin très populaire, le frère Félix de Cantalice, mort à Rome le 18 mai 1587. En 1587 également, il reçut commande d'une série d'illustrations des nouveaux statuts de l'Ordre des chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, comportant 52 portraits de grands-maitres de l'ordre.

L'association avec Jean Turpin[modifier | modifier le code]

En 1588, il s'associa avec son beau-frère, le peintre Jean Turpin, qui avait épousé la sœur de sa femme. Philippe Thomassin était chargé de la partie artistique et du tirage des gravures, cependant que Jean Turpin s'occupait de la commercialisation. Thomassin commença alors à graver des sujets religieux, dont il se faisait un grand commerce à Rome, gravant des reproductions de peintures d'artistes italiens tels que Federico Barocci (« Frédéric Baroche »), Antonio Tempesta et Francesco Vanni, ainsi que d'artistes français comme Martin Fréminet, dont il grava de nombreuses œuvres, jusqu'au départ de celui-ci de Rome, en 1602 (une « Annonciation », une « Flagellation », ou encore un « Saint-Sébastien », ou encore un « Baptême de Jésus », par exemple) ; il copia également des artistes flamands (Jan Sadeler, Sébastien Vrancx...).

En 1590, suite à la gravure d'un portrait du roi Henri IV (encore protestant), il se trouve confronté à de sérieux problèmes avec l'Inquisition, et se retrouve au cachot pour quelques jours, au mois de juin 1590[4].

Après l'association avec Turpin[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 1602, suite à la mort de sa femme Barbara l'année précédente, il mit fin à son association avec Jean Turpin, lui abandonnant ses planches gravées, soit quelque 240 cuivres. (Turpin fera effacer le nom de Philippe Thomassin).

Tout au long de sa carrière, pendant comme après son association avec Jean Turpin, Philippe Thomassin — conformément à la pratique de l'époque — copiait librement des œuvres d'autres graveurs, ou encore de peintres, et achetait les cuivres d'autres graveurs, dont il n'hésitait pas à modifier à la fois le sujet et la signature, bref, faisait commerce d'images sans se préoccuper de ce que nous appellerions aujourd'hui les droits d'auteurs.

Après la fin de son association avec Jean Turpin, il poursuivit sa carrière de graveur, gravant par exemple des œuvres de Claude Deruet (« Saint François de Paul », « Jésus condamné »…) et, en 1609, prit comme apprenti le tout jeune Jacques Callot, dont il sera le premier maître. Il grava encore de nombreuses œuvres, presque toutes religieuses (car il fallait l'accord de la censure pour éditer des gravures profanes), telles que « Jésus et les douze apôtres » d'après Raphaël, en 1621.

Philippe Thomassin mourut à Rome après une longue carrière le 12 mai 1622.

Relation avec Jacques Callot[modifier | modifier le code]

Au-delà d'un certain nombre de belles pièces qu'exécuta Philippe Thomassin au cours de sa carrière, il produisait également des gravures purement commerciales, pour lesquelles il faisait travailler des graveurs débutants payés à la journée ; il s'agissait bien souvent de copies bon marché d'œuvres connues.
Ce furent là les premiers travaux dont il chargea Jacques Callot, lorsque celui-ci vint travailler chez lui, du début de 1609 à la fin de 1611.

C'est à cette date que Callot quitta Philippe Thomassin, celui-ci étant, selon Félibien, jaloux de « la familiarité, peut-être trop grande, que Callot, alors jeune et bien fait, avait avec sa femme »[5]. Jacques Callot partit alors travailler à Florence, chez Giulio Parigi.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

  • Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem s'occupant des malades
  • Femme avec un dragon
  • Vie de Saint-Benoît, en 52 estampes, 142 x 116, d'après B. Passaro (1586)
  • Félix de Cantalice, mort le 18 mai 1587 (1587)
  • Annonciation, 431 x 505, d'après Frederico Barocci (1588)
  • Le chemin de Damas, 510 x 370, burin d'après Antonio Tempesta (1588)
  • Jésus au tombeau, 525 x 385, d'après Frederico Barocci : dédié à François de Luxembourg, duc de Piney (1590)
  • Flagellation, d'après Martin Fréminet (1591)
  • Adoration des Bergers, d'après Potenzano, de Païenne (1591)
  • Portrait du duc de Mercœur (1595)
  • Chemin de Damas, 403 x 547, d'après Sébastien Vrancx (1597)
  • Céphale et Procris, d'après Giulio Romano
  • Sainte Catherine de Sienne, en 11 estampes : Vie et miracles, d'après Francesco Vanni, chez Florimi, à Sienne (1597)
  • Sainte Catherine recevant dans ses bras l'Enfant Jésus, d'après Francesco Vanni
  • Triomphe des Beaux-Arts, d'après B. Spranger, d'Anvers, copiée sur J. Muller, d'Anvers (1599)
  • Vertus et Vices, en 15 planches, copiés sur Henri Goltz, œuvre dédiée à Séraphin Olivier
  • L'incendie du Borgho, 440 x 580, d'après Raphaël (1610)
  • Sainte Cécile, entourée d'autres saints, d'après Raphaël (1617)
  • Galathée, d'après J. Zucca (1619)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir cependant la biographie de Philippe Thomassin établie par Edmont Bruwaert en 1914
  2. Meaume : Biographie de Jacques Callot - Premiers travaux sous la direction de Philippe Thomassin (1609-1611)
  3. Selon Edmont Bruwaert, son biographe, l'année de sa naissance est bien 1562 et non 1561, car ce n'est que depuis 1503 que le début de l'année avait été déplacé du jour de Pâques au 1er janvier : le 28 janvier appartient donc à l'année 1562, et non à l'année 1561
  4. La vie et les oeuvres de Philippe Thomassin, graveur troyen, 1562-1622
  5. Meaume : Biographie de Jacques Calot, p. 294

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]