Philippe Séguin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'homme politique français. Pour le joueur de hockey sur glace canadien, voir Philippe Séguin.
Philippe Séguin
Philippe Séguin au congrès des maires de France, en novembre 2005.
Philippe Séguin au congrès des maires de France, en novembre 2005.
Fonctions
35e premier président de la Cour des comptes
Prédécesseur François Logerot
Successeur Alain Pichon (intérim)
Didier Migaud
Président du Rassemblement pour la République
Prédécesseur Alain Juppé
Successeur Nicolas Sarkozy (intérim)
Michèle Alliot-Marie
9e président de l'Assemblée nationale

(&&&&&&&&&&&014804 ans, 0 mois et 19 jours)
Président François Mitterrand
Jacques Chirac
Prédécesseur Henri Emmanuelli
Successeur Laurent Fabius
Ministre des Affaires sociales et de l'Emploi
Président François Mitterrand
Gouvernement Jacques Chirac II
Prédécesseur Georgina Dufoix (Affaires sociales)
Michel Delebarre (Travail)
Successeur Michel Delebarre
Maire d'Épinal
Prédécesseur Pierre Blanck
Successeur Michel Heinrich
Député de la 1re circonscription des Vosges
Prédécesseur Élection à la proportionnelle par département
Successeur Michel Heinrich
Prédécesseur Marcel Hoffer
Successeur Élection à la proportionnelle par département
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Tunis (Tunisie)
Date de décès (à 66 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité Française
Parti politique UNR, UDR, RPR
Diplômé de IEP d'Aix
ENA
Profession Haut fonctionnaire

Philippe Séguin [se.gɛ̃][1] est un haut fonctionnaire et homme politique français, né le à Tunis et mort le à Paris.

Gaulliste social, il fut ministre des Affaires sociales et de l'Emploi durant la première cohabitation (1986-1988). Partisan emblématique du « non » au référendum sur le traité de Maastricht, il fut président de l'Assemblée nationale de 1993 à 1997. Président du Rassemblement pour la République jusqu'en 1999, il se porta candidat à la mairie de Paris en 2001, mais les divisions de la droite contribuèrent à son échec face à Bertrand Delanoë.

Premier président de la Cour des comptes de 2004 jusqu'à sa mort, Philippe Séguin, grâce à sa notoriété, a redonné de la visibilité à cette institution, en intensifiant le nombre de rapports et en lançant une importante réforme des juridictions financières.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Son père Robert Séguin meurt à l'âge de 23 ans dans les combats de la Libération, en septembre 1944, à Glainans dans le Doubs, alors que Philippe Séguin est âgé d'un an[2]. Pupille de la nation, il étudie au lycée Carnot de Tunis. À l'indépendance de la Tunisie, sa mère, Denyse Séguin Daniele, institutrice, décide de rentrer en France pour vivre à Draguignan et Philippe Séguin poursuit ses études à l'École normale d'instituteurs du Var, puis de Nîmes (dans le Gard) où il passe son baccalauréat (section philosophie).

Licencié en histoire et diplômé d'études supérieures d’histoire à la Faculté des lettres d'Aix-en-Provence, il milite au cours de ces premières années d'études au sein de l'UNEF Aix-en-Provence, à un moment où celle-ci dénonce la poursuite de la guerre d'Algérie ; il en est vice-président en 1962. Il travaille une année comme pigiste au journal Le Provençal (1963-1964), où Gaston Defferre le remarque et lui propose de l'embaucher. Mais il préfère poursuivre ses études à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence dont il sort diplômé en 1967 avec la plus haute moyenne jamais atteinte (16/20 dont 18/20 au Grand Oral), et dont il sera d'ailleurs le président du conseil d'administration de septembre 2007 à sa mort. Il prépare et intègre ensuite l'ENA, promotion « Robespierre » (janvier 1968 - mai 1970), et entre à la Cour des comptes en juin 1970, en tant qu'auditeur de seconde classe. En décembre 1971, il devient auditeur de première classe.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

En 1968, Philippe Séguin épouse Marie-Violaine Loniewska, avec qui il a trois enfants : Patrick, Catherine et Pierre. D'un second mariage avec Béatrice Bernascon (décédée en avril 2011), ancienne épouse de Jacques Toubon, il a une fille : Anne-Laure.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

1965 - 1978 : débuts[modifier | modifier le code]

Membre de l'Union pour la nouvelle République (UNR) puis de l'Union des démocrates pour la République (UDR), Philippe Séguin commence sa carrière politique en travaillant dans différents cabinets ministériels. En avril 1973, il est chargé de mission au secrétariat général de la présidence de la République sous Georges Pompidou. Puis, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, il devient, en , adjoint au directeur de l'éducation physique et des sports auprès du secrétaire d'État auprès du ministre de la Qualité de vie.

En , Philippe Séguin réintègre la Cour des comptes avant de revenir en politique en , comme chargé de mission au secrétariat d'État aux Relations avec le Parlement puis d'être chargé de mission au cabinet du Premier ministre Raymond Barre, d' à . Entre temps, il est nommé, en , conseiller référendaire de seconde classe à la Cour des comptes. Pourtant, il peine à trouver ses marques : fervent gaulliste, il ne se reconnaît pas dans la politique de Georges Pompidou, de Raymond Barre ou de Valéry Giscard d'Estaing : il crée donc peu à peu son propre style, le « séguinisme ».

1978 - 1986 : député des Vosges[modifier | modifier le code]

En avril 1978, Philippe Séguin est élu député de la 1re circonscription des Vosges, mandat qu'il conserve jusqu'en 1986, date de son entrée au gouvernement. Il est également vice-président du conseil régional de Lorraine de 1979 à 1983, puis est élu maire d'Épinal au premier tour, en (réélu en 1989 et 1995). Entre 1984 et 1986, il occupe les postes de secrétaire national du RPR pour les affaires sportives, pour les problèmes des rapatriés, puis chargé de la décentralisation.

En 1981, il prononce, à l'Assemblée nationale, un discours pour soutenir l'abolition de la peine de mort : il est, avec Jacques Chirac, un des rares députés d'opposition à soutenir cette réforme emblématique du nouveau président François Mitterrand. En tant que vice-président de l'Assemblée nationale, c'est lui qui annonce le résultat du vote le [3].

1986 - 1988 : ministre des Affaires sociales et de l'Emploi[modifier | modifier le code]

En , il est nommé ministre des Affaires sociales et de l'Emploi dans le gouvernement Jacques Chirac, lors de la première cohabitation. Se présentant alors comme un « libéral de progrès », il va défendre des projets de loi marquées par plus de dérégulation mais aussi par une certaine influence de son affinité « gaulliste sociale ».

Confronté à un chômage en hausse (situé à hauteur de 10,5 % des actifs en 1986), le gouvernement décide de rendre le marché du travail plus flexible et c'est Philippe Séguin qui est chargé de préparer et de défendre la loi qui, dès le , supprime l'autorisation administrative de licenciement. Celle-ci lui vaut les critiques de certains syndicats tels que la CGT dont le secrétaire général Henri Krasucki dit « qu’il est pieds et poings liés par le grand capital » tandis que l'opposition l'accuse d'être au service d'un patronat « revanchard et opportuniste »[4]. La loi du d'aménagement du temps de travail, dite « loi Séguin », va aussi dans le sens d'une plus grande flexibilité en abandonnant l’objectif de réduction du temps de travail qui devient une contrepartie facultative de la modulation. Elle permet de recourir au travail en continu pour raisons économiques et assouplit le régime des repos compensateurs, tandis que le module hebdomadaire, jugé trop rigide, est éclaté[5]. Dans un contexte marqué par une meilleure conjoncture internationale et une baisse du prix du pétrole, le nombre de demandeurs d'emploi diminue très légèrement entre 1986 et 1988, avec un taux de chômage passant de 10,5 % en 1986 à 10,3 % en 1987 puis à 9,8 % en 1988, sans obtenir toutefois une réelle stabilisation[6].

En contrepartie de ces mesures d'inspiration libérales, Philippe Séguin va également soutenir plusieurs textes visant à renforcer le poids des salariés dans l'entreprise ou à réduire certaines inégalités. Il fait ainsi partie des ministres, comme celui de l'Économie et des Finances, Édouard Balladur, qui élaborent les ordonnances du allant dans le sens du vieux projet gaulliste de la participation des salariés aux résultats des entreprises. Elles prévoient de nouvelles exonérations fiscales sur la participation, notamment en matière d'impôt sur les sociétés, le report des déficits antérieurs ainsi que la prise en compte du personnel temporaire pour la détermination des seuils, tout en assouplissant les règles de l'intéressement et de l'abondement de l'entreprise au PEE[7]. Philippe Séguin est à l'origine de plusieurs autres mesures sociales en faveur de l'emploi, dont l'ordonnance du subordonnant le recours au travail intermittent par les entreprises à la signature d'un accord préalable, ainsi que de la loi du pour la lutte contre le chômage de longue durée et de celle, entrée en vigueur le même jour, en faveur de l'emploi des travailleurs handicapés qui introduit pour la première fois dans le code du travail la notion d'« Obligation d'emploi » pour ces derniers, avec une politique de discrimination positive instaurant un quota de 6 % d'employés handicapés dans les entreprises de plus de 20 salariés. 710 000 stages « emploi-formation » pour les jeunes de 16 à 25 ans sont également créés.

Après la réélection de François Mitterrand en 1988, Philippe Séguin retrouve son mandat de député, jusqu'aux élections législatives de 2002.

Les rénovateurs et l'alliance Pasqua-Séguin[modifier | modifier le code]

La défaite de Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 1988 sur fond d’affrontements avec Valéry Giscard d’Estaing et Raymond Barre sème le doute au RPR et dans le reste de la droite. Philippe Séguin saisit l'occasion pour prendre, en 1989 puis 1990, deux initiatives qui vont échouer.

1989 : les rénovateurs RPR-UDF[modifier | modifier le code]

Après les élections municipales de mars 1989, et avant les élections européennes prévues pour juin de la même année, douze jeunes députés de l'opposition (six RPR et six UDF) se retrouvent réunis par un ressentiment partagé envers les trois « anciens » leaders (Barre, Chirac, Giscard), devenus à leurs yeux synonymes de « machine à perdre ».

Il s'agit, pour le RPR, de Philippe Séguin, Michel Noir, Alain Carignon, Étienne Pinte, Michel Barnier et François Fillon, et pour l'UDF de Dominique Baudis, François Bayrou, Charles Millon, François d'Aubert, Philippe de Villiers et Bernard Bosson. Les rénovateurs ambitionnent alors de présenter une liste unique d’opposition aux élections européennes de juin 1989[8],[9].

La popularité de Dominique Baudis et Michel Noir (récemment élu maire de Lyon) vaut un certain succès, notamment médiatique, au mouvement. Toutefois des dissensions apparaissent, en particulier sur l'Europe, où les positions souverainistes de Philippe Séguin s'avèrent incompatibles avec l'approche fédéraliste de François Bayrou. Finalement, la tentative des « rénovateurs » échoue, la liste conduite par Simone Veil aux élections européennes recueillant seulement 8,43 % des voix.

1990 : l'alliance Pasqua-Séguin[modifier | modifier le code]

Début 1990, à l'approche des assises du RPR où pour la première fois, la formation gaulliste va désigner ses instances dirigeantes à la proportionnelle, Philippe Séguin fait alliance avec Charles Pasqua[10] pour « régénérer le RPR » en s'inspirant « du message du général de Gaulle ». Ils sont notamment accompagnés dans leur démarche par François Fillon, Michel Barnier, Étienne Pinte, Franck Borotra, Élisabeth Hubert, Jean de Boishue et Jacques Kosciusko-Morizet. Tous défendent une ligne souverainiste sur les questions européennes et se revendiquent d'une position authentiquement gaulliste.

Sentant le danger, Jacques Chirac, qui avait initialement prévu de se tenir au-dessus de la mêlée, s'engage fermement en faisant sien le texte proposé par Alain Juppé. Finalement, le courant Pasqua-Séguin obtient 31,68 % des voix lors des assises du RPR au Bourget, le , et Jacques Chirac est réélu président du parti[11].

1992 : leader du « non » au traité de Maastricht[modifier | modifier le code]

En 1992, la carrière politique de Philippe Séguin connaît un tournant, lorsqu'il s'engage avec Charles Pasqua pour le « non » au référendum sur le traité de Maastricht, alors que les dirigeants de sa famille politique sont majoritairement en faveur de l'adoption. Fidèle à la tradition gaulliste et attaché à l'implication de l'État dans le domaine social, il estime que le traité européen est une menace pour l'indépendance de la France.

Le , il prononce un discours remarqué à l'Assemblée nationale, dans lequel il pourfend la « logique » fédérale du traité et réclame un référendum[12]. Le président François Mitterrand lui donne satisfaction le 3 juin suivant. Le , ce dernier accepte un débat télévisé avec celui qui est considéré comme le leader du « non », au grand amphithéâtre de la Sorbonne[13].

Malgré la courte victoire du « oui » (tout juste 51 %), qui était pourtant crédité de 70 % au début de la campagne[14], la notoriété de Philippe Séguin en sort renforcée[15]. Ce dernier poursuit alors, sur un mode plus discret, un lobbying dans les milieux économiques et financiers, pour trouver une solution aux excès de la politique dite du "franc fort", sur fond de dévaluations au sein du système monétaire européen, qui selon lui se traduit par des taux d'intérêt maintenus trop longtemps à un niveau trop élevé[réf. nécessaire].

1993 - 1997 : président de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

En avril 1993, après la large victoire de la Droite dans le cadre de l'UPF aux élections législatives, Philippe Séguin est élu président de l'Assemblée nationale avec 389 voix contre 59 à André Labarrère[16], atteignant l'apogée, pendant cinq ans, de sa carrière politique. Son combat consiste à protéger l'autonomie des parlementaires face au gouvernement. Il instaure le vote électronique, rendant impossible la pratique jusqu'alors tolérée de vote par procuration en masse, et obtient la session unique en 1995.

Par ailleurs, Philippe Séguin montra sa sympathie pour le mouvement souverainiste du Québec[17] en aidant les indépendantistes lors de la victoire en 1994 du Parti québécois de Jacques Parizeau, puis lors du référendum de 1995 sur la souveraineté du Québec. Séguin enseigna aussi à l'Université du Québec à Montréal et publia Plus Français que moi, tu meurs !, un livre sur le Québec, son histoire et son avenir de coopération avec la France dans le contexte actuel d'accélération de la mondialisation.

Lors de la campagne présidentielle de 1995, Philippe Séguin apporte un franc soutien à Jacques Chirac. Il joue un rôle-clé puisqu'il est l'un des inspirateurs de son discours sur la fameuse « fracture sociale », avec Henri Guaino. Mais contrairement aux pronostics, Philippe Séguin n'est pas nommé Premier ministre une fois Jacques Chirac élu président de la République, et c'est l'un de ses concurrents de toujours, Alain Juppé, qui est nommé à Matignon[18]. Il reste donc président de l'Assemblée nationale jusqu'en avril 1997.

Après la dissolution de l'Assemblée nationale décidée par Jacques Chirac, et ce malgré son avis défavorable, Philippe Séguin, au cours de la campagne électorale des législatives anticipées, se rapproche des libéraux du RPR, tout en défendant son idée d'une « Europe sociale ». Après la victoire de la majorité plurielle, le socialiste Laurent Fabius lui succède au « perchoir ».

1997 - 1999 : président du Rassemblement pour la République[modifier | modifier le code]

Après l'échec de la droite aux élections législatives, Philippe Séguin est élu à la tête du RPR avec 78,85 % des suffrages face à cinq autres candidats, le [19]. Ayant démissionné de la mairie d'Épinal pour se consacrer à sa nouvelle fonction[20], il souhaite notamment rénover le parti en proposant de nouveaux statuts aux membres du parti. Ainsi, il propose que les militants votent de façon directe pour élire le président : seul candidat, il est réélu à la tête du parti avec 95,07 % des voix des adhérents[21].

Toutefois, il est très vite confronté à de nombreux obstacles : certains le soupçonnent de se mettre déjà en campagne pour l'élection présidentielle 2002. Le parti se divise également au sujet de la monnaie unique et de la construction de l'Europe. Ne parvenant pas à établir une liste unique aux élections européennes et sous la pression des chiraquiens, Philippe Séguin abandonne la direction du RPR en avril 1999, dénonçant les déclarations de Bernard Pons et un « manque de loyauté » de Jacques Chirac à son égard[22]. Dans son ouvrage Libre, publié en 2000, Nicolas Sarkozy écrit qu'« il vivait sa présidence comme un homme de sacrifice[23] ».

Roselyne Bachelot a affirmé que, lors des débats sur le PACS à l'Assemblée nationale en novembre 1998, Philippe Séguin l'avait aidée à écrire le discours dans lequel elle prenait seule la défense de ce projet de loi contre l'avis de son camp[24], lui-même s'est distingué des autres députés de l'opposition en s'abstenant lors du vote final[25].

2001 - 2002 : candidature à la mairie de Paris et retrait de la vie politique[modifier | modifier le code]

Après quelques mois de retraite politique, Philippe Séguin revient en tant que candidat à la mairie de Paris. Alors qu'Édouard Balladur et Françoise de Panafieu lui ont laissé le champ libre, Philippe Séguin est désigné à l'unanimité comme candidat du RPR. Afin de mettre fin à la polémique des « faux électeurs », il propose une loi sur la refonte des listes électorales de Paris. Mais la campagne se complique, le maire sortant Jean Tiberi refusant de retirer sa candidature. Philippe Séguin refuse de fusionner leurs listes entre les deux tours, souhaitant un soutien clair de Jacques Chirac qui ne lui viendra jamais en aide, contribuant ainsi à sa défaite. Le président de la République affirme ne pas vouloir prendre parti et dénonce les querelles au sein du parti. Finalement et sans surprise, la liste conduite par Philippe Séguin (34,78 %) est devancée au second tour par celle du Parti socialiste (49,60 %), menée par Bertrand Delanoë.

En 2002, au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle et à la veille des élections législatives, le candidat sortant Jacques Chirac décide de créer un nouveau parti : l'Union pour la majorité présidentielle, dans le but de rassembler les forces gaullistes, libérales et centristes. Philippe Séguin, à la tête du RPR au conseil de Paris, qui souhaitait réformer le parti, refuse d'intégrer l'UMP. Il démissionne du conseil de Paris en et se retire de la vie politique.

Au cours de sa carrière, Philippe Séguin s'est entouré de collaborateurs dont certains ont travaillé aux côtés de Nicolas Sarkozy quand il était président de la République. C'est le cas de François Fillon (Premier ministre de 2007 à 2012), d'Étienne Pinte, de Jean de Boishue, de Roger Karoutchi, son ancien directeur de cabinet, ou de ses « plumes », Henri Guaino et Nicolas Baverez.

Premier président de la Cour des comptes[modifier | modifier le code]

En juin 2002, Philippe Séguin réintègre la Cour des comptes. Il est aussi nommé, en octobre de la même année, chef de la délégation gouvernementale française au conseil d'administration du Bureau international du travail (BIT). En mars 2003, il devient conseiller maître à la Cour des comptes, et prend la présidence du conseil d'administration du BIT, en juin 2004.

Le , Philippe Séguin est nommé Premier président de la Cour des comptes par Jacques Chirac, sur proposition de Nicolas Sarkozy[26]. Quand en 2007, ce dernier pense à lui pour devenir ministre dans le gouvernement François Fillon, il refuse, préférant son poste de Premier président.

Étant donné son passé politique, Philippe Séguin est médiatiquement reconnu. Sa nomination a donc permis à l'institution de revenir sur le devant de la scène, même si les rapports de la Cour des comptes n'ont aucun caractère contraignant pour l'État. Malgré tout, la publication des rapports et la médiatisation qui en est faite par Philippe Séguin renforcent la légitimité et l'impact de la Cour des comptes. Son indépendance également[27], car il a, à plusieurs reprises, critiqué les comptes de l'Élysée et la politique budgétaire de Nicolas Sarkozy[28].

Grand amateur de football, Philippe Séguin a présidé la commission nationale tripartite de la Fédération française de football et a pris la présidence, en janvier 2008, de la commission Grands stades Euro 2016[29], créée par le secrétariat d'État aux Sports afin d'évaluer les stades de football existants, ainsi que les atouts et les faiblesses du projet de candidature de la France à l'organisation de l'Euro 2016 de football. Il est également président de la Fondation du football à partir de février 2008[30].

Mort et obsèques[modifier | modifier le code]

Philippe Séguin meurt d'une crise cardiaque le , à son domicile parisien, à l'âge de 66 ans[31]. Quelques mois avant sa mort, il n'excluait pas un retour en politique[32]. Sa disparition provoque un vif émoi dans toute la classe politique, qui lui rend un hommage unanime et qui regrette la perte d'un « grand serviteur de l'État »[33].

Ses obsèques religieuses ont lieu le aux Invalides, où un portrait géant de Philippe Séguin est affiché. Retransmises en direct sur de nombreuses chaines de télévision (France 2, LCI, LCP, BFM TV, I>Télé), elles sont célébrées par le cardinal-archevêque André Vingt-Trois, en présence de sa famille, du président de la République Nicolas Sarkozy et de son épouse Carla Bruni-Sarkozy, du Premier ministre François Fillon, de la plupart des membres du gouvernement, des anciens présidents Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac, des anciens Premiers ministres Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé et Laurent Fabius, des présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat Bernard Accoyer et Gérard Larcher, d'anciens ministres dont Simone Veil, Charles Pasqua, de nombreuses personnalités de l'opposition telles que Martine Aubry, Jean-Pierre Chevènement, Bertrand Delanoë, François Bayrou, des personnalités de la culture, des médias comme Serge Moati. À la fin de la cérémonie, le président Sarkozy prononce l'éloge funèbre de son « ami[34] ».

Le cercueil, recouvert du drapeau français,à la sortie de l'église Saint-Louis des Invalides, entre dans la cour d'honneur des Invalides sur la Marche funèbre de Frédéric Chopin. Nicolas Sarkozy se recueille avant la sonnerie aux morts. La Marseillaise est chantée par le Chœur de l'Armée française. Le cercueil quitte ensuite les Invalides, transporté par des militaires du 1er régiment de Tirailleurs d'Épinal sur le Chant des Africains.

Le 12 janvier, le président de l'Assemblée nationale, le gouvernement et les députés, debout dans l'hémicycle du palais Bourbon, observent une minute de silence avant la traditionnelle séance des questions au gouvernement. Bernard Accoyer et François Fillon ont ensuite rendu un hommage solennel après la séance.

Philippe Séguin est inhumé, le , dans le caveau familial de Bagnols-en-Forêt, dans le Var.

Le , le conseil municipal d'Épinal décide à l'unanimité de donner le nom de Philippe Séguin à la rue du Merle Blanc, située dans un quartier où la mixité sociale a été privilégiée. C'est Philippe Séguin lui-même qui en avait émis le souhait. Cette première rue Philippe Séguin est inaugurée le 3 juin 2010 par le Premier ministre François Fillon.

Les étudiants de Sciences-Po ont dédié à sa mémoire le concours d'éloquence de l'IEP en remettant pour la première fois, le , jour anniversaire de sa naissance, le prix Philippe Séguin pour les arts oratoires[35], en présence de sa famille et de son successeur à la tête de la Cour des comptes, Didier Migaud.

Synthèse de sa carrière[modifier | modifier le code]

Carrière administrative[modifier | modifier le code]

Mandats et fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Décorations et distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations françaises et assimilées[modifier | modifier le code]

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Réussir l'alternance (1985)
  • La Force de convaincre (1990)
  • Louis Napoléon le Grand (1990, prix du Second empire de la fondation Napoléon 1990)
  • De l'Europe en général et de la France en particulier (en coll., 1992)
  • Discours pour la France (1992)
  • Demain, la France : tome 1 : la priorité sociale (en coll., 1992) ; tome 2 : La reconquête du territoire (1993)
  • Ce que j'ai dit (1993)
  • Discours encore et toujours républicains (1994)
  • Deux France ? (coécrit avec Alain Minc) (en coll., 1994)
  • 240 dans un fauteuil (1995)
  • En attendant l'emploi (1996)
  • C'est quoi la politique ? (récit pour enfants, 1999)
  • Plus français que moi, tu meurs ! (essai) (2000)
  • Lettre ouverte à ceux qui veulent encore croire à Paris (2000)
  • Itinéraire dans la France d'en bas, d'en haut et d'ailleurs (Mémoires, 2003)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Clavilier, La course contre la Honte : Suivi de Entretien avec Robert Badinter, Bruxelle, Tribord,‎ 2006 (ISBN 978-2930390185)
  • Michel Kajman, « Philippe Séguin ou l'Ambition solitaire », portrait paru dans Le Monde, 4 juin 1987
  • Jérôme Cathala et Jean-Baptiste Prédali, Philippe Séguin : Hussard de la République, Seuil, Paris, 1996, 304 pages (ISBN 2-02-022219-1)
  • Patrick Girard, Philippe Séguin : Biographie, Ramsay, Paris, 1999, 390 pages (ISBN 2-8411-4326-0)
  • Bertrand Munier, Le Grand Livre des élus vosgiens, 1791-2003 : conseillers généraux et régionaux, députés, sénateurs, ministres, éditions Gérard Louis, Haroué, 2003, pages 312 et 313 (ISBN 9782914554343)
  • Bruno Seznec, Séguin, Bernard Grasset, Paris, 1994 (ISBN 2246480418)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Et non sə.gɛ̃ (erreur fréquente)
  2. Patricia Louis, « Robert Séguin, le père, tombé à Clerval, dans le Doubs », sur L'Alsace,‎ 8 janvier 2010 (consulté le 8 janvier 2010). Philippe Séguin recevra la Croix de guerre de son père à l'âge de 6 ans.
  3. « Vote pour l'abolition de la peine de mort à l'Assemblée Nationale: annonce des résultats du scrutin », archives de l'INA, 18 septembre 1981.
  4. P. LÉGASSE, « Séguin n'a jamais été aussi bien trahi que par les siens », Marianne, 07/01/2010
  5. Chronologie, temps de travail, vie-publique.fr
  6. « L’évolution du chômage en France au cours des 40 dernières années », La Documentation française
  7. Ordonnance no 86-1134 du 21 octobre 1986 sur Légifrance
  8. Éric Zemmour, « Vingt ans après, les rénovateurs », Le Figaro, 16 avril 2009.
  9. Gilles Bresson et Jean-Michel Thénard, Les vingt et un jours qui ébranlèrent la droite, Grasset,‎ 1989 (ISBN 2246426618, 9782246426615), p. 276
  10. Dominique de Montvalon et Florent Leclerq, « RPR, histoire d'un complot », L'Express, 12 janvier 1990.
  11. Dominique Frémy et Michèle Frémy, Quid 2004, Robert Laffont,‎ 2003, 2190 p. (ISBN 9782221099605), p. 806
  12. « Discours prononcé par M. Philippe Séguin - 5 mai 1992 », site de l'Assemblée nationale
  13. « Séguin, l'homme du “non” à Maastricht », LCI-TF1, 7 janvier 2010.
  14. « Réaction “Non” », site de l'INA, 21 septembre 1992
  15. « L'Europe, grande affaire de Philippe Séguin », Le Figaro, 7 janvier 2010.
  16. « Le RPR Philippe Séguin élu président de l’Assemblée nationale », l'Humanité, 3 avril 1993.
  17. « A Paris, guerre d’usure entre Ottawa et Québec », L'Humanité, 3 juin 1997.
  18. Olivier Biffaud et Pascale Robert Diard, « Juppé et Séguin sont dans un bateau… », Le Monde, 5 mai 1995.
  19. « Philippe Séguin accède à la présidence du RPR sous étroite surveillance », Les Échos, 7 juillet 1997.
  20. « Séguin quitte la mairie d'Epinal. Il veut se consacrer entièrement à la présidence du RPR », Libération, 3 novembre 1997.
  21. « Les grandes dates de la carrière de Philippe Séguin », Le Parisien, 7 janvier 2010.
  22. « “Des relations volcaniques avec Chirac” », Le Figaro, 7 janvier 2010.
  23. « La relation Séguin-Sarkozy, un beau paradoxe politique », Le Figaro, 7 janvier 2010.
  24. R. Bachelot dans C'est arrivé demain, émission présentée par P. Souchier, Europe 1, le 9 janvier 2010
  25. Scrutin public sur l'ensemble de la proposition de loi relative au pacte civil de solidarité (lecture définitive)
  26. Béatrice Gurrey, « Philippe Séguin, Raminagrobis à la Cour des comptes », Le Monde, 9 novembre 2005
  27. Mathieu Bédard, « Comment Séguin a redoré le blason de la Cour des comptes », unmondelibre.org, 11 janvier 2010.
  28. Il a ainsi dénoncé le coût des déplacements officiels, de l'intendance de l'Élysée ; les dépenses fastueuses lors de la présidence française de l'Union européenne et de l'organisation du sommet de l'Union pour la Méditerranée. Il vit avec regret dans la règle forfaitaire de non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux « une démarche purement quantitative », négligeant le critère de qualité des missions de service public, tout en soulignant que cette méthode profite en outre aux « administrations pléthoriques et sous-productives » qui ont moins de mal que les autres à rendre des effectifs. Les rapports de la Cour critiquent également l'assouplissement de la carte scolaire.
  29. « Huit stades pour 2016 », L'Équipe, 15 janvier 2008.
  30. « La Fondation du Football en deuil », site web de la Fondation du Footbal, 7 janvier 2010.
  31. Philippe Séguin est mort RTL.fr
  32. Philippe Séguin si je peux être plus utile ailleurs l'Express.fr
  33. « Les réactions à la disparition de Philippe Séguin », Le Nouvel Observateur, 7 janvier 2010.
  34. « Sarkozy prononce l'éloge funèbre de son “ami” Philippe Séguin », Le Point, 11 janvier 2010.
  35. « Margaux, l'éloquence et le bonsaï », Le Monde, 22 avril 2010.
  36. « Décès du politicien français Philippe Séguin », Le Devoir, 7 janvier 2010.
  37. http://www.fondationdufootball.com/no_cache/fr/news/actualites/index.html?tx_ttnews%5Btt_news%5D=40&tx_ttnews%5BbackPid%5D=1&cHash=6ff85863de
  38. Arrêté n°510 PR du 10 avril 2002 publié au Journal officiel de la Polynésie française du 18 avril 2002]
  39. « Avec Philippe Séguin, une certaine idée du gaullisme s’en est allée », La Croix, 7 janvier 2010.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]