Philippe Plisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plisson.
Philippe Plisson
Fonctions
Député de la 11e circonscription de la Gironde
En fonction depuis le 20 juin 2007
Élection 17 juin 2007
Prédécesseur Bernard Madrelle
Maire de Saint-Caprais-de-Blaye
En fonction depuis le 13 mars 1983
Conseiller général du Canton de Saint-Ciers-sur-Gironde
En fonction depuis le 22 mars 1998
Prédécesseur Daniel Picotin
Conseiller régional d'Aquitaine
16 mars 199831 mars 2001
Biographie
Date de naissance 12 janvier 1951 (63 ans)
Lieu de naissance Saint-Caprais-de-Blaye (Gironde)
Parti politique PS
Diplômé de École normale d'instituteurs de Gironde

Philippe Plisson, né le 12 janvier 1951 à Saint-Caprais-de-Blaye, est un homme politique français, membre du Parti socialiste, élu député de la 11e circonscription de Gironde le 17 juin 2007 et réélu le 17 juin 2012[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un agriculteur gabaye, issu d'une famille de droite, il passe une enfance heureuse à Saint-Caprais-de-Blaye où il est né en 1951. En septembre 1972, il est reçu au concours d'entrée à l'École normale d'instituteurs de Gironde de Mérignac.

En manifestant contre la centrale de Braud-et-Saint-Louis, au début des années 1970, il ressent ses premières émotions politiques. « Je luttais contre l'envahissement du marais. Mon opinion a depuis bien évolué... J'ai rencontré à ce moment-là des groupuscules d'extrême gauche et on passait des nuits à débattre. C'était juste après Mai 68 que je n'avais pas connu. Me sentant orphelin, je me suis dit « Ce monde est pourri, je dois m'engager ! » J'ai essayé le Parti communiste mais tout était verrouillé. Je suis donc entré au Parti socialiste, en 1976/77. »[2]

En 1992, il est battu aux élections régionales et cantonales.

Son épouse, Anne-Marie Plisson[3], a été maire de Saint-Ciers-sur-Gironde de 2008 à 2014 ainsi que 6e vice-présidente en charge du sport et de l'éducation dans la communauté de communes de l'Estuaire présidée par son mari.

Fonctions occupées[modifier | modifier le code]

Fonctions actuelles Fonctions précédentes
Maire de Saint-Caprais-de-Blaye depuis 1983, réélu en 2002, 2008, 2014 Conseiller régional d’Aquitaine de 1998 à 2001
Président du Syndicat intercommunal à vocation multiple du canton de Saint-Ciers-sur-Gironde depuis 1989 Vice-président du conseil général de la Gironde chargé du développement local et durable de 2004 a 2008
Président de la communauté de communes de l'Estuaire depuis 1995
Conseiller général du canton de Saint-Ciers-sur-Gironde depuis 1998, réélu en 2004, 2011
Député de la 11e circonscription de Gironde depuis 2007, réélu en 2012

Il est un des fondateurs et animateurs du Pôle écologique du PS avec Géraud Guibert et Christophe Caresche.

Condamnations[modifier | modifier le code]

Le 7 mars 2005, il est condamné à « Six mois de prison avec sursis pour faux en écriture publique et usage de faux, peine assortie d'une mesure de privation des droits civiques, civils et de famille pour une durée d'un an. »[4] Il fit appel dès le lendemain.
Le 24 janvier 2006, il comparaît à la cour d'appel de Bordeaux[5]. C'est son collègue socialiste, Me Alain Anziani, qui a demandé à la cour d'éviter au moins, en cas de condamnation, la peine d'inéligibilité. Il était poursuivi par la justice au titre de président de la Communauté de communes de l'Estuaire pour la signature de trois faux extraits de délibération permettant l'ouverture de lignes de crédit auprès de la Caisse d'épargne, en 1999, pour un montant global de plus de 250 000 euros. L'avocat général, Me Chavigne, a requis la confirmation du premier jugement. Finalement, il fut condamné à six mois de prison avec sursis pour faux en écriture publique et usage de faux[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. fiche de Philippe Plisson, site de l'Assemblée nationale, consulté le 2 octobre 2012
  2. journal Sud-Ouest, 6 juin 2007
  3. Anne-Marie Plisson joue collectif, haute.gironde.fr du 14 octobre 2011.
  4. journal Sud-Ouest, 9 mars 2005
  5. journal Sud Ouest, 25 janvier 2006
  6. journal Sud Ouest, 15 mars 2006

Sources[modifier | modifier le code]

  • journal Sud Ouest, 6 juin 2007.
  • journal Sud Ouest, 9 mars 2005.
  • journal Sud Ouest, 25 janvier 2006.
  • journal Sud Ouest, 15 mars 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]