Philippe Parreno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Parreno est un artiste plasticien français né en 1964 à Oran (Algérie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Parreno vit et travaille à Paris. Figure de la scène artistique française mais aussi internationale, il produit une oeuvre protéiforme et souvent éphémère, qui remet en question les formats d'expositions et la nature des images. Il est passionné par le passage de la réalité à la fiction et par l'exposition conçu comme médium et espace de fiction.

Dans les années 1990, Philippe Parreno doit sa renommée grâce à l'originalité de son travail, et à la diversité de ses pratiques ( le cinéma, le dessin, la performance etc...). Tout comme nombre d'artistes de sa génération, en particulier ses proches collaborateurs et amis de chez Anna Sanders Films, à savoir Dominique Gonzalez-Foerster ou Pierre Huyghe, il travaille particulièrement à partir d'un univers cinématographique ou télévisuel. Philippe Parreno, n'a cessé de se renouveler dans ses approches et élaborations de projets.

Philippe Parreno travaille beaucoup sur le décalage entre les différentes formes de représentation des images, entre réalité et fiction, langage et narration, la temporalité, le théâtre, les codes télévisuels et cinématographiques, qu'il fusionne entre eux. Il a réalisé de nombreuses expositions et installations, impliquant par exemple des objets (un arbre de Noël, une fresque fluorescente, des mannequins ou encore des ballons fixés au plafond "bulles sans paroles")[1], de la musique, des lumières, et des films. Tous ces médiums accompagnent l'expérience poétique des spectateurs. En 2013, Philippe Parreno expose au Palais Tokyo, "Anywhere, anywhere out of the world", Il joue avec les symboles, les mots et les sons, modifiant alors la perception de l'espace par les visiteurs. Il transforme le Palais Tokyo en un énorme organisme vivant, une grande boite à musique, une machine poétique dont le mécanisme est en perpétuelle évolution. Le montage de l'exposition ressemble à un gigantesque plateau de cinema, où les oeuvres se déclenchent, s'arrêtent, se court-circuitent, il déploie içi un art du programme. Dans la rotonde centrale, des rails sont posés en cercle au sol, autour d'une petite scène, comme pour le filmage d'un traveling, sauf qu'il y aura l'absence de caméras, mais un pan de mur tournant robotiquement autour d'un étrange dance floor où l'on entend le son de danseurs.

Il réalise en 2004, en collaboration avec un plasticien anglais, Douglas Gordon, un film en temps réel d'un match de football à travers le portrait de l'icône du football mondiale Zinédine Zidane. Le film porte le même nom : Zidane, a portrait of the 21st century. Un film qui ne cadre que les moindres faits et gestes du joueur, tout au long d'un match de championnat avec le Real Madrid, au stade Santiago Barnabeu. Le spectateur est plongé au coeur du match, dans un chaos de geste discontinus, de chocs physique

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

1995

  • Snow Dancing, Le Consortium, Dijon
  • Possessions, NZET (Air de Paris), Gent
  • While… , Kunstverein, Hambourg

1996

Robert Prime, Londres

  • Happy Ending Sweden 1996, Ynglagatan, Stockholm

1997

  • Postman Time, On art and its places open to 21 C, Kunsthalle Nürnberg

Air de Paris, Paris

  • Vitrines d'artistes, Nina Ricci, Paris

Galerie Le sous-sol, Geneva

Speech Bubbles,Tokyo

1998

1999

2000

  • No ghost just a shell : Anywhere out of the world, Air de Paris, Paris
  • No ghost just a shell : Anywhere out of the world, Schipper ung krome, Berlin
  • One thousand pictures falling from one thousand walls, MAMCo, Genève

2001

  • Mont Analogue, Air de Paris, Paris & Friedrich Petzel Gallery, New York & Rirkrit Tiravanija's Studio, Bangkok
  • El sueno de una cosa, Museet Project, Moderna Museet, Stockholm
  • One thousand pictures falling from one thousand walls, Friedrich Petzel Gallery, New York
  • Anywhere out of the world, Institut of Visual Culture, Cambridge

2002

2003

  • Alien Seasons, Friedrich Petzel Gallery, New York
  • TV Chanel, Le Studio, Galerie Yvon Lambert, Paris
  • In the Future Everything Will Be Chrome, Kitakyushu, Japon

2007

2009

  • 8 juin 1968 - 7 septembre 2009, Centre Georges Pompidou, Paris

2012

2013

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]