Philippe Mouskes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Mouskes est l'auteur d'une Chronique rimée qui retrace l'histoire des Francs et de la France depuis les origines jusqu'à 1242.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Mouskes est un écrivain et un bourgeois de Tournai de la première moitié du XIIIe siècle qu'il ne faut pas confondre avec Philippe Muus, ou de Gand, évêque de Tournai de 1272 à sa mort en 1282.

Œuvre : la Chronique rimée[modifier | modifier le code]

Philippe Mouskes est connu pour sa Chronique rimée de 31 150 vers, première chronique en vers de l'histoire complète des rois de France depuis les origines jusqu'à son temps, vraisemblablement composée entre 1242 et 1272.

La Chronique commence par la légende qui, sur le modèle de l’Énéide, fait des Francs des descendants de Troyens s'exilant après la prise de Troie. La partie la plus importante (un tiers) est consacrée au règne de Charlemagne. Elle se termine avec le règne de Louis IX, en 1242.

Sur le modèle de chroniques en vers comme la Chronique ascendante des ducs de Normandie de Wace (XIIe siècle), Mouskes utilise les matériaux de l'abbaye de Saint-Denis. La valeur historique directe et la valeur littéraire de l'œuvre apparaissent assez faibles et il semble que la Chronique, à en juger par le nombre des manuscrits subsistant, ait été « froidement accueillie ». Elle est connue essentiellement par les extraits qu'en donne du Cange dans son Glossarium mediœ et infimœ latinitatis et dans son édition de la Conquête de Constantinople de Geoffroy de Villehardouin.

Elle possède en revanche un certain intérêt comme témoignage de l'idéologie des milieux dirigeants de la France du nord au lendemain de la Croisade des Albigeois.

Extrait[modifier | modifier le code]

Quar quant li buens rois Charlemaine

Ot toute mise à son demaine
Provence qui mult iert plentive
De vins, de bois, d'aigüe, de rive
As leceours, as menestreux,
Qui sunt auques luxurieus

Le donna toute & departi.

où Philippe Mouskes regrette avec amertume que Charlemagne, après avoir conquis la riche Provence, l'ait donnée à ses bouffons et ménestrels (leceours = « lécheurs », « gourmands », « parasites »).

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chronique rimée, Bruxelles, Commission royale d'histoire, coll. « Collection de chroniques belges inédites publiée par ordre du gouvernement »,‎ 1836 — "publiée pour la première fois avec des préliminaires, un commentaire et des appendices" par le baron de Reiffenberg

Liens internes[modifier | modifier le code]