Philippe Monnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monnet.

Philippe Monnet, né le 31 janvier 1959 à La Clusaz en Haute-Savoie (France), est un sportif, navigateur français et auteur d'œuvres littéraires. Il a concouru dans différentes disciplines sportives comme le ski acrobatique, l'équitation en étant membre de l'équipe de France de saut d'obstacles à la fin des années 1970, la voile ou bien le rallye automobile. En 1988, Philippe Monnet tente de faire un tour du monde à la voile en solitaire et sans escales sur le trimaran Kriter Brut de Brut. Il finit la circumnavigation en effectuant finalement deux arrêts et établit tout de même un record de 129 jours 19 heures et 17 minutes. Au rallye Dakar, Philippe Monnet remporte l'épreuve comme copilote aux côtés d'Hubert Auriol en 1992 et de Jean-Louis Schlesser en 1999.

Nautisme[modifier | modifier le code]

Originaire de la La Clusaz, Monnet se passionne à l'âge de seize ans, pour la voile depuis un déménagement familial, à Cannes[1]. Pionnier de routes maritimes et recordman en solitaire et à la voile, il comptabilise 250 000 milles en course en solitaire ou en équipage sur tous les océans de la planète[réf. nécessaire].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le trimaran ORMA Sopra sur lequel courut Philippe Monnet.

Records[modifier | modifier le code]

Record du tour du monde à l'envers en solitaire et en monocoque en 2000[modifier | modifier le code]

En 1994, Mike Golding établit un nouveau record du tour du monde à l'envers en solitaire et en monocoque en 161 jours, 16 heures, 35 minutes et 42 secondes[5]. Philippe Monnet décide alors de s'attaquer à ce record. Il lui faudra sept années de préparation et de recherche de financement avant de trouver son sponsor peu avant l'an 2000, le fournisseur d'accès à Internet Uunet[6]. C'est le nom que portera son monocoque de 18 mètres, l'ancien Fleury-Michon de Philippe Poupon. Il s'élance alors en janvier 2000.

Il avait prévu de prendre une route sud maximale, restant entre 60 et 70 degrés de latitude sud du cap Horn au cap de Bonne-Espérance. Les conditions sont difficiles dès le départ avec des successions de tempêtes et de calmes. Puis Philippe passe le cap Horn d'Est en Ouest, en longeant la côte pour se protéger. Dès le passage du cap Horn, il s'engouffre dans le Sud du passage de Drake rentrant même dans la mer d'Amundsen et dans l'océan Antarctique. Il descend rapidement au Sud du 60e parallèle ne rencontrant pas trop de problèmes jusqu'au 62e degré sud de latitude (à cet endroit, la convergence antarctique se situe à cette latitude à peu près). Il descend correctement jusqu'au 64e degré sud, atteignant même 66.5e degré [7] de latitude maximale, se situant à un peu plus d'un degré du Cercle Antarctique (à 66° 33' Sud de latitude). Il est rapidement entouré d'icebergs et lutte pendant 12 jours, pour ne pas en heurter, par 64° Sud avec l'eau de mer à -1° C, et la température de l'air descendant parfois sous les -10° C (l'huile d'olive gelait). Enfin, il réussit à remonter progressivement, en affrontant ouragans et restants de cyclones, et atteint une latitude de 54° Sud, soit largement au-dessus de la convergence antarctique. Il retrouve ainsi des températures plus clémentes. Finalement, ce raccourci par le Sud s'avère ne pas être si négatif puisque Philippe en sort avec 5 jours d'avance sur Mike Golding. Ensuite, il passe au Sud de la Nouvelle-Zélande puis de la Tasmanie et au cap Leeuwin. Il décide de remonter dans les 30es pour profiter des alizés portants. Sa première moitié de l'océan Indien est le premier moment de détente, les températures étant très agréables par l'été austral. Juste avant le cap de Bonne-Espérance, un volcan sous-marin entre en éruption ressemblant à un énorme orage[8]. En réparant l'électricité, Philippe Monnet se brûle alors les mains. Le passage du cap de Bonne-Espérance est long à cause des courants contraires. Mais le record n'est pas perdu pour autant, le navigateur disposant encore de 5 jours d'avance en rentrant dans l'océan Atlantique. La remontée vers Brest est enfin agréable et Philippe Monnet augmente son avance de 5 jours supplémentaires pour finalement battre le record de Golding d'environ 10 jours. Il arrive à Brest en établissant le nouveau record de 151 jours, 19 heures et 54 minutes[9],[5]. Philippe Monnet est le skipper ayant atteint la plus haute latitude sud en solitaire et en tant que sportif.[réf. nécessaire]

Ce record du tour du monde en solitaire à l'envers sera battu par Jean-Luc Van Den Heede en 2004, en 122 jours 14 heures 03 minutes et 49 secondes, soit 29 jours de moins que Philippe Monnet.

Rallye-raid[modifier | modifier le code]

En 2007, Philippe Monnet s'élance sur le rallye Dakar, cette fois en tant que pilote d'un buggy sous les couleurs d'Armor-Lux[10]. Il abandonne lors de la septième étape pour cause de casse de triangle de suspension[11],[12].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Victoires[modifier | modifier le code]

Condamnations judiciaires[modifier | modifier le code]

Philippe Monnet a eu à plusieurs reprises affaire à la justice. En 2003 il est condamné une première fois à six mois de prison pour conduite en état d'ivresse[14],[15]. En 2005, il est à nouveau condamné à deux ans de prison dont un ferme pour récidive de conduite en état d'ivresse[16],[17].

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

  • Philippe Monnet, Un autre monde, Les Sept Vents,‎ 1988, 201 p. (ISBN 2-87716-007-6)
  • Philippe Monnet, Sur la route des clippers, Paris, Arthaud,‎ 1990, 147 p. (ISBN 2-7003-0904-9)
  • Philippe Monnet et Laurent de Bartillat, J'ai entraperçu les moustaches du diable, Paris, Fayard,‎ 2000, 128 p. (ISBN 2-213-60817-2)
  • Philippe Monnet, Le monde à l'envers : autour du monde contre vents et courants dominants, Grenoble, Glénat,‎ 2000, 259 p. (ISBN 2-7234-3445-1)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Édouard Launet, « Revenu de tour », Libération,‎ 27 mai 2002 (consulté le 30 mars 2011)
  2. Philippe Eliès, « Route du Rhum - La Banque Postale. Philippe Monnet au départ si... », Le Télégramme,‎ 19 octobre 2010 (consulté le 29 mars 2011)
  3. a et b Olivier Clerc, « Philippe Monnet participera à la Route du Rhum avant un nouveau tour du monde à l’envers », Ouest-France,‎ 16 mars 2010 (consulté le 30 mars 2011)
  4. (en) John Reed, « WSSR Newsletter No 161 Gitana 13 Hong Kong to London », WSSRC,‎ 16 octobre 2008 (consulté le 30 mars 2011)
  5. a et b « Historical list of Offshore World Records », WSSRC (consulté le 30 mars 2011)
  6. Luc Le Vaillant, « Une bille dans un flipper géant », Libération,‎ 10 juin 2000 (consulté le 30 mars 2011)
  7. « Philippe Monnet sort « Melody Nelson » en Principauté », seasailsurf.com,‎ 29 juillet 2010 (consulté le 21 décembre 2011)
  8. Denis Delbecq, « Une île est née. », Libération,‎ 30 mai 2000 (consulté le 30 mars 2011)
  9. Gilbert Dréan, « Un tour du monde à l'envers en trimaran Le nouveau défi de Philippe Monnet », Le Télégramme,‎ 17 mars 2010 (consulté le 30 mars 2011)
  10. « Armor-Lux avec Philippe Monnet ! », Armor-Lux,‎ 5 janvier 2007 (consulté le 30 mars 2011)
  11. « Monnet attend le balai », Rallye Dakar,‎ 12 janvier 2007 (consulté le 30 mars 2011)
  12. « Équipe n° 425 - Classement général », Rallye Dakar (consulté le 30 mars 2011)
  13. (en) « Hall of Fame », Italian Baja (consulté le 30 mars 2011)
  14. Philippe Mathon, « Philippe Monnet en cale sèche », TF1 News,‎ 23 avril 2003 (consulté le 30 mars 2011)
  15. Frédéric Augendre, « Monnet demande sa remise en liberté », Le Parisien,‎ 24 avril 2003 (consulté le 30 mars 2011)
  16. I.G., « Philippe Monnet condamné à un an ferme », Le Parisien,‎ 5 octobre 2005 (consulté le 30 mars 2011)
  17. « Récidive. Un an de prison pour le navigateur Philippe Monnet », La Dépêche du Midi,‎ 5 octobre 2005 (consulté le 30 mars 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]